Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Stridor

Par Noah Lechtzin, MD, MHS, Associate Professor of Medicine and Director, Adult Cystic Fibrosis Program, Johns Hopkins University School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Le stridor est un bruit aigu principalement inspiratoire. Il est le plus souvent associé à des troubles aigus, tels que l'inhalation d'un corps étranger mais peut être dû à des troubles plus chroniques, comme une trachéomalacie.

Stridor inspiratoire dans la laryngite striduleuse.

Stridor

Fichier audio courtoisie de David W. Cugell, MD.

Physiopathologie

Le stridor est produit par un écoulement rapide et turbulent d'air à travers un segment rétréci ou partiellement obstrué des voies respiratoires supérieures extrathoraciques. Les régions concernées sont le pharynx, l'épiglotte, le larynx et la trachée extrathoraciques.

Étiologie

La plupart des causes ont des manifestations aiguës, mais certains patients ont initialement une symptomatologie chronique ou récidivante ( Causes de stridor).

Les causes aiguës sont généralement infectieuses à l'exception des corps étrangers et des allergies. Les causes chroniques sont habituellement des anomalies congénitales ou acquises de la structure des voies respiratoires supérieures. Un stridor transitoire ou intermittent peut résulter d'une aspiration avec un laryngospasme aigu ou d'une dysfonction des cordes vocales.

Enfants

Les causes les plus fréquentes de stridor aigu chez l'enfant sont

  • La laryngite striduleuse

  • L'inhalation d'un corps étranger

L'épiglottite a historiquement été une cause fréquente de stridor chez l'enfant, mais son incidence a diminué depuis l'introduction du vaccin anti-Haemophilus influenzae type B (Hib). Divers troubles congénitaux des voies respiratoires peuvent se manifester par un stridor récurrent chez le nouveau-né et le nourrisson.

Adultes

Les causes fréquentes chez l'adulte sont

  • Dysfonctionnement des cordes vocales (appelé aussi mobilité paradoxale des cordes vocales)

  • Un œdème laryngé postextubation

  • Un œdème ou une paralysie des cordes vocales

  • Des tumeurs laryngées

  • Des réactions allergiques

Un dysfonctionnement des cordes vocales peut simuler un asthme et de nombreux patients qui présentent un dysfonctionnement des cordes vocales sont incorrectement traités par des médicaments de l'asthme mais n'y répondent pas. L'épiglottite est de plus en plus fréquente chez l'adulte, mais l'épiglottite y est moins susceptible de provoquer un stridor que chez l'enfant.

Causes de stridor

Cause

Signes évocateurs

Procédure diagnostique

Stridor aigu

Réaction allergique (sévère)

Début soudain après exposition à un allergène

Habituellement, accompagné d'un wheezing et parfois par un œdème orofacial; prurit

Pas de fièvre ou d'angine; toux rare

Bilan clinique

Âge 6-36 mois

Toux rauque plus importante la nuit, symptômes d'infection des voies respiratoires supérieures, pas de difficulté à avaler, fébricule

Bilan clinique

Parfois, rx de face de la tête montrant un pincement glottique (signe du clocher)

Principalement adultes, ainsi que les enfants non vaccinés contre l'Hib

Début brutal d'une fièvre élevée, maux de gorge, bavement et souvent détresse respiratoire et anxiété importante

Aspect toxique

Rx latérale du cou si le patient est stable

Examen en salle d'opération en cas de signe de détresse

Corps étranger

Apparition brutale chez le petit ou le jeune enfant qui ne présente ni infection des voies respiratoires supérieures ni symptômes généraux

Chez l'adulte, corps étranger des voies respiratoires supérieures généralement apparent à l'anamnèse

Laryngoscopie directe ou indirecte ou bronchoscopie

Lésions par inhalation (p. ex., dues à l'inhalation de produits de nettoyage ou de fumées)

Inhalation toxique récente cliniquement apparente

Bilan clinique

Parfois, bronchoscopie

Complications postextubation (p. ex., œdème laryngé, laryngospasme, luxation aryténoïdienne)

Intubation récente et détresse respiratoire

Bilan clinique

Parfois, laryngoscopie directe

Abcès rétropharyngé

Principalement chez l'enfant de < 4 ans

Fièvres élevées, maux de gorge sévère, bavement, difficulté à avaler, parfois détresse respiratoire

Tuméfaction peut ou non être visible dans le pharynx

Rx latérale du cou

Parfois, TDM du cou avec injection de produit de contraste

Trachéite bactérienne (rare)

Toux rauque plus importante la nuit, fièvre élevée et détresse respiratoire

Aspect toxique

Rx du cou

Parfois, laryngoscopie directe ou indirecte avec visualisation et culture des sécrétions trachéales purulentes

Laryngospasme

Épisodes récidivants, en relation avec un reflux gastro-œsophagien, un traitement médicamenteux récent ou après une intubation endotrachéale

Laryngoscopie directe ou indirecte

Episodes récurrents de stridor inexpliqués souvent avec enrouement, sensation de gorge serrée, sensation d'étouffement et/ou toux

Laryngoscopie directe

Stridor chronique

Anomalies congénitales (nombreuses; laryngomalacie le plus souvent)

Habituellement chez le nouveau-né et le nourrisson

Parfois, d'autres anomalies congénitales sont présentes

Parfois, troubles de l'alimentation ou du sommeil

Parfois, aggravés en cas d'infection des voies respiratoires supérieures

TDM du cou et du thorax

Laryngoscopie directe

Spirométrie avec courbes débit-volume

Compression externe

Antécédents de cancer de la tête et du cou ou de masse évidente, sueurs nocturnes, perte de poids

Rx thorax et du cou

TDM du cou et du thorax

Laryngoscopie directe ou indirecte

Tumeurs laryngées (p. ex., carcinome épidermoïde, hémangiomes, cancer à petites cellules)

Stridor inspiratoire ou biphasique qui peut s'aggraver progressivement à mesure que la tumeur grossit

Laryngoscopie directe ou indirecte

Spirométrie avec courbes débit-volume

Trachéomalacie congénitale

Symptômes chroniques

Stridor ou toux rauque lors d'une toux, de pleurs, ou d'une prise alimentaire

Peuvent s'aggraver en position couchée

TDM ou IRM

Spirométrie avec courbes débit-volume

Parfois, bronchoscopie

Traumatisme récent (p. ex., de la naissance, chirurgie de la thyroïde ou cervicofaciale autre, intubation, aspiration profonde des voies respiratoires)

Divers troubles neurodégénératifs ou neuromusculaires

Bonne qualité vocale, mais intensité limitée

Laryngoscopie directe ou indirecte

Hib =Haemophilus influenzae type B.

Bilan

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit d'abord déterminer si des symptômes sont aigus ou chroniques et s'ils sont transitoires ou intermittents. En cas de trouble aigu, tout symptôme d'infection des voies respiratoires supérieures (rhinorrhée, fièvre, maux de gorge) ou d'allergie (prurit, éternuements, œdème facial, exanthème, exposition potentielle à l'allergène) sera noté. Intubation récente ou chirurgie du cou doit être cliniquement évidente. Si chronique, l'âge de début (p. ex., depuis la naissance, au cours de la petite enfance, seulement à l'âge l'adulte) et sa durée sont déterminés, ainsi que le fait que les symptômes soient continus ou intermittents. Si les symptômes sont intermittents, les facteurs déclenchants ou d'aggravation (p. ex., position, exposition aux allergènes, au froid, anxiété, alimentation, pleurs) sont recherchés. Les symptômes associés importants dans tous les cas sont la toux, la douleur, le bavement, la détresse respiratoire, la cyanose, et les difficultés d'alimentation.

La revue des systèmes doit rechercher les symptômes de pathologies en cause, dont un pyrosis ou d’autres signes de reflux (laryngospasme); des sueurs nocturnes, une perte de poids et une fatigue (cancer); et des modifications de la voix des troubles de la déglutition et des fausses routes récurrentes (troubles neurologiques).

La recherche des antécédents médicaux chez l'enfant doit porter sur les antécédents périnataux, en particulier d'intubation endotrachéale, d'anomalies congénitales connues, et les antécédents vaccinaux (notamment HiB). Chez l'adulte, il faut rechercher des antécédents d'intubation endotrachéale, de trachéotomie, d'infections respiratoires récurrentes, de tabagisme et de consommation d'alcool.

Examen clinique

La première étape est de déterminer la présence et le degré de détresse respiratoire par l'évaluation des signes vitaux (comprenant une oxymétrie pulsée) et par un examen rapide. Les signes de détresse sévère comprennent une cyanose, une diminution du niveau de conscience, une saturation en oxygène basse (p. ex.,< 90%), une soif d'air, la mise en œuvre des muscles inspiratoires accessoires et des difficultés à parler. L'enfant qui a une épiglottite peut se tenir debout les bras croisés sur les jambes ou sur la table d'examen, se pencher en avant, et présenter une hyperextension du cou, la mâchoire en avant, la bouche ouverte pour améliorer les échanges d'air (position tripode). Une détresse modérée est indiquée par une tachypnée, l'utilisation des muscles accessoires pour la respiration, et des contractures intercostales. Lorsque la douleur est sévère, tout examen supplémentaire est différé jusqu'à ce que le matériel et le personnel soient prêts pour permettre une prise en charge en urgence des voies respiratoires.

En cas d'épiglottite, l'examen clinique oropharyngien (en particulier chez un enfant) peut provoquer une anxiété, cause d'obstruction fonctionnelle et de perte de la perméabilité des voies respiratoires. Ainsi, si une épiglottite est suspectée, ni un abaisse-langue, ni d'autres instruments ne doivent être introduits dans la bouche. Lorsque la suspicion est faible et en l’absence de détresse, ils peuvent subir un examen d’imagerie; les autres doivent être envoyés en salle d'opération pour laryngoscopie directe, qui doit être effectuée par un otorhinolaryngologiste sous anesthésie.

Si les signes vitaux du patient et des voies respiratoires sont stables, en l'absence de suspicion d'épiglottite aiguë, la cavité orale doit être soigneusement examinée à la recherche de sécrétions agglomérée, d'amygdales hypertrophiques, d'une induration, d'un érythème ou des corps étrangers. Le cou est palpé à la recherche de masses et d'une déviation trachéale. L'auscultation soigneuse du nez, de l'oropharynx, de la tête et du thorax permet de localiser l'origine du stridor. Les nourrissons doivent être examinés avec une attention particulière portée à la morphologie craniofaciale (en recherchant des signes de malformations congénitales), à la perméabilité des narines et aux troubles cutanés.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Bavement et agitation

  • Position tripode

  • Cyanose ou hypoxémie à l'oxymétrie pulsée

  • Diminution du niveau de conscience

Interprétation des signes

La distinction entre stridor aigu et chronique est importante. Les autres données cliniques sont également utile ( Causes de stridor).

Les manifestations aiguës sont les plus susceptibles d'être dues à des maladies engageant le pronostic vital. En présence de ces troubles, la fièvre indique une infection. Une fièvre associée à une toux rauque suggère une laryngite striduleuse ou, très rarement, une trachéite. Les patients qui ont une laryngite striduleuse ont généralement des symptômes d'infection des voies respiratoires supérieures et un aspect moins toxique. Une fièvre sans toux, surtout si elle est accompagnée d'un aspect toxique, de maux de gorge, de difficultés à avaler, ou d'une détresse respiratoire, suggère une épiglottite et, chez le jeune enfant, moins, souvent, un abcès rétropharyngé. Un bavement et une position tripode sont évocateurs d'une épiglottite, alors que l'abcès rétropharyngé peut se manifester par une raideur du cou et une incapacité à étendre le cou.

Les patients qui n'ont pas de fièvre et qui ne présentent pas de symptômes d'infection des voies respiratoires supérieures sont susceptibles d'avoir une réaction allergique aiguë ou d'avoir inhalé un corps étranger. Une réaction allergique aiguë suffisamment grave pour provoquer un stridor induit généralement d'autres manifestations d'œdème des voies respiratoires (p. ex., œdème du visage ou facial, wheezing) ou d'anaphylaxie (prurit, urticaire). L'obstruction des voies respiratoires supérieures par d'un corps étranger qui entraîne un stridor est toujours aiguë, mais peut être occultée chez le jeune enfant (les enfants plus âgés et les adultes peuvent informer de l'événement, sauf en cas d'obstruction presque complète des voies respiratoires, qui se manifestera par une incapacité à parler, et non par un stridor). La toux est souvent présente en cas de corps étranger mais est rare en cas de réaction allergique.

Le stridor chronique qui débute tôt au cours de l'enfance, en l'absence de facteur déclenchant, évoque clairement une anomalie congénitale ou une tumeur des voies respiratoires supérieures. Chez l'adulte, le tabagisme important et la consommation d'alcool doivent faire suspecter un cancer du larynx. La paralysie des cordes vocales a généralement un facteur déclenchant évident, tel qu'une chirurgie ou une intubation, ou est associée à d'autres symptômes neurologiques, tels qu'une faiblesse musculaire. Les patients qui présentent une trachéomalacie ont fréquemment une toux productive des crachats et ont des antécédents d'infections respiratoires.

Examens complémentaires

Les examens complémentaires doivent comprendre une oxymétrie pulsée. Chez les patients qui présentent une détresse respiratoire minime, une rx des tissus mous du cou peut être utile. Une augmentation de volume de l'épiglotte ou de l'espace rétropharyngé peut être visible sur le cliché de profil et une sténose sous-épiglottique due à une laryngite striduleuse (signe du clocher) peut être observée en incidence de face. La rx peut également repérer des corps étrangers dans le cou ou le thorax.

Dans d'autres cas, la laryngoscopie directe peut détecter des anomalies des cordes vocales, des anomalies structurelles et des tumeurs. Une TDM du cou et du thorax doit être effectuée si on suspecte une anomalie structurelle, telle qu'une tumeur des voies respiratoires supérieures ou une trachéomalacie. Les courbes débit-volume peuvent être utiles dans les formes chroniques et intermittentes de stridor pour mettre en évidence la présence d'une obstruction des voies respiratoires supérieures. Les anomalies des courbes débit-volume nécessitent généralement un suivi par TDM ou laryngoscopie.

Traitement

Le traitement radical du stridor implique de traiter le trouble causal. En tant que mesure temporaire en cas de détresse respiratoire sévère, le mélange d'hélium et d'oxygène (héliox) améliore la circulation de l'air et réduit le stridor dans les troubles des grandes voies respiratoires, comme l'œdème laryngé postextubation, la laryngite striduleuse, et les tumeurs du larynx. Le mécanisme d'action est celui d'une réduction de la turbulence de l'écoulement en raison d'une densité plus faible de l'hélium par rapport à l'oxygène et à l'azote.

L’adrénaline racémique nébulisée (0,5 à 0,75 mL d’adrénaline racémique à 2,25% ajoutée à 2,5 à 3 mL de solution physiologique) et la dexaméthasone (10 mg IV, puis 4 mg IV q 6 h) peut être utile chez les patients chez lesquels un œdème des voies respiratoires est en cause.

L'intubation endotrachéale doit être pratiquée pour protéger les voies respiratoires en cas de détresse respiratoire avancée, de perte imminente des voies respiratoires ou de diminution du niveau de conscience. En cas d'œdème important, l'intubation endotrachéale peut être difficile, et des mesures chirurgicales d'urgence de traitement des voies respiratoires (p. ex., cricothyrotomie, trachéotomie) peuvent être nécessaires.

Points clés

  • Le stridor inspiratoire est souvent une urgence médicale.

  • L'évaluation des signes vitaux et le degré de détresse respiratoire sont la première étape de la prise en charge.

  • Dans certains cas, sécuriser les voies respiratoires peut être nécessaire avant ou en parallèle avec l'examen clinique.

  • L'épiglottite aiguë est rare chez l'enfant qui a reçu le vaccin HiB.

Ressources dans cet article