Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Appareils

Par

Alexandra Villa-Forte

, MD, MPH, Cleveland Clinic

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Bien que chaque organe ait ses fonctions spécifiques, les organes fonctionnent aussi en groupes, ce que l’on appelle systèmes d’organes ( Principaux systèmes d’organes). Les médecins classifient les troubles et leurs propres spécialités médicales par systèmes d’organes.

Certains exemples de systèmes d’organes et leurs fonctions sont le système digestif, le système cardiovasculaire et le système musculosquelettique.

Le système digestif (gastro-intestinal), qui s’étend de la bouche à l’anus, a pour rôle d’absorber et de digérer la nourriture et d’éliminer les déchets. Il comprend non seulement l’estomac, l’intestin grêle et le gros intestin, qui assurent la progression et l’absorption des aliments, mais également les organes associés comme le pancréas, le foie et la vésicule biliaire, qui sécrètent des enzymes digestives, éliminent les toxines et stockent les substances nécessaires à la digestion.

Le système cardiovasculaire comprend le cœur (cardio) et les vaisseaux sanguins (vasculaire). Le rôle de cet appareil est de pomper le sang et de le faire circuler.

Le système musculosquelettique comprend les os, les muscles, les ligaments, les tendons et les articulations qui supportent et déplacent le corps.

Tableau
icon

Principaux systèmes d’organes

Appareil/système

Organes du système

Certaines fonctions majeures du système

  • Cœur

  • Vaisseaux (artères, capillaires, veines)

Pompe le sang et le fait circuler dans tout le corps

  • Nez

  • Bouche

  • Pharynx

  • Larynx

  • Trachée

  • Bronches

  • Poumons

Ajoute l’oxygène au sang (et retire le dioxyde de carbone du sang)

  • Cerveau

  • Moelle épinière

  • Nerfs (qui conduisent les impulsions vers le cerveau et ceux qui les conduisent du cerveau aux muscles et aux organes)

Dirige les actions intentionnelles (et beaucoup d’actions automatiques) du corps

Permet la pensée, la conscience de soi et les émotions

  • Peau (la partie superficielle généralement dénommée peau et les structures sous-jacentes constituées de tissu conjonctif, de tissu adipeux, de glandes et de vaisseaux sanguins)

Fournit une barrière protectrice entre l’intérieur du corps et l’environnement externe

  • Muscles

  • Tendons et ligaments

  • Os

  • Articulations

Fournit la structure et permet les mouvements du corps

  • Globules rouges, globules blancs et plaquettes

  • Plasma (composante liquidienne du sang)

  • Moelle osseuse (lieu de production des cellules)

  • Rate

  • Thymus

Transporte l’oxygène et les nutriments à toutes les cellules du corps (et retire le dioxyde de carbone et les déchets)

  • Bouche

  • Œsophage

  • L’estomac

  • Intestin grêle

  • Le gros intestin

  • Rectum

  • Anus

  • Foie

  • Vésicule biliaire

  • Pancréas (la partie qui produit les enzymes)

  • Appendice

Extrait les nutriments des aliments

Excrète les déchets de l’organisme

  • Thyroïde

  • Parathyroïde

  • Glandes surrénales

  • Hypophyse

  • Pancréas (la partie qui produit l’insuline et d’autres hormones)

  • Estomac (les cellules qui produisent la gastrine)

  • Glande pinéale

  • Ovaires

  • Testicules

Produit des messagers chimiques transportés dans le sang, qui dirigent les activités de différents systèmes d’organes

  • Reins

  • Uretères

  • Vessie

  • Urètre

Filtre les déchets du sang

  • Pénis

  • Prostate

  • Vésicules séminales

  • Canaux déférents

  • Testicules

Permet la reproduction

  • Vagin

  • Col de l’utérus

  • Utérus

  • Trompes de Fallope

  • Ovaires

Permet la reproduction

Systèmes d’organes fonctionnant de concert

Les systèmes d’organes fonctionnent souvent de concert pour accomplir des tâches compliquées. Par exemple, après un repas copieux, plusieurs systèmes d’organes fonctionnent ensemble pour aider le système digestif à obtenir plus de sang pour remplir son rôle. Le système digestif fait appel au système cardiovasculaire et au système nerveux. Les vaisseaux sanguins du système digestif se dilatent pour transporter une plus grande quantité de sang. Des impulsions nerveuses sont alors transmises au cerveau pour l’informer d’une augmentation de l’activité digestive. L’appareil digestif peut même stimuler directement le cœur par l’envoi d’influx nerveux ainsi que par la sécrétion de substances chimiques dans la circulation sanguine. Le cœur répond en pompant une plus grande quantité de sang. Le cerveau réagit en percevant une diminution de la sensation de faim, une sensation de plénitude gastrique et un intérêt plus limité pour une activité physique intense (système musculosquelettique), ce qui préserve davantage de sang à utiliser par le système digestif plutôt que par les muscles squelettiques.

La communication entre les organes et les systèmes d’organes est fondamentale. Elle permet à l’organisme d’adapter le fonctionnement de chaque organe aux besoins du corps dans son ensemble. Dans les exemples ci-dessus, le cœur a besoin de savoir quand les organes digestifs ont besoin de plus de sang, pour pouvoir en pomper plus. Quand le cœur sait que le corps est au repos, il peut pomper moins. Les reins doivent savoir si le corps contient trop de liquide, afin de produire davantage d’urine, ou si, au contraire, l’organisme est déshydraté, afin de retenir l’eau.

Homéostase est le terme employé pour décrire comment l’organisme maintient sa composition et ses fonctions normales. C’est parce que les systèmes d’organes sont en communication mutuelle que l’organisme est en mesure de maintenir des quantités stables de liquides et de substances internes. Par ailleurs, les organes ne travaillent ni trop peu ni trop, et chaque organe facilite les fonctions de tous les autres organes.

Les communications pour maintenir l’homéostase ont lieu par le biais du système nerveux autonome et du système endocrinien. Des composés chimiques spéciaux appelés transmetteurs relaient ces communications.

Le système nerveux autonome contrôle en grande partie le réseau de communication complexe qui régule les fonctions corporelles. Cette partie du système nerveux fonctionne sans que l’on ait besoin d’y réfléchir et sans beaucoup de signes manifestes de son fonctionnement. Les transmetteurs appelés neurotransmetteurs transportent les messages entre les différentes parties du système nerveux et entre le système nerveux et les autres organes.

Le système endocrinien se compose de diverses glandes qui produisent les transmetteurs chimiques appelés hormones. Les hormones voyagent jusqu’aux autres organes par la circulation sanguine et elles régulent la fonction de ces organes. Par exemple, la glande thyroïde sécrète l’hormone thyroïdienne qui contrôle la vitesse du métabolisme (la vitesse à laquelle les fonctions chimiques du corps se déroulent). Le pancréas produit l’ insuline, qui contrôle l’utilisation des sucres.

L’un des émetteurs les plus connus est l’hormone épinéphrine (adrénaline). Lorsqu’une personne est brusquement stressée ou effrayée, le cerveau envoie immédiatement un signal aux glandes surrénales qui libèrent rapidement de l’ adrénaline. En quelques instants, cette substance chimique met en alerte l’ensemble de l’organisme, provoquant une réponse dite « d’attaque ou de fuite ». Le cœur bat plus vite et de manière plus puissante, les pupilles se dilatent pour faire pénétrer plus de lumière, la respiration s’accélère et l’activité de l’appareil digestif diminue pour permettre à une plus grande quantité de sang de rejoindre les muscles. L’effet est rapide et intense.

D’autres formes de communications chimiques sont moins visibles, mais tout aussi efficaces. Par exemple, lorsque l’organisme se déshydrate et qu’il a besoin de plus d’eau, le volume de sang circulant dans le système cardiovasculaire diminue. Cette diminution est détectée par des récepteurs placés dans les artères du cou, qui réagissent en envoyant des influx nerveux à l’hypophyse située à la base du cerveau, qui sécrète alors une hormone antidiurétique. Cette dernière donnera le signal aux reins d’augmenter la concentration des urines et de retenir plus d’eau. Simultanément, le cerveau génère une sensation de soif, incitant la personne à boire.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Le corps humain : cellules, tissus, organes et systèmes...
Vidéo
Le corps humain : cellules, tissus, organes et systèmes...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE