Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Trouble somatoforme

Par Joel E. Dimsdale, MD, University of California, San Diego

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Le trouble somatoforme est caractérisé par de multiples plaintes physiques persistantes qui sont associées à des pensées excessives et inadaptées, les sentiments et les comportements liés à ces symptômes. Les symptômes ne sont pas produits intentionnellement ou feints et ils peuvent ou non accompagner une maladie connue. Le diagnostic se base sur l'anamnèse du patient et parfois celle des membres de la famille. Le traitement est ciblé sur la mise en place d'une forte relation thérapeutique de soutien qui évite d'exposer le patient à des examens et à des traitements inutiles.

Certains troubles somatiques auparavant distincts, le trouble de somatisation, les troubles de symptômes indifférenciés, les troubles somatoformes, l'hypocondrie, et les troubles somatoformes sont à présent considérés des troubles de symptômes somatiques. Tous ont des caractéristiques communes.

Les symptômes peuvent ou non être associés à un autre problème médical; ces symptômes ne doivent plus être médicalement inexpliqués. Parfois les symptômes sont des sensations corporelles normales ou un inconfort qui ne signalent pas un trouble grave.

Le patient n'est généralement pas conscient des problèmes mentaux sous-jacents et pense avoir une maladie physique, de sorte qu'il continue à faire pression sur les médecins pour obtenir des examens et des traitements, même si les examens poussés se sont révélés négatifs.

Symptomatologie

Les plaintes physiques récurrentes commencent généralement avant 30 ans; la plupart des patients ont des symptômes somatiques multiples, mais certains n'ont qu'un symptôme grave, généralement une douleur. La gravité peut être fluctuante, mais les symptômes persistent et disparaissent rarement de façon durable. Les symptômes eux-mêmes ou une inquiétude excessive à leur sujet est pénible ou perturbe la vie quotidienne. Certains patients deviennent déprimés de manière évidente.

Lorsqu'un trouble somatoforme accompagne un autre trouble médical, les patients répondent par excès aux implications du trouble médical; par exemple, les patients qui ont eu une récupération physique complète après un infarctus du myocarde non compliqué peuvent continuer à se comporter comme invalides ou à craindre constamment d'avoir un autre infarctus du myocarde.

Que les symptômes soient ou, non liés à un autre trouble médical, les patients craignent excessivement sur les symptômes et leurs conséquences catastrophiques possibles et sont très difficiles à rassurer. Les tentatives de soutien psychologique sont souvent interprétées comme « le médecin ne prend pas mes symptômes au sérieux ».

Les problèmes de santé jouent souvent un rôle central dans la vie d'un patient et parfois sont omniprésents. Les patients sont très inquiets pour leur santé et semblent souvent anormalement sensibles aux effets indésirables des médicaments.

Toutes les parties du corps sont concernées et la spécificité des symptômes et leur fréquence sont variables d'une culture à l'autre. Quelles que soient les manifestations, l'essence du trouble somatoforme est constituée de pensées, de sentiments ou de comportements excessifs ou inadaptés, en réponse aux symptômes. Par exemple, les patients qui se rétablissent d'un infarctus du myocarde simple peuvent se convaincre que leur pronostic est grave et éprouver une anxiété disproportionnée.

Le patient peut devenir dépendant des autres, exiger toujours davantage d'aide et de soutien affectif et peut devenir furieux s'il sent que sa quête affective n'est pas satisfaite. Il peut également menacer de se suicider ou faire une tentative de suicide. Étant souvent insatisfait des traitements médicaux, il multiplie les intervenants, passant habituellement d'un médecin à un autre ou recherchant la prescription de traitements de plusieurs médecins.

L'intensité et la persistance des symptômes peuvent exprimer le souhait particulièrement vif du patient d'être pris en charge. Les symptômes permettent d'éviter les responsabilités, mais représentent aussi symboliquement la punition de péchés, l'expiation d'un sentiment d'indignité ou de culpabilité, l'interdiction de plaisirs.

Diagnostic

  • Habituellement, critères cliniques

Les symptômes doivent être pénibles ou perturber la vie quotidienne, et ils doivent être associés à l'un des éléments suivants au moins:

  • Pensées disproportionnées et persistantes au sujet de la gravité des symptômes

  • Persistance d'une forte anxiété au sujet de la santé ou des symptômes

  • Trop de temps et d'énergie consacrés aux symptômes ou problèmes de santé

Lors de la première présentation, les médecins prennent une longue anamnèse (conférant parfois avec les membres de la famille), font un examen approfondi et souvent des examens pour déterminer si un trouble médical est en cause. Les patients qui ont un trouble somatoforme peuvent développer des troubles physiques concomitamment, des examens appropriés doivent être effectués en cas de modification des symptômes ou lorsque des signes objectifs se développent. Cependant, une fois un trouble médical clairement exclu ou un trouble léger identifié et traité, les médecins doivent éviter de répéter les examens; les patients sont rarement rassurés par des résultats d'examens négatifs et peuvent interpréter la poursuite des examens comme la confirmation que le médecin n'est pas certain que le diagnostic soit bénin.

Le trouble d'anxiété ( Trouble d'anxiété sociale) a des manifestations similaires, si ce n'est que les symptômes physiques sont absents ou minimes. Le trouble de symptôme somatique se différencie du trouble anxieux généralisé, du trouble de conversion et du trouble dépressif majeur par la prédominance, la multiplicité et la persistance des symptômes physiques et des pensées, sentiments et comportements excessifs qui l'accompagnent.

Traitement

  • Thérapie cognitive et comportementale

Les patients, même ceux qui ont une relation satisfaisante avec un médecin généraliste, sont fréquemment adressés à un psychiatre. Le traitement pharmacologique des troubles mentaux concomitants (p. ex., la dépression) peut aider; cependant, l'intervention principale est la psychothérapie, notamment la thérapie cognitivo-comportementale. Les patients tirent profit également d'une relation de soutien avec un médecin généraliste, qui coordonne l'ensemble de leurs soins, fournit un soulagement symptomatique, les voit régulièrement, et les protège de tests et de procédures inutiles.