Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Kinésithérapie respiratoire

Par Bartolome R. Celli, MD, Tufts University;St. Elizabeth's Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La kinésithérapie respiratoire consiste en des manœuvres mécaniques externes, telles que la percussion thoracique, le drainage postural, la vibration, et l'accélération du flux, l'objectif étant d'augmenter la mobilisation et l'élimination des sécrétions des voies respiratoires. Cette procédure est indiquée chez le patient dont la toux est insuffisante ou inefficace pour éliminer les sécrétions épaisses, tenaces ou cloisonnées. Les exemples comprennent la mucoviscidose, la bronchectasie, l'abcès du poumon, les troubles neuromusculaires et les pneumonies dans certaines zones pulmonaires spécifiques.

Contre-indications

Toutes les contre-indications sont relatives et comprennent les suivantes:

  • Inconfort dû à certaines positions ou manipulations

  • Anticoagulation

  • Fractures de côte ou de vertèbres, ou ostéoporose

  • Hémoptysies récentes

Procédure

La kinésithérapie respiratoire peut être faite par un kinésithérapeute, bien que les techniques soient souvent apprises aux membres de la famille des patients dans certains cas.

Les procédures les plus fréquemment utilisées sont le drainage postural et la percussion thoracique, dans laquelle le patient est tourné sur un côté pour faciliter le drainage des sécrétions d'un lobe ou d'un segment spécifique tandis que le kinésithérapeute fait des percussions thoraciques manuellement pour dégager et mobiliser les sécrétions accumulées qui peuvent alors être expectorées ou drainées. La procédure est assez désagréable et fatigante pour le patient. L'alternative aux percussions thoraciques à la main comprend essentiellement la technique de l'accélération des flux expiratoires.

Il existe d'autres méthodes de libération des voies respiratoires dont certains types de respiration contrôlée, des dispositifs de pression expiratoire positive pour maintenir la perméabilité des voies respiratoires et des dispositifs d'oscillation des voies respiratoires à fréquence ultra-basse pour mobiliser les crachats. Les méthodes de dégagement des voies respiratoires sont comparables et les méthodes doivent être choisies en fonction des besoins et des préférences de chaque patient.

Complications

Les complications sont rares mais comprennent l'hypoxie positionnelle et l'inhalation des sécrétions libérées par d'autres régions pulmonaires.