Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Kératite interstitielle

(Kératite interstitielle)

Par Melvin I. Roat, MD, FACS, Clinical Associate Professor of Ophthalmology;Cornea Service, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University;Wills Eye Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La kératite interstitielle est une inflammation chronique non ulcérante des couches profondes de la cornée (c'est-à-dire, stroma profond), parfois associée à une inflammation de chambre antérieure. La cause est habituellement infectieuse. Les symptômes regroupent généralement photophobie, douleurs, larmoiement et flou visuel. Le diagnostic repose sur l'examen à la lampe à fente et des sérologies dans le bilan étiologique. Le traitement est dirigé contre la cause et peut nécessiter des corticostéroïdes locaux.

La kératite interstitielle, une manifestation de certaines infections de la cornée, est rare aux États-Unis. La majorité des cas observés chez l'enfant ou l'adolescent sont une complication tardive de syphilis congénitale ( Syphilis congénitale). Les deux yeux peuvent finalement être touchés. Le syndrome de Cogan ( Syndrome de Cogan), la maladie de Lyme ( Maladie de Lyme), et l'infection par le virus Epstein-Barr peuvent donner des kératites bilatérales d'aspect similaire mais généralement moins graves. Plus rarement, une syphilis acquise, une infection par le virus herpes simplex ou une tuberculose peuvent être responsables d'une forme unilatérale chez l'adulte.

Symptomatologie

Photophobie, douleurs, larmoiement et flou visuel sont des symptômes fréquents. La lésion débute par des nappes d'inflammation au sein du stroma intermédiaire responsable de l'opacification. Plus souvent dans les cas de syphilis que dans les autres causes, la cornée peut revêtir un aspect en verre dépoli, pouvant même masquer l'iris. Une néovascularisation se développe à partir du limbe (néovaisseaux limbiques) formant des zones rouge-orangées (plaques saumonées). Une uvéite antérieure et une choroïdite sont à rechercher en cas de kératite interstitielle syphilitique. L'inflammation et la néovascularisation régressent habituellement après 1 à 2 mois de prise en charge. Des opacités cornéennes persistent généralement, entraînant une baisse de vision plus ou moins sévère.

Diagnostic

  • Opacification cornéenne et autres signes typiques à la lampe à fente

  • Sérologies infectieuses dans le bilan étiologique

L'étiologie doit être déterminée. Les signes de syphilis congénitale, les symptômes vestibulo-cochléaires, les antécédents d'éruption cutanée ou de morsure de tique sont à rechercher pour orienter vers des causes spécifiques. Cependant, tous les patients doivent faire un bilan sérologique comprenant tous les éléments suivants:

  • TPHA-VDRL pour Treponema pallidum

  • Sérologie Lyme

  • Sérologie du virus Epstein-Barr

En cas de négativité de ce bilan, l'hypothèse d'un syndrome de Cogan doit être évoquée (association de kératite interstitielle et d'atteinte vestibulo-cochléaire idiopathique). Une consultation urgente en ORL est recommandée pour dépister et prévenir la survenue de lésions vestibulo-cochléaires définitives, de surdité, d'acouphènes ou de vertiges.

Traitement

  • Parfois, corticostéroïdes topiques

La kératite peut évoluer favorablement grâce au traitement de la pathologie sous-jacente. Un traitement supplémentaire topique par un corticostéroïde, tel que la prednisolone à 1% qid, est souvent recommandé. Un ophtalmologiste doit traiter ces patients.

Points clés

  • La kératite interstitielle, qui est rare aux États-Unis, consiste en une inflammation chronique des couches moyennes de la cornée.

  • Les signes comprennent des douleurs, des larmoiements, une diminution de l'acuité visuelle, et des anomalies de coloration souvent rouge-orange de la cornée et une uvéite antérieure.

  • Tester les patients pour la syphilis, la maladie de Lyme et l'infection par le virus Epstein-Barr.

  • Le traitement est conduit par un ophtalmologiste; parfois des corticostéroïdes topiques sont prescrits.

Ressources dans cet article