Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Troubles du plexus brachial et lombo-sacré

Par Michael Rubin, MDCM, Professor of Clinical Neurology;Attending Neurologist and Director, Neuromuscular Service and EMG Laboratory, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les affections des plexus brachiaux ou lombosacrés provoquent une pathologie mixte sensitivomotrice douloureuse du membre correspondant.

Comme plusieurs racines nerveuses s'entrelacent dans les plexus ( Plexus.), la topographie des symptômes ne correspond pas à la distribution de chacune des racines ou des nerfs. Les troubles du plexus brachial supérieur touchent les épaules, celles du plexus brachial inférieur la main et celles du plexus lombosacré les jambes.

Plexus.

Les troubles plexiques (plexopathies) sont dus habituellement à un phénomène de compression ou à un traumatisme:

  • Chez les nourrissons, la traction pendant l'accouchement

  • Chez l'adulte, habituellement un traumatisme (habituellement, pour le plexus brachial, une chute qui éloigne la tête de l'épaule) ou un envahissement par un cancer métastatique (habituellement, un cancer du sein ou du poumon pour le plexus brachial et une tumeur intestinale ou génito-urinaire pour le plexus lombosacré)

Chez les patients recevant des anticoagulants, un hématome peut comprimer le plexus lombosacré. Une neurofibromatose atteint parfois un plexus. D'autres causes comprennent la fibrose postradique (p. ex., après radiothérapie pour un cancer du sein) et le diabète.

La névralgie brachiale aiguë (amyotrophie névralgique, syndrome de Parsonage-Turner) atteint principalement les hommes et plus souvent les jeunes adultes, bien qu'elle puisse survenir à tout âge. La cause en est inconnue, mais on suspecte des facteurs inflammatoires, viraux ou immunologiques.

Symptomatologie

Les manifestations des troubles du plexus comprennent une douleur des membres et des déficits moteurs ou sensitifs qui ne correspondent pas à une distribution de racine nerveuse ou à un nerf périphérique isolées.

Dans les cas de névralgie brachiale aiguë, les symptômes comprennent de fortes douleurs sus-claviculaires, une faiblesse musculaire et une hyporéflexie avec des anomalies sensitives mineures dans le territoire de distribution du plexus brachial. Habituellement, une faiblesse musculaire s'installe et les réflexes diminuent alors que la douleur disparaît. Un déficit sévère s'installe dans les 3 à 10 jours, puis régresse en général au cours des quelques mois suivants. Les muscles les plus souvent atteints sont le dentelé antérieur (entraînant le décollement des omoplates), les autres muscles innervés par le tronc supérieur et les muscles innervés par le nerf interosseux antérieur (dans l'avant-bras, les patients peuvent ne pas être capables de faire un ο avec le pouce et l'index).

Diagnostic

  • Électromyographie et étude des conductions nerveuses

  • Habituellement IRM ou TDM du plexus en cause

Le diagnostic de trouble du plexus est suggéré par la clinique.

Une électromyographie et des examens de conduction nerveuse doivent être effectués pour apprécier la distribution anatomique (dont l'éventuelle atteinte de la racine nerveuse).

Une IRM ou une TDM des plexus appropriés et de la colonne vertébrale adjacente sont effectuées pour détecter des anomalies telles que des tumeurs et des hématomes. L'IRM ou la TDM est indiquée dans toutes les plexopathies non traumatiques, sauf pour les cas typiques de névrite brachiale.

Traitement

  • Traitement dirigé contre la cause

Les corticostéroïdes, bien que fréquemment prescrits, n'ont pas prouvé leur efficacité.

La chirurgie est parfois indiquée en cas de traumatisme, d'hématome et de tumeur bénigne ou de métastases tumorales. Les métastases peuvent aussi être traitées par radiothérapie et/ou chimiothérapie.

Le contrôle glycémique peut améliorer les patients en cas de plexopathie diabétique.

Points clés

  • Les plexopathies sont habituellement provoquées par une compression ou un traumatisme.

  • Suspecter une névrite brachiale aiguë en cas de douleurs sus-claviculaires graves, suivies d'une faiblesse et d'une hyporéflexie, qui se développent en quelques jours et se résolvent au fil des mois.

  • Suspecter une plexopathie si la douleur ou les déficits périphérique neurologiques ne correspondent pas à une racine nerveuse ou à la distribution d'un nerf périphérique.

  • Dans la plupart des cas, effectuer une électromyographie et une IRM ou une TDM.

  • Traiter la cause.

Ressources dans cet article