Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Trouble factice auto-imposé

Par Joel E. Dimsdale, MD, University of California, San Diego

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Un trouble factice est la falsification de symptômes physiques ou psychologiques sans motivation externe évidente; ce comportement vise à se faire passer pour un malade. Les symptômes peuvent être aigus, dramatiques, et convaincants. Les patients errent souvent d'un médecin ou d'un hôpital à l'autre pour le traitement. La cause n'est pas connue, bien que le stress et un trouble sévère de la personnalité, le plus souvent, un trouble de personnalité limite, semblent souvent en cause. Le diagnostic est clinique. Aucun traitement n'est clairement efficace

Trouble factice imposé à soi-même précédemment appelé syndrome de Munchausen, en particulier lorsque les manifestations étaient spectaculaires et graves. Un trouble factice peut également être imposé à une autre personne ( Trouble factice imposé à une autre personne).

Les patients peuvent se plaindre ou simuler des symptômes physiques qui suggèrent certains troubles (p. ex., douleur abdominale suggérant une abdomen chirurgical aigu, hématémèse). Les patients connaissent souvent de nombreux symptômes et caractéristiques associés de la maladie qu'ils simulent (p. ex., que la douleur d'un infarctus du myocarde peut irradier vers le bras gauche ou la mâchoire ou être accompagnée de sueurs). Parfois, ils simulent ou induisent des signes cliniques (p. ex., se piquer un doigt pour contaminer un prélèvement d'urine avec du sang, s'injecter des bactéries sous la peau pour induire une fièvre ou un abcès; dans ces cas, Escherichia coli est souvent le micro-organisme infectieux). Leur paroi abdominale peut être sillonnée de cicatrices suite aux laparotomies d'exploration, ou un doigt ou un membre a pu être amputé.

Ces patients initialement et parfois de manière chronique deviennent la responsabilité des cliniques médicales ou chirurgicales. Cependant, ce syndrome est un trouble mental, beaucoup plus complexe qu'une simulation malhonnête de symptômes, qui s'associe à d'importantes difficultés émotionnelles.

La personnalité du patient peut révéler des traits limites, et le patient est généralement intelligent et ingénieux. Il sait imiter les maladies et possède des connaissances cliniques sophistiquées. Ils se différencient des simulateurs car, bien que la tromperie et la simulation soient intentionnelles, leur comportement n'est motivé par aucune incitation externe évidente (p. ex., profit économique). Le bénéfice recherché, outre l'attention médicale portée à leur souffrance, est difficile à définir et leurs motivations sont largement inconscientes et obscures.

On peut retrouver dans l'enfance la notion de maltraitance ou de traumatismes psychologiques. Les patients ont pu également présenter une maladie sévère dans l'enfance ou avoir un parent gravement malade. Les patients semblent avoir des troubles de l'identité ainsi que des relations instables. Jouer le rôle de malade peut être une façon de protéger ou même d'accroître l'estime de soi en attribuant ses échecs à la maladie, en étant associé à des médecins ou à des centres médicaux prestigieux et/ou en apparaissant ainsi unique, héroïque ou médicalement connu et sophistiqué.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic repose sur l'anamnèse et l'examen clinique, et sur tout examen complémentaire nécessaire pour éliminer les troubles physiques et la démonstration de l'exagération, de la fabrication, de la simulation et/ou de l'induction de symptômes physiques.

Traitement

  • Aucun traitement clairement efficace

Le traitement est habituellement difficile et il n'existe pas clairement de traitement efficace. Le patient peut être soulagé lorsque ses exigences de traitement sont satisfaites, mais la surenchère apparaît rapidement et le médecin finit par être dépassé par ses requêtes. Toute confrontation ou refus d’accéder à ses revendications de traitement, suscite souvent des réactions agressives, le patient se rendant habituellement chez un autre médecin ou dans un autre hôpital (ce que l’on appelle " nomadisme médical "). Reconnaître le trouble et demander une consultation psychiatrique ou psychologique précoce est important, de telle sorte que les examens invasifs à risque, les procédures chirurgicales et l'utilisation excessive ou abusive de médicaments, peuvent être évités.

Une approche non agressive, non punitive, non conflictuelle doit être envisagée lors du diagnostic de trouble factice présenté aux patients. Pour éviter de culpabiliser le patient ou de lui adresser des reproches, un médecin peut présenter le diagnostic comme un appel à l'aide. Comme alternative, certains experts recommandent un traitement psychologique sans exiger que les patients admettent leur rôle dans leur maladie. Dans les deux cas, indiquer au patient que le médecin et le patient peuvent coopérer pour résoudre le problème est utile.

Trouble factice imposé à une autre personne

Un trouble factice imposé sur une autre personne est la falsification des manifestations d'une maladie chez une autre personne, généralement un aidant ou un soignant.

Auparavant, ce trouble était connu comme trouble factice par procuration ou syndrome de Munchausen par procuration. Dans le trouble factice imposé à un autre, les sujets, généralement des soignants, tels qu'un parent), produisent intentionnellement ou falsifient des symptômes physiques ou psychologiques ou des signes d'un sujet à leur charge (généralement un enfant), plutôt qu'à eux-mêmes (comme dans le trouble factice imposé à soi-même).

L'aidant falsifie l'anamnèse et peut rendre l'enfant malade en lui donnant des médicaments ou d'autres produits, ajouter du sang aux urines ou les contaminer avec ds bactéries pour simuler une maladie. L'aidant recherche une assistance médicale pour l'enfant et semble profondément préoccupé et protecteur. L'enfant a habituellement des antécédents d'hospitalisations fréquentes, pour une variété de symptômes non spécifiques, sans diagnostic ferme. L'enfant victimisé peut être gravement malade et parfois décéder.