Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Trouble schizoaffectif

Par S. Charles Schulz, MD, University of Minnesota ;Prairie Care Medical Group

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le trouble schizoaffectif est caractérisé par des troubles importants de l'humeur d'un côté et des symptômes psychotiques et dissociatifs de la schizophrénie de l'autre. Il se distingue de la schizophrénie par l'apparition de 1 épisode de dépression ou de manie.

Le trouble schizoaffectif est envisagé lorsqu'un patient atteint d'une symptomatologie du registre schizophrénique présente également des symptômes du registre des troubles de l'humeur. Le diagnostic requiert que les symptômes thymiques (dépressifs ou maniaques) soient présents pendant la majeure partie de la durée totale de la maladie, simultanément avec ≥ 2 symptômes de la schizophrénie (délire, hallucinations, discours désorganisé, comportement grossièrement désorganisé ou catatonique, symptômes négatifs). La distinction entre un trouble schizoaffectif, une schizophrénie et un trouble de l'humeur peut nécessiter une évaluation longitudinale des symptômes et de leur évolution. Le pronostic est relativement plus favorable que celui de la schizophrénie, mais il est moins bon que celui des troubles de l'humeur.

Traitement

  • Une association de médicament, de psychothérapie et de soutien en institution peut être préconisée

Puisque le trouble schizoaffectif a des répercussions importantes dans la réalisation d'activités de la vie quotidienne, un traitement global (comprenant médicaments, psychothérapie et soutien communautaire) est souvent nécessaire.

Pour le traitement des épisodes maniaques, les antipsychotiques, associés au lithium, à la carbamazépine ou au valproate, peuvent être plus efficaces que les antipsychotiques seuls.

Pour le traitement des types dépressifs, un antipsychotique de 2e génération est administré en premier. Puis, une fois les symptômes psychotiques positifs stabilisés, un antidépresseur doit être introduit; les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine sont préférés en raison de leur profil de sécurité.