Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Syndrome métabolique

Par Adrienne Youdim, MD, FACP, UCLA David Geffen School of Medicine;Cedars Sinai Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Le syndrome métabolique (syndrome X, syndrome de résistance à l'insuline) est caractérisé par un tour un de taille important (en raison d'un excès de graisse abdominale), une hypertension, une glycémie à jeun anormale ou une résistance à l'insuline et une dyslipidémie. L'étiologie, les complications, le diagnostic et les traitements sont semblables à ceux de l'obésité.

Dans les pays développés, le syndrome métabolique est un problème grave. Il est très fréquent; aux USA, > 40% des personnes de > 50 ans peuvent en souffrir. Les enfants et adolescents peuvent également développer un syndrome métabolique, mais dans ces classes d'âge, aucune définition n'est établie.

Le développement du syndrome métabolique dépend de la distribution ainsi que de la quantité de graisse. L'excès de graisse dans l'abdomen (adiposité androïde ou " en pomme "), qui se traduit par un tour de taille élevé (qui reflète un rapport masse grasse/masse musculaire relativement faible) augmente le risque. Le syndrome est moins fréquent chez les personnes qui ont un surplus de graisse sous-cutanée au niveau des hanches (appelée forme de poire) et un faible rapport taille-hanches (reflétant une hausse du ratio de la masse musculaire à la graisse).

L'excès de graisse abdominale induit un excès d'acides gras libres dans la veine porte, augmentant l'accumulation de lipides dans le foie et dans les cellules musculaires. Les cellules graisseuses peuvent également s'accumuler dans les muscles. Une insulinorésistance, se développe, avec une hyperinsulinémie. Le métabolisme du glucose est perturbé et une dyslipidémie et une HTA peuvent se développer. L'uricémie est fréquemment élevée (augmentant le risque de goutte) et un état préthrombotique se développe (avec augmentation du fibrinogène et de l'inhibiteur I de l'activateur du plasminogène) et un état inflammatoire se développe. Ces patients ont un risque accru d'apnée du sommeil. D'autres risques comprennent la stéatohépatite non alcoolique, la maladie rénale chronique, le syndrome des ovaires polykystiques (chez la femme) et des taux de testostérone plasmatique bas, et/ou des troubles de l'érection (chez l'homme).

Diagnostic

  • Tour de taille et PA

  • Glycémie à jeun et profil lipidique

Le dépistage est important. La recherche des antécédents familiaux ainsi que la mesure du tour de taille et de la PA doivent faire partie de l'examen clinique standard. En cas d'antécédents familiaux de diabète de type 2, si le tour de taille est élevé, en particulier si âge 40 ans, le dosage de glycémie à jeun et un profil lipidique doit être effectué.

Il existe plusieurs définitions du syndrome métabolique, mais il est le plus souvent diagnostiqué lorsque 3 des critères suivants sont présents ( Critères souvent utilisés dans le syndrome métabolique*):

  • Excès de graisse abdominale

  • Une glycémie à jeun élevée

  • HTA

  • Niveau élevé de triglycérides

  • Un taux bas de lipoprotéines de haute densité (HDL cholestérol)

Critères souvent utilisés dans le syndrome métabolique*

Critères

Valeur

Tour de taille (cm)

102 chez l'homme

88 chez la femme

Glycémie à jeun (mg/dL [mmol/L])

100 ( 5,6)

PA (mmHg)

130/85

Triglycérides, à jeun (mg/dL [mmol/L])

150 ( 1,7)

Lipoprotéines de haute densité (HDL) cholestérol (mg/dL [mmol/L])

< 40 (< 1,04) chez l'homme de

< 50 ans (< 1,29) chez la femme

*Au moins 3 des critères suivants doivent être présents pour le diagnostic.

Traitement

  • Une alimentation équilibrée et de l'activité physique régulière

  • Parfois, la metformine

  • Traitement des facteurs de risque cardiovasculaire

Le traitement optimal pour la perte de poids est basé sur un régime sain et une activité physique régulière, qui comprend une association d'activité aérobie et d'entraînement de force (musculation), renforcée par une approche comportementale. La metformine, un sensibilisateur à l'insuline, ou une thiazolidinedione (p. ex., rosiglitazone, pioglitazone) peuvent être utiles. Une perte de poids de 7% peut être suffisante pour inverser le syndrome, mais dans le cas contraire, chaque caractéristique du syndrome doit être traitée pour atteindre les objectifs recommandés; les médicaments disponibles sont très efficaces.

D'autres facteurs de risque cardiovasculaire (p. ex., sevrage tabagique) doivent également être pris en charge. L'augmentation de l'activité physique entraîne des bénéfices cardiovasculaires, même si le poids n'est pas perdu.

Points clés

  • Un excès de graisse abdominale provoque des anomalies de la glycémie à jeun ou une résistance à l'insuline, des dyslipidémies, et une hypertension.

  • Le syndrome métabolique est extrêmement fréquent dans les pays développés (p. ex., prévalence > 40% chez les sujets de > 50 ans).

  • Mesurer le tour de taille, la PA, la glycémie à jeun, et le profil lipidique.

  • Mettre l'accent sur une alimentation saine et l'exercice, traiter les facteurs de risques cardiovasculaires, et si ces mesures ne sont pas complètement efficaces, envisager l'utilisation de la metformine.

Ressources dans cet article