Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Amblyopie toxique

(Amblyopie nutritionnelle)

Par James Garrity, MD, Whitney and Betty MacMillan Professor of Ophthalmology, Mayo Clinic College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'amblyopie toxique est une diminution de l'acuité visuelle secondaire à un effet toxique dans la partie orbitaire (faisceau papillomaculaire) du nerf optique. Elle peut être provoquée par de multiples facteurs toxiques et nutritionnels et probablement par d'autres facteurs inconnus. Le principal symptôme est une perte indolore de la vision. Le diagnostic repose sur l'anamnèse et l'examen du champ visuel. Le traitement consiste à éviter les agents toxiques suspectés et à améliorer le régime alimentaire.

Étiologie

L'amblyopie toxique est habituellement bilatérale et symétrique. La dénutrition et les carences en vitamines (p. ex., les vitamines B1 ou B12 ou le folate) peut être en cause, en particulier chez les alcooliques. Les amblyopies tabagiques vraies sont rares. Le plomb, le méthanol, le chloramphénicol, la digoxine, l'éthambutol et d'autres nombreux produits chimiques peuvent léser le nerf optique. Les carences en protéines et en anti-oxydants sont probablement des facteurs de risque. L'amblyopie toxique peut être due à d'autres troubles nutritionnels, tels que le syndrome de Strachan (polynévrite et dermatite buccogénitale).

Symptomatologie

En cas d'amblyopie toxique, un flou visuel et une baisse de l'acuité se développent généralement sous quelques jours à quelques semaines. Un petit scotome central ou péricentral s'agrandit lentement, touchant aussi bien la tache aveugle que la macula (scotome centrocaecal) et gênant progressivement la vision. L'ingestion de méthanol peut entraîner la cécité totale, mais les autres causes nutritionnelles n'entraînent généralement pas de perte importante de la vision. Il n'y a habituellement pas d'anomalie rétinienne, mais une pâleur de la papille temporale peut se développer tardivement.

Diagnostic

  • Principalement par le bilan clinique

Un antécédent de dénutrition ou d'exposition toxique ou chimique, associé à un scotome bilatéral caractéristique au cours de l'examen du champ visuel, justifie le traitement. Des examens biologiques sont effectués pour déceler la présence de plomb, de méthanol, en cas de suspicion de carences nutritionnelles et de présence d'autres toxines.

Pronostic

La vision peut s'améliorer si la cause est traitée ou éliminée rapidement. La vision n'est habituellement pas retrouvée au stade atrophique du nerf optique.

Traitement

  • Traiter la cause de l'amblyopie toxique

  • Aides pour basse vision

La cause de l'amblyopie toxique du patient est traitée. L'exposition aux substances toxiques doit cesser immédiatement. L'alcool et d'autres substances chimiques ou médicaments potentiellement pathogènes doivent être évités. Un traitement chélateur est indiqué dans les intoxications au plomb. La dialyse, le fomépizole, l'éthanol ou une association de ces traitements sont utilisés en cas d'empoisonnement par le méthanol. Le traitement par les vitamines B et/ou les folates po ou parentérales avant que la perte de vision ne devienne grave peut renverser la situation lorsque la sous-nutrition est la cause présumée.

Des aides basse vision (p. ex., loupes, textes imprimés en gros caractères, montres parlantes) peuvent être utiles.

Le rôle des anti-oxydants n'a pas été entièrement déterminé. Leur utilisation peut être justifiée sur des bases théoriques; cependant, il n’y a aucune preuve de leur efficacité et les populations à risque qui doivent recevoir de tels compléments n'ont pas été définies.

Points clés

  • Une amblyopie toxique est une réduction de l'acuité visuelle causée le plus souvent par des médicaments ou des toxines ou des carences nutritionnelles, en particulier chez le sujet alcoolique.

  • La perte de vision est souvent graduelle et partielle.

  • Le diagnostic est essentiellement clinique (p. ex., scotome bilatéral, anamnèse évocatrice).

  • Traiter la cause (p. ex., arrêter l'exposition à un médicament ou à une toxine, améliorer la nutrition).