Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Névralgie du nerf glossopharyngien

Par Michael Rubin, MDCM, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La névralgie du nerf glossopharyngien est caractérisée par des crises récidivantes de douleur intense touchant le territoire des 9e et 10e nerfs crâniens (partie postérieure du pharynx, amygdales, dos de la langue, oreille moyenne, sous l'angle de la mâchoire). Le diagnostic est clinique. Le traitement repose habituellement sur la carbamazépine ou la gabapentine.

La névralgie du nerf glossopharyngien est parfois secondaire à une compression du nerf par une artère pulsatile aberrante, selon un mécanisme similaire à celui de la névralgie du trijumeau ou de spasme de l'hémiface. Le nerf peut être comprimé dans le cou par une apophyse styloïde allongée (syndrome d'Eagle). De façon rare, elle peut être causée est une tumeur de l'angle pontocérébelleux ou du cou, un abcès amygdalien, un anévrisme de la carotide, ou un trouble de démyélinisation. Souvent, aucune cause n'est identifiable. Le trouble est rare, touche plus fréquemment les hommes, habituellement après l'âge de 40 ans.

Symptomatologie

Comme dans la névralgie du trijumeau, des crises paroxystiques de douleur unilatérale brève et intense surviennent spontanément ou sont déclenchées lorsque les zones innervées par le nerf glossopharyngien sont stimulées (p. ex., par la mastication, la déglutition, la toux, la phonation, le bâillement, ou un éternuement). La douleur, qui dure de quelques secondes à quelques minutes, débute habituellement dans la région des amygdales ou à la base de la langue et peut irradier à l'oreille homolatérale. Parfois, une hyperactivité vagale provoque une pause sinusale avec une syncope; ces épisodes peuvent se produire de façon quotidienne ou une fois toutes les deux semaines.

Diagnostic

  • Bilan clinique, avec souvent évaluation de la réponse aux anesthésiques

  • IRM

Le diagnostic est clinique. La névralgie du nerf glossopharyngien est distinguée de la névralgie du trijumeau par la localisation de la douleur. De plus, dans la névralgie du nerf glossopharyngien, la déglutition ou le toucher des amygdales avec un abaisse-langue tend à déclencher la douleur, et l'application de lidocaïne dans la gorge élimine de manière transitoire la douleur spontanée ou provoquée.

L'IRM permet d'exclure des tumeurs amygdaliennes, pharyngées et de l'angle pontocérébelleux et les lésions métastatiques du triangle cervical antérieur. Les blocs nerveux locaux réalisés par un ORL permettent de distinguer une carotidynie, une névralgie supérieure du larynx et une douleur provoquées par les tumeurs.

Traitement

  • Habituellement, antiépileptiques

Le traitement est le même que pour la névralgie du trijumeau ( Névralgie du trijumeau : Traitement). Si les médicaments oraux sont inefficaces, les anesthésiques locaux peuvent apporter un soulagement. Par exemple, l'application locale de cocaïne sur le pharynx peut apporter un soulagement temporaire et la chirurgie décompressive du conflit vasculo-nerveux peut être nécessaire. Si la douleur est limitée au pharynx, la chirurgie peut se limiter à la partie extracrânienne du nerf. Si la douleur est diffuse, la chirurgie doit impliquer la partie intracrânienne du nerf.