Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Nutrition en médecine clinique

Par Adrienne Youdim, MD, Associate Professor of Medicine; Associate Professor of Medicine, David Geffen School of Medicine at UCLA; Cedars Sinai Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les carences nutritionnelles peuvent souvent aggraver certains états de santé (en présence ou non d'une pathologie) et certaines affections (p. ex., malabsorption) peuvent entraîner des carences nutritionnelles. En outre, nombre de patients (p. ex., personnes âgées pendant une hospitalisation prolongée) présentent des carences nutritionnelles non suspectées qui doivent être traitées. De nombreux centres médicaux possèdent des équipes multidisciplinaires spécialisées dans l'alimentation et composées de médecins, infirmières, diététiciens et pharmaciens afin de prévenir, diagnostiquer et traiter les carences nutritionnelles cachées.

La suralimentation peut contribuer à des pathologies chroniques, telles que les cancers, l'HTA, l'obésité, le diabète sucré et la coronaropathie. Des restrictions alimentaires spécifiques sont nécessaires dans de nombreuses pathologies métaboliques héréditaires (p. ex., galactosémie et phénylcétonurie).

Bilan de l'état nutritionnel

Les indications habituelles du bilan nutritionnel sont les suivantes:

  • Un poids corporel indésirable ou des proportions inadéquates de la composition du corps

  • Une suspicion de carences en ou de toxicité des nutriments essentiels spécifiques

  • Chez les nourrissons et les enfants, croissance ou développement insuffisants

L'état nutritionnel doit être évalué systématiquement au cours de l'examen clinique pour

  • Nourrissons et enfants

  • Personnes âgées

  • Les sujets qui prennent plusieurs médicaments

  • Sujets présentant des troubles psychiatriques

  • Les sujets présentant des troubles systémiques qui durent plus de plusieurs jours

L'évaluation de l'état nutritionnel général comprend une anamnèse, un examen clinique et, parfois, des examens complémentaires. Si une dénutrition est suspectée, desexamens complémentaires (p. ex., taux d'albumine) ou des tests cutanés d'hypersensibilité retardée peuvent être faits. L'analyse de la composition corporelle (p. ex., mesure des plis cutanés, analyse par impédance bioélectrique) est utilisée pour estimer le pourcentage de graisse corporelle et pour évaluer l'obésité.

L'anamnèse comprend des questions sur l'apport alimentaire, les modifications de poids, les facteurs de risque de carences nutritionnelles et une revue des systèmes ( Symptomatologie des carences nutritionnelles). Un diététicien peut réaliser une enquête alimentaire plus précise. Celle-ci comprend habituellement une liste des aliments ingérés au cours des 24 h précédentes. Un journal peut être utilisé pour enregistrer tous les aliments consommés. La procédure dans laquelle le patient pèse et consigne par écrit tous les aliments qu'il consomme sans restriction fournit les meilleurs résultats.

Symptomatologie des carences nutritionnelles

Région/Système

Symptomatologie

Carence

Aspect général

Amyotrophie

Énergie

Peau

Exanthème

De nombreuses vitamines, le zinc, les acides gras essentiels

Exanthème cutané sur les zones exposées au soleil

Niacine (pellagre)

Tendance ecchymotique

Cheveux et ongles

Éclaircissement ou perte de cheveux

Protéine

Blanchissement prématuré des cheveux

Déformation en cuillère des ongles

Fer

Yeux

Diminution de la vision nocturne

Kératomalacie cornéenne (sécheresse et opacités cornéennes)

Vitamine A

Bouche

Chéilite et glossite

Riboflavine, niacine, pyridoxine, fer

Saignement des gencives

Vitamine C, riboflavine

Membres

Œdème

Protéine

Neurologique

Paresthésies ou engourdissement avec une distribution en chaussette ou en gant

Thiamine (béribéri)

Tétanie

Déficits cognitifs et sensoriels

Thiamine, niacin, pyridoxine, vitamine B12

Démence

Thiamine, niacine, vitamine B12

Musculosquelettiques

Amyotrophie

Protéine

Déformations osseuses (p. ex., jambes arquées, genoux déformés, colonne vertébrale incurvée)

Douleurs osseuses

Vitamine D

Douleur ou gonflement des articulations

Vitamine C

Gastro-intestinaux

Diarrhée

Protéine, niacine, folate, vitamine B12

Diarrhée et dysgueusie

Zinc

Dysphagie ou odynophagie (dues au syndrome de Plummer-Vinson)

Fer

Endocriniens

Goitre

Un examen clinique complet, comprenant la mesure de la taille et du poids et de la distribution de la graisse corporelle, doit être effectué. L'indice de masse corporelle (IMC), poids (kg)/taille (m)2, qui corrige le poids en fonction de la taille ( Indice de masse corporelle (IMC)), est un indice plus précis que les tableaux de taille et de poids. Il existe des standards pour la croissance et la prise de poids chez les nourrissons, enfants et adolescents ( Croissance physique des nourrissons et des enfants).

Indice de masse corporelle (IMC)

Catégorie de poids

(IMC)

Normal* (18,5–24)

Surpoids (25–29)

Obèse (30–34)

Obèse (35–39)

Obésité extrême (40-47)

Obésité extrême (48-54)

Taille (en cm)

Poids corporel (kg)

153–155

44–58

58–70

70–82

81–94

93–113

111–131

155–159

47–61

62–74

75–87

87–100

99–120

119–138

160–164

50–65

66–79

79–93

93–106

105–128

127–147

165–169

54–70

70–84

85–99

98–113

112–136

135–156

170–174

87–74

75–89

90–105

105–120

119–145

143–166

175–179

60–78

79–95

95–110

110–127

126–154

152–175

180–184

64–83

84–100

100–117

117–134

134–161

160–185

185–189

67–87

88–105

106–124

124–141

141–170

170–196

190

71–90

93–108

112–127

130–145

149–175

179–201

*Les IMC inférieurs à ceux désignés comme normaux sont considérés comme un poids insuffisant.

Les calculs sont effectués en utilisant des unités métriques (kg, m), mais le tableau est en pouces et en livres pour les lecteurs américains.

La répartition de la masse graisseuse est un facteur important. Une obésité abdominale disproportionnée (c'est-à-dire, rapport taille/hanches > 0,8) est plus souvent associée à des troubles cardiovasculaires et cérébrovasculaires, à une HTA et à un diabète sucré que lorsque les graisses sont localisées sur d'autres parties du corps. Mesurer le tour de taille chez les patients qui présentent un IMC < 35 permet de déterminer s'ils présentent une obésité abdominale et contribue à estimer le risque de diabète, d'HTA, d'hypercholestérolémie et de troubles cardiovasculaires. Le risque est accru si le tour de taille est > 102 cm chez l'homme ou > 88 cm chez la femme.

Ressources dans cet article