Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Comment réaliser une thoracostomie

Par Noah Lechtzin, MD, MHS, Associate Professor of Medicine and Director, Adult Cystic Fibrosis Program, Johns Hopkins University School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le drainage pleural par tube de thoracostomie consiste à insérer un drain dans l'espace pleural pour drainer l'air ou le liquide qui se trouve dans le thorax.

Indications

  • Pneumothorax récidivant, persistant, traumatique, important, sous tension ou bilatéral

  • Pneumothorax chez un patient sous ventilation à pression positive

  • Important épanchement pleural symptomatique ou récurrent

  • Empyème

  • Chylothorax

Contre-indications

Il n'existe aucune contre-indication absolue à la thoracostomie par tube.

Les contre-indications relatives comprennent

  • La coagulopathie ou le trouble de la coagulation (peut nécessiter des produits sanguins ou des facteurs de coagulation)

Complications

  • Mauvais positionnement du drain dans le parenchyme pulmonaire, dans la scissure lobaire, sous le diaphragme ou sous la peau

  • Blocage du tube dû à la formation de caillots de sang, de débris ou de vrillage

  • Déplacement du drain qui nécessite alors la mise en place d'un nouveau drain

  • Œdème pulmonaire de réexpansion du poumon

  • Emphysème cutané

  • Infection du liquide pleural résiduel ou récidive de l'épanchement

  • Lacération du poumon ou du diaphragme

  • Névralgie intercostale due à une lésion du faisceau neurovasculaire sous une côte

  • Saignements

  • Rarement, perforation d'autres structures dans le thorax ou l'abdomen

Equipement

  • Blouse, masque, gants et rideaux stériles

  • Pansements et gaze vaselinés et ruban adhésif

  • Solution nettoyante telle que la chlorhexidine 2%

  • Aiguilles de calibre 25 et 21

  • seringues de 20 mL et de 10 mL

  • Anesthésique local tel que lidocaïne à 1%

  • 2 Pinces hémostatiques ou de Kelly

  • Suture non absorbable, forte en soie ou nylon (p. ex., 0 ou 1-0)

  • Bistouri (lame taille 11)

  • Taille du drain: les tailles sont comprises entre 16 à 36 French (Fr) et dépendent de l'utilisation prévue (de 20 à 24 Fr pour le pneumothorax; de 20 à 24 Fr pour l’épanchement pleural malin; de 28 à 36 Fr pour les épanchements parapneumoniques compliqués, l’empyème et la fistule bronchopleurale; de 32 à 36 Fr pour l’hémothorax)

  • Succion

  • Dispositif de drainage avec joint hydraulique et tube de raccordement

Considérations supplémentaires

  • La pose élective d'un drain thoracique est idéalement pratiquée par un médecin entraîné à la procédure. D'autres médecins peuvent soulager un pneumothorax compressif à l'aide d'une thoracostomie à l'aiguille.

  • La pose d'un drain thoracique est une procédure qui se pratique en milieu hospitalier. Si cette pose est réalisée dans le service des urgences, le patient est ensuite admis à l'hôpital.

Positionnement

  • Chez un patient respirant spontanément, la tête du lit est surélevée de 30° à 60° pour limiter l'élévation du diaphragme survenant au cours de l'expiration, ce qui diminue le risque de placement intra-abdominal accidentel de la sonde.

  • Le bras du côté affecté peut également être placé au-dessus de la tête du patient ou en abduction.

  • La main peut être placée derrière la tête.

Anatomie importante

  • Les faisceaux neurovasculaires sont situés au niveau du bord inférieur de chaque côte. Par conséquent, le tube doit être placé sur le bord supérieur de la côte pour éviter de léser le faisceau neuro-vasculaire.

Description étape par étape de la procédure et points d'enseignement clés

  • Si possible en termes de temps, expliquer la procédure et obtenir le consentement du patient ou d'un proche parent chaque fois que possible.

  • Connecter un dispositif d'aspiration avec colonne d'étanchéité à l'eau stérile à une source de vide. Habituellement, on utilise un appareil disponible dans le commerce qui raccorde la source de vide murale au drain de thoracostomie avec des connecteurs en plastique.

  • Le site d'introduction varie selon que de l'air ou du liquide est drainé. Pour le pneumothorax, le drain est habituellement inséré dans le 4e espace intercostal et dans les autres indications dans le 5e espace intercostal, au niveau de la ligne axillaire moyenne ou antérieure.

  • Marquer le site d'insertion.

  • Préparer la zone au niveau et autour du site d'insertion à l'aide d'une solution antiseptique telle que la chlorhexidine.

  • Mettre un drap sur la zone.

  • Injecter un anesthésique local tel que la lidocaïne 1% dans la peau, dans le tissu sous-cutané, dans le périoste (de la côte située sous le site d'insertion) et dans la plèvre pariétale. Injecter une grande quantité d'anesthésique local autour du périoste et de la plèvre pariétale très sensibles à la douleur. Aspirer avec la seringue avant l'injection de lidocaïne afin d'éviter l'injection dans un vaisseau sanguin. Le bon positionnement est confirmé par le retour d'air ou de liquide dans la seringue d'anesthésie lorsqu'elle pénètre dans l'espace pleural.

  • Estimer la profondeur à laquelle la sonde doit être insérée de sorte que tous les trous de la sonde soient à l'intérieur de l'espace pleural, ce qui représente tous les tissus sous-cutanés et la graisse, en particulier chez le patient obèse. Noter ou enregistrer la marque sur le tube qui doit être ensuite visible à la peau.

  • Faire une incision de 1,5 à 2 cm sur la peau, puis disséquer sommairement les tissus mous intercostaux jusqu'à la plèvre en faisant avancer une pince fermée (pince hémostatique ou pince de Kelly) puis en l'ouvrant. Identifier la côte sous le site d'insertion et se déplacer sur la côte pour trouver l'espace pleural au-dessus de cette dernière. Puis perforent la plèvre avec l'instrument clampé (généralement indiqué par un pop et/ou une diminution soudaine de la résistance) et s'ouvre de la même manière.

  • Utiliser un doigt pour élargir la voie et confirmer l'entrée dans la cavité pleurale en l'absence d'adhérences.

  • Clamper le tube thoracique à l'extrémité extérieure.

  • Insérer le drain thoracique, avec un autre clamp à l'extrémité, à travers le tractus et le diriger en direction inféropostérieure pour les épanchements ou vers le haut pour le pneumothorax, jusqu'à ce que les trous du drain soient à l'intérieur de la paroi thoracique.

  • Suturer le drain thoracique à la peau de la paroi thoracique à l'aide de l'une des nombreuses méthodes de suture. Il est possible de réaliser une suture en bourse. En outre, placer une suture à points séparés à travers l'incision et à proximité du tube, puis à nouer la suture autour du tube. Une autre méthode consiste à substituer une seconde suture à points séparés sur l'incision de l'autre côté du drain à la suture en bourse et à attacher également la suture au tube.

  • Placer un pansement stérile avec de la gaze vaselinée pour favoriser la fermeture de la plaie au niveau du site.

  • Couper 2 compresses stériles à la moitié par le milieu et les placer autour du tube.

  • Retirer le bandage.

  • Utiliser des pansements compressifs et un adhésif pour maintenir le pansement en place. Envisager de coller la partie extérieure du tube sur le pansement avec un ruban adhésif ou séparément sur le patient.

  • Relier le drain au dispositif d'aspiration avec colonne d'étanchéité pour empêcher l'air d'entrer dans le thorax par le drain et permettre le drainage avec ou sans aspiration.

Soins ultérieurs

  • Une rx thorax de face doit être effectuée après l'insertion du drain au lit du malade pour vérifier sa position. S'il existe des préoccupations au sujet du positionnement ou du fonctionnement du drain thoracique, les rx de face et latérales ou une TDM du thorax doivent être effectuées (1).

  • Le drain thoracique est retiré lorsque la pathologie ayant nécessité son insertion est guérie. En cas de pneumothorax, l'aspiration est stoppée et le drain est placé dans un récipient d'eau pendant plusieurs heures pour s'assurer que l'évacuation de l'air est terminée et que le poumon ne se rétracte pas. La radiographie thoracique est souvent répétée 12 à 24 h après la dernière preuve de fuite d'air avant de retirer le drain. En cas d'épanchements pleuraux ou d'hémothorax, le drain est généralement retiré lorsque le drainage ramène < 100 ou 200 mL/jour de liquide séreux.

  • L'ablation d'un tube thoracique chez les patients sous ventilation mécanique, en particulier ceux qui ont des besoins élevés en oxygène, une ventilation à pression positive, une maladie pulmonaire chronique, ou un risque accru de pneumothorax récurrent, ne doit être effectuée qu'après consultation du pneumologue.

  • Pour retirer le tube, le patient doit être semi-dressé. Après avoir retiré les sutures, au moment de l'ablation, le patient est invité à prendre une profonde inspiration puis à expirer à fond; le tube est retiré pendant l’expiration et le site est recouvert de gaze vaselinée, ce qui réduit le risque de pneumothorax lors de l'ablation.

  • La suture en bourse, si elle est effectuée lors de l'insertion du tube, est fermée, et/ou des sutures supplémentaires peuvent être nécessaires pour fermer l'incision.

  • Une radiographie pulmonaire doit être répétée plusieurs heures après l'ablation du drain thoracique. Si aucun pneumothorax n'est visible sur la radiographie après l'ablation du drain thoracique, il n'est pas nécessaire de pratiquer d'autres radios thoraciques, sauf en cas de modifications cliniques de l'état du patient.

Avertissements et erreurs fréquentes

  • L'appareil d'aspiration à joint hydraulique doit être maintenu à 40 cm (ou 100 cm) au-dessous du patient pour éviter l'écoulement rétrograde de l'air ou du liquide dans l'espace pleural.

  • Certains recommandent de ne pas drainer plus de 1,5 L de liquide pleural par 24 h en raison d'un risque d'œdème pulmonaire de ré-expansion. Cependant, peu de données probantes indiquent que l'œdème pulmonaire de ré-expansion est directement proportionnel au volume de fluide retiré. Ainsi, il est raisonnable d'évacuer complètement les épanchements au moment de l'insertion du drain thoracique chez les patients correctement surveillés.

  • Si la radiographie pulmonaire révèle que le drain thoracique n'est pas suffisamment enfoncé dans le thorax et que les trous d'aspiration du drain ne sont pas dans la cavité thoracique, le drain thoracique devra être replacé. Le simple avancement du drain thoracique peut introduire une tubulure non stérile dans le thorax.

  • Les erreurs d'insertion fréquentes comprennent des quantités inadéquates d'anesthésique local et une incision initiale trop petite (2, 3).

  • Verrouiller le brancard avant d'insérer le drain car la procédure peut impliquer une force importante.

Trucs et astuces

  • La sédation consciente avant la procédure peut être utilisée dans certains cas.

  • Pour marquer le point d'insertion, utiliser un marqueur pour la peau ou une impression avec un stylo de sorte que la préparation de nettoyage de la peau ne fasse pas disparaître la marque.(4).

Références

Ressources dans cet article