Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Neuropathies végétatives

Par Phillip Low, MD, Mayo Clinic College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les neuropathies végétatives sont des troubles des nerfs périphériques comprenant une hyperactivité des fibres autonomes.

Les neuropathies végétatives les plus connues sont celles survenant dans la neuropathie périphérique due au diabète, à l'amylose ou aux troubles auto-immuns. La neuropathie végétative auto-immune est un trouble idiopathique qui apparaît souvent après une infection virale; le début peut être subaigu. L'insuffisance végétative est habituellement une manifestation tardive de la neuropathie alcoolique. D'autres causes peuvent comprendre des toxines, des médicaments et des syndromes paranéoplasiques.

Les symptômes habituels des neuropathies végétatives comprennent une hypotension orthostatique, une vessie neurogène, des troubles de l'érection, une gastroparésie et une constipation rebelle. Lorsque les fibres somatiques sont touchées, une perte de la sensibilité, avec distribution en chaussettes et en gants, ainsi qu'une asthénie distale peuvent survenir ( Troubles du système nerveux périphérique et de l'unité motrice).

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic repose sur la mise en évidence de troubles végétatifs ( Revue générale du système nerveux végétatif : Bilan) et d'une cause spécifique de neuropathie (p. ex., diabète, amylose). Une neuropathie végétative auto-immune peut être suspectée après une infection virale. L'Ac antirécepteur ganglionnaire de l'acétylcholine A3 est présent chez environ la moitié des patients qui présentent une neuropathie auto-immune du système nerveux végétatif et est parfois présent dans d'autres neuropathies autonomes.

Traitement

Les troubles sous-jacents sont traités. La neuropathie végétative auto-immune peut répondre à l'immunothérapie; des échanges plasmatiques ou des γ-globulines IV peuvent être utilisées pour les cas les plus graves.