Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Trouble cyclothymique

Par William Coryell, MD, University of Iowa

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Le trouble cyclothymique est caractérisé par des périodes d'hypomanie et de minidépression qui durent quelques jours, ont une évolution irrégulière et sont moins graves que celles des troubles bipolaires; ces périodes de symptômes doivent se produire pendant plus de la moitié du temps pendant une période ≥ 2 ans. Le diagnostic est clinique et basé sur les antécédents. La prise en charge comprend principalement l'éducation, bien que certains patients qui présentent une altération fonctionnelle doivent être traités par des médicaments.

Le trouble cyclothymique est généralement un précurseur du trouble bipolaire de type II. Cependant, il peut également se présenter sous la forme d'une extrême instabilité de l'humeur, sans devenir un trouble majeur de l'humeur. Dans une forme clinique rare, l'hypomanie chronique, les périodes d'exaltation prédominent associées à un raccourcissement habituel du sommeil à < 6 h. Le patient présentant cette forme est constamment très enthousiaste, sûr de lui, plein d’énergie et de projets, prodigue, très occupé et se mêle de tout ce qui ne le regarde pas; ces patients agissent de manière impulsive et peuvent se conduire de façon anormalement familière avec autrui.

Chez certains patients, les caractères cyclothymique et hypomaniaque chroniques contribuent au succès dans les affaires, à l’aptitude à diriger, à la réalisation personnelle, à la créativité artistique; cependant, ce caractère a plus souvent des conséquences préjudiciables sur les relations interpersonnelles et sociales. Les conséquences comprennent souvent instabilité, associée à des antécédents scolaires et professionnels inégaux, changements impulsifs et fréquents de résidence, ruptures sentimentales ou divorces à répétition, abus d'alcool et de médicaments intermittents.

Traitement

  • Soins de support

  • Parfois, stabilisateur de l'humeur

Les patients doivent apprendre à vivre avec leurs fluctuations extrêmes de l’humeur; cependant, vivre avec un trouble cyclothymique n'est pas facile, car les relations interpersonnelles sont souvent orageuses. Des travaux avec des horaires flexibles sont préconisés. Le patient qui a une inclination artistique doit être encouragé à mettre ses occupations artistiques en avant, puisque les excès et la fragilité de la cyclothymie peuvent être mieux tolérés dans un milieu artistique.

La décision d'utiliser un stabilisateur de l'humeur (p. ex., le lithium, certains anticonvulsivants, en particulier le valproate, la carbamazépine, et la lamotrigine) dépend de l'équilibre entre l'atteinte fonctionnelle et les avantages sociaux ou les accès de créativité que le patient peut vivre. Le divalproex 500 à 1000 mg po 1 fois/j est souvent mieux toléré que des doses équivalentes de lithium. Les antidépresseurs doivent être évités, à moins que les symptômes dépressifs soient sévères et prolongés, du fait du risque de changement d'humeur et d'installation d'une forme à cycles rapides.

Les groupes de soutien peuvent aider les patients en fournissant un forum pour partager leurs expériences communes et leurs sentiments.