Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Corps flottants

Par Kathryn Colby, MD, PhD, Louis Block Professor and Chair, Department of Ophthalmology & Visual Science, University of Chicago School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les corps flottants sont des opacités qui bougent à travers le champ visuel et ne correspondent pas à des objets visuels extérieurs.

Physiopathologie

Avec le vieillissement, l'humeur vitrée peut se contracter et se décoller de la rétine. L'âge auquel cette modification survient est variable, mais le plus souvent, entre 50 et 75 ans. Pendant cette séparation, le vitré peut par intermittence tirer fortement sur la rétine. Les tractions mécaniques stimulent la rétine, qui envoie un signal qui est perçu par le cerveau et interprété comme de la lumière. La séparation complète du vitré conduit à une augmentation des corps flottants, qui peut durer plusieurs années.

Cependant, une traction sur la rétine peut créer une trou (déchirure rétinienne) et si du liquide passe sous la déchirure, la rétine peut se décoller. Le décollement de la rétine peut également être causé par d'autres facteurs (p. ex., un traumatisme, une maladie primitive de la rétine). Les impressions lumineuses brèves, qui ressemblent à des éclairs, fréquentes dans le décollement de la rétine, sont appelées photopsies. Les photopsies peuvent également survenir lorsqu’on se frotte les yeux ou lorsqu’on regarde alentour après le réveil.

Étiologie

La cause la plus fréquente des corps flottants est

  • Contraction idiopathique de l'humeur vitrée

Les causes moins fréquentes sont listées dans le Causes de corps flottants.

Les causes rares de corps flottants comprennent les tumeurs intra-oculaires (p. ex., lymphome) et une vitrite (inflammation du vitré). Les corps étrangers intra-oculaires peuvent provoquer des corps flottants mais habituellement ils se manifestent par d'autres symptômes, tels que perte de la vision, douleurs oculaires ou rougeur du globe.

Causes de corps flottants

Cause

Signes évocateurs*

Procédure diagnostique

Troubles bénins

Corps flottants idiopathiques

Corps flottants modérés, stables qui apparaissent dans le champ visuel par intermittence et bougent avec les mouvements de l'œil

Souvent en forme de cellules ou de brides

Translucides

Peuvent être plus perceptibles sous certaines conditions d'éclairage (p. ex., dans la lumière vive du soleil)

Vision normale

Peuvent survenir dans les deux yeux, mais pas de manière synchrone

Examen ophtalmologique normal

Bilan clinique

Troubles graves du vitré et de la rétine

Gerbe soudaine, spontanée et continue de phénomènes lumineux semblables à des éclairs (photopsies)

Perte visuelle en rideau se déplaçant à travers le champ visuel, déficit du champ visuel (habituellement périphérique)

Examen de la rétine anormal (p. ex., la rétine décollée apparaît comme un parachute pâle gonflé)

Facteurs de risque possibles (p. ex., traumatisme récent, chirurgie oculaire, myopie grave)

Ophtalmoscopie indirecte par un ophtalmologiste après dilatation pupillaire

Déchirure rétinienne

Photopsies soudaines, spontanées

Peut survenir à la périphérie de la rétine et n'être visible que par ophtalmoscopie indirecte

Ophtalmoscopie indirecte par un ophtalmologiste après dilatation pupillaire

Décollement du vitré

Augmentation des corps flottants unilatérale sur 1 semaine–3 mois chez les patients d'âge moyen de 50–75 ans

Corps flottants ressemblant à des toiles d'araignée

Un gros corps flottant qui se déplace dans et en dehors de l'axe visuel

Photopsies spontanées

Ophtalmoscopie indirecte par un ophtalmologiste après dilatation pupillaire

Hémorragie dans le vitré

Antécédents de rétinopathie diabétique proliférante ou de traumatisme

Perte visuelle qui peut affecter la totalité du champ visuel

Perte du reflet rouge de la pupille

Ophtalmoscopie indirecte par un ophtalmologiste après dilatation pupillaire

Inflammation du vitrée (p. ex., choriorétinite à cytomégalovirus, à Toxoplasma,ou fongique)

Douleur

Perte d'acuité visuelle

Perte visuelle qui peut affecter la totalité du champ visuel

Lésions de la rétine (parfois aspect cotonneux) qui ne correspondent pas à un territoire artériel ou veineux

Facteurs de risque (p. ex., SIDA)

Diminution du reflet rouge

Peuvent être bilatérales

Bilan et examens complémentaires prescrits par un ophtalmologiste, en fonction de la cause suspectée

Affections non oculaires

Migraine ophtalmique

Scintillements bilatéraux, synchrones, souvent en zigzag, dans le champ périphérique pendant 10–20 min

Possible brouillard de la vision centrale

Céphalées possibles après les symptômes visuels

Possibles antécédents de migraine

Bilan clinique

*Unilatéraux en l'absence d'autres précisions.

Bilan

L'objectif le plus important est d'identifier les lésions sérieuses du vitré et de la rétine. Si ces lésions ne peuvent être écartées, les patients doivent être examinés par un ophtalmologiste utilisant un ophtalmoscope indirect après dilatation pupillaire. Savoir reconnaître une migraine ophtalmique est également utile.

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit établir le début et la durée des symptômes, la forme et le volume des corps flottants, ainsi que s'ils sont uni- ou bilatéraux et s'ils ont été précédés d'un traumatisme. Le patient doit essayer de différencier les corps flottants des phénomènes lumineux semblables à des éclairs (comme dans les photopsies) ou des lignes brisées dans le champ visuel (comme dans la migraine). Les symptômes associés importants comprennent l'altération de vision (et sa distribution dans le champ visuel) et la douleur oculaire.

La revue des systèmes doit rechercher les symptômes des causes possibles, tels que des céphalées (migraine ophtalmique) et un œil rouge (inflammation du vitrée).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur un diabète (avec rétinopathie diabétique), des migraines, une chirurgie oculaire, une myopie grave et toutes les maladies qui pourraient affecter le système immunitaire (p. ex., le SIDA).

Examen clinique

L'examen ophtalmologique doit être raisonnablement complet. L'acuité visuelle la mieux corrigée est mesurée. Les globes sont inspectés pour vérifier s'ils sont rouges. Les champs visuels sont contrôlés chez tous les patients. Cependant, reconnaître des anomalies du champ visuel par examen au lit du malade est très incertain, et l'incapacité à détecter une telle anomalie ne permet pas d'affirmer que les champs visuels du patient sont normaux. Les mouvements oculaires et la réponse pupillaire à la lumière sont évalués. Si les patients ont un œil rouge ou des douleurs oculaires, les cornées sont examinées sous grossissement après coloration à la fluorescéine et à la lampe à fente si cela est possible. La tension oculaire est mesurée (tonométrie).

L'ophtalmoscopie est la partie la plus importante de l'examen; elle est pratiquée après la dilatation des pupilles. Pour dilater les pupilles, le médecin s'assure d'abord d'avoir vérifié la taille des pupilles et leur réponse à la lumière, puis il instille les collyres, habituellement 1 goutte d'α-agoniste adrénergique à courte durée d'action (p. ex., phényléphrine à 2,5%) suivie d’une goutte d’un cycloplégique (p. ex., tropicamide à 1% ou cyclopentolate à 1%). Les pupilles sont complètement dilatées environ 20 min après que ces gouttes ont été instillées. L'examen du fond de l'œil est effectué par un non-ophtamologiste par ophtalmoscopie directe. Un ophtalmologiste pratique une ophtalmoscopie indirecte, qui permet une visualisation plus complète de la rétine, en particulier de la périphérie.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Augmentation soudaine des corps flottants

  • Photopsies

  • Baisse de vision, diffuse ou focale (anomalie du champ visuel)

  • Une chirurgie oculaire récente ou un traumatisme oculaire récent

  • Douleur oculaire

  • Perte du reflet rouge de la pupille

  • Anomalies rétiniennes au fond d'œil

Interprétation des signes

Le décollement de la rétine est suspecté devant une brutale augmentation des corps flottants, des photopsies ou toutes autres caractéristiques plus spécifiques (p. ex., un trouble du champ visuel, des anomalies rétiniennes). Des symptômes bilatéraux synchrones suggèrent une migraine ophtalmique, bien que les patients aient souvent du mal à décoder la latéralité de leurs symptômes (p. ex., ils interprètent souvent un scotome scintillant de la partie gauche des deux champs visuels comme affectant le seul œil gauche). La perte de reflet rouge de la pupille suggère une opacification partielle du vitré (p. ex., des hémorragies ou une inflammation), mais elle peut également être provoquée par une cataracte avancée. La perte de la vision suggère une maladie grave provoquant un dysfonctionnement du vitré ou de la rétine.

Examens complémentaires

Les patients qui nécessitent un examen par un ophtalmologiste peuvent avoir besoin d'examens complémentaires. Cependant, ces examens peuvent être choisis par ou en association avec l'ophtalmologiste. Par exemple, les patients suspectés d'avoir une choriorétinite peuvent avoir besoin d'examens bactériologiques.

Traitement

Les corps flottants idiopathiques ne nécessitent aucun traitement. Les autres maladies responsables de ces symptômes sont traitées.

Points clés

  • Les corps flottants par eux-mêmes indiquent rarement une maladie grave.

  • Tous les patients qui présentent des symptômes anormaux à l'examen doivent être adressés à l'ophtalmologiste.

  • Si les corps flottants sont accompagnés d'autres symptômes (p. ex., persistance de points lumineux, anomalie de la vision, sensation de perte visuelle en rideau mobile) ou s'ils se développent soudainemet, les patients doivent être adressés à l'ophtalmologiste quels que soient les signes à l'examen.

Ressources dans cet article