Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Pneumoconiose des mineurs de charbon

(Anthracose; maladie du poumon noir; pneumoconiose des mineurs de charbon)

Par Lee S. Newman, MD, MA, University of Colorado at Denver;New

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La pneumoconiose des mineurs de charbon est provoquée par l'inhalation de poussière de charbon. Les dépôts de poussière produisent des macrophages chargés de poussière autour des bronchioles (macules de charbon), provoquant parfois un emphysème bronchiolaire localisé. La pneumoconiose des mineurs de charbon n'entraîne habituellement pas de symptômes mais peut évoluer vers une fibrose pulmonaire progressive massive avec altération de la fonction pulmonaire. Le diagnostic repose sur l'anamnèse professionnelle et la rx thorax. Le traitement est généralement symptomatique.

Étiologie

La pneumoconiose des mineurs de charbon est provoquée par l'inhalation chronique de poussière de charbon riche en carbone (anthracite et bitumineux), généralement sur une période 20 ans. L'inhalation de silice contenue dans le charbon peut également contribuer à la maladie clinique.

Physiopathologie

Les macrophages alvéolaires phagocytent la poussière, libèrent les cytokines qui stimulent l'inflammation et s'accumulent dans l'interstitium du poumon autour des bronchioles et des alvéoles (macules de charbon). Les nodules de charbon se développent alors que le collagène s'accumule et l'emphysème focal s'étend alors que les parois des bronchioles s'amincissent et se dilatent. On peut observer une fibrose, mais elle est habituellement limitée aux zones adjacentes aux macules de charbon. Les anomalies de l'architecture pulmonaire, l'obstruction bronchique et les déficiences de la fonction respiratoire sont habituellement modérées, mais peuvent être très destructrices chez certains groupes de patients.

Deux formes de pneumoconiose des mineurs de charbon sont décrites:

  • La forme simple, avec des macules de charbon individuelles

  • La forme compliquée, avec une coalescence des macules vers une fibrose pulmonaire progressive

Les patients qui présentent une pneumoconiose des mineurs de charbon simple développent une fibrose pulmonaire progressive dans environ 1 à 2% des cas/an. Récemment, l'évolution rapide de la pneumoconiose des mineurs de charbon en fibrose pulmonaire progressive a été reconnue chez les jeunes mineurs, en particulier dans l'Est américain.

Dans la fibrose pulmonaire progressive, les nodules fusionnent pour former des masses parenchymateuses noires, élastiques qui confluent habituellement dans les zones postérieures supérieures. Les masses peuvent envahir et détruire les vaisseaux et les voies respiratoires ou peuvent s'excaver. La fibrose pulmonaire progressive peut continuer à se développer et progresser même après l'arrêt de l'exposition à la poussière de charbon. Malgré la similitude de la fibrose pulmonaire progressive induite par le charbon et la silicose pseudo-tumorale, l'apparition de la fibrose pulmonaire progressive des ouvriers du charbon n'est pas liée au contenu en silice du charbon.

Complications

Une association entre la pneumoconiose des mineurs de charbon et les signes de la polyarthrite rhumatoïde est bien décrite. On ne sait pas clairement si la pneumoconiose des mineurs de charbon prédispose les mineurs à développer la polyarthrite rhumatoïde, si la polyarthrite rhumatoïde prend une forme particulière en cas de pneumoconiose des mineurs de charbon ou si la polyarthrite rhumatoïde altère la réponse des mineurs à la poussière de charbon. De multiples nodules arrondis apparaissant dans le poumon sur une période relativement courte (le syndrome de Caplan) traduit une réponse immunopathologique liée à une maladie rhumatoïde. D'un point de vue histologique, ils ressemblent aux nodules rhumatismaux, mais l'inflammation présente dans la région périphérique est plus accentuée. Les patients qui présentent une pneumoconiose des mineurs de charbon ont un risque légèrement augmenté de tuberculose active et d'infections mycobactériennes non tuberculeuses. D'associations non démontrées ont été rapportées entre la pneumoconiose des mineurs de charbon et la sclérodermie générale progressive ou le cancer de l'estomac.

Symptomatologie

La pneumoconiose des mineurs de charbon n'entraîne habituellement pas de symptômes. La plupart des symptômes chroniques pulmonaires chez les mineurs de charbon sont déclenchés par d'autres pathologies, telles que la bronchite chronique liée à la poussière industrielle de charbon ou l'emphysème tabagique coexistant. La toux peut être chronique et problématique chez les patients, même après qu'ils ont quitté leur lieu de travail et même chez ceux qui ne fument pas.

La fibrose pulmonaire progressive entraîne une dyspnée progressive. Parfois, les patients expectorent des crachats noirâtres (mélanoptysie), ce qui se produit lors de la rupture de lésions de fibrose pulmonaire progressive dans les voies respiratoires. La fibrose pulmonaire progressive évolue souvent vers une hypertension artérielle pulmonaire, une insuffisance cardiaque droite et une défaillance respiratoire.

Diagnostic

  • Antécédents d'exposition à la poussière de charbon

  • Rx ou TDM du thorax

Le diagnostic repose sur une notion d'exposition et sur l'aspect à la rx ou à la TDM du thorax. Dans la pneumoconiose des mineurs de charbon, la rx ou la TDM montrent des opacités diffuses, arrondies ou micronodulaires. La présence d'au moins une opacité de > 10 mm est en faveur d'une fibrose pulmonaire progressive. La spécificité de la rx thorax pour la fibrose pulmonaire progressive est faible, parce que jusqu'à 1/3 des images identifiées comme étant des lésions de fibrose pulmonaire progressive s'avèrent être des tumeurs malignes, des cicatrices ou d'autres lésions. La TDM du thorax est plus sensible et plus spécifique que la rx thorax pour détecter des nodules confluents, la fibrose pulmonaire progressive précoce et une excavation.

Les épreuves fonctionnelles respiratoires ne sont pas utiles au diagnostic, mais le sont pour déterminer la fonction pulmonaire des patients chez lesquels des anomalies obstructives, restrictives ou mixtes peuvent se développer. Comme on observe des anomalies des échanges gazeux chez certains patients présentant une pneumoconiose des mineurs de charbon simple extensive ou compliquée, les mesures de base et périodique de la capacité de diffusion du monoxyde de carbone (DLco) et le dosage des gaz du sang artériel au repos et à l'effort sont recommandés.

Puisque les patients présentant une pneumoconiose des mineurs de charbon ont souvent eu l'exposition aux poussières de silice et la poussière du charbon à la fois, la surveillance de la tuberculose est pratiquée habituellement. L'intradermo-réaction à la tuberculine annuelle est nécessaire en cas de pneumoconiose des mineurs de charbon. Chez ceux qui présentent des résultats positifs, la culture d'expectorations avec cytologie, une TDM et un tubage gastrique et bronchoscopie, peuvent être nécessaires pour confirmer la tuberculose.

Traitement

  • Parfois, une O2thérapie et une rééducation fonctionnelle respiratoire sont nécessaires

  • Restriction d'une exposition ultérieure

Le traitement est rarement nécessaire dans la pneumoconiose des mineurs de charbon simple, bien que le sevrage tabagique et la surveillance de la tuberculose soient recommandés. Les patients qui présentent une hypertension artérielle pulmonaire et/ou une hypoxémie reçoivent une O2thérapie. La rééducation fonctionnelle respiratoire permet aux travailleurs les plus gravement atteints, de conserver le plus longtemps possible une activité aussi normale que possible. Les travailleurs atteints de pneumoconiose des mineurs de charbon, en particulier ceux qui présentent une fibrose pulmonaire progressive, doivent cesser toute exposition, en particulier à des concentrations élevées de poussière. La tuberculose est traitée suivant les recommandations actuelles ( Tuberculose : Traitement).

Prévention

Les mesures préventives comprennent l'arrêt de l'exposition, l'arrêt du tabac et les vaccinations antipneumococcique et antigrippale. La pneumoconiose des mineurs de charbon peut être prévenue par un dépoussiérage plus efficace des mines. Malgré des règlements de longue date, les expositions continuent à se manifester dans le domaine de l'exploitation minière, avec une augmenation de la fréquence de la maladie, dont des formes sévères. Les masques respiratoires ne procurent qu'une protection limitée.

Points clés

  • La pneumoconiose des mineurs de charbon est provoquée par l'inhalation chronique de poussière de charbon riche en carbone (anthracite et bitumineux), généralement sur une période ≥ 20 ans.

  • La plupart des patients sont atteints de pneumoconiose des mineurs de charbon simple, avec de petits nodules asymptomatiques à l'imagerie.

  • Certains patients qui ont une pneumoconiose des mineurs de charbon développent une fibrose massive progressive avec une détérioration de la fonction pulmonaire, une dyspnée et des anomalies graves à l'imagerie.

  • Baser le diagnostic sur une notion d'exposition et sur l'imagerie du thorax.

  • Traiter symptomatiquement, encourager le sevrage tabagique, et limiter ultérieurement l'exposition.