Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Paralysie du 4e nerf crânien

Par Michael Rubin, MDCM, Professor of Clinical Neurology;Attending Neurologist and Director, Neuromuscular Service and EMG Laboratory, Weill Cornell Medical College;New York Presbyterian Hospital-Cornell Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La paralysie du 4e nerf crânien affecte le muscle oblique supérieur, provoquant une parésie du regard vertical, principalement à l’adduction.

La paralysie du 4e nerf crânien (trochléaire) est souvent idiopathique. Peu de causes ont été identifiées. Les causes comprennent une blessure fermée de la tête (fréquente), qui peut provoquer une paralysie unilatérale ou bilatérale, et un infarctus dus à une pathologie touchant les petits vaisseaux (p. ex., dans le diabète). Rarement, cette paralysie provient d'anévrismes, de tumeurs (p. ex., méningiome tentoriel, pinéalome) et la sclérose en plaque.

Du fait de la parésie du muscle oblique supérieur, l'adduction de l'œil est perturbée. Les patients voient des images doubles, l’une au-dessus et légèrement décalée par rapport à l’autre; ainsi, ils éprouvent des difficultés à descendre les escaliers, ce qui nécessite de regarder vers le bas et en dedans. Cependant, l'inclinaison de la tête vers le côté opposé au muscle paralysé peut compenser et éliminer les images doubles.

L'examen clinique permet de détecter des anomalies discrètes de l'oculomotricité provoquant des symptômes mais pas de signes objectifs.

Des exercices d'oculomotricité ou des lunettes à prisme permettent de rétablir une vision correcte. La chirurgie peut finalement être nécessaire.