Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Mycoplasmes

Par

Margaret R. Hammerschlag

, MD, State University of New York Downstate Medical Center

Dernière révision totale mai 2021| Dernière modification du contenu mai 2021
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les mycoplasmes sont des bactéries qui provoquent des infections des voies respiratoires et des voies urinaires et génitales.

Les mycoplasmes sont différents des autres bactéries, car ils n’ont pas de paroi cellulaire. De nombreux antibiotiques, comme la pénicilline, détruisent les bactéries en affaiblissant la paroi cellulaire. Comme les mycoplasmes n’ont pas de paroi cellulaire, de nombreux antibiotiques ne peuvent pas les tuer.

Symptômes des mycoplasmes

Les symptômes de la pneumonie due à M. pneumoniae sont généralement peu graves, notamment fièvre légère, fatigue, maux de gorge et toux. Cette infection est parfois appelée pneumonie « atypique », ce qui est un terme non médical désignant une pneumonie peu grave qui ne nécessite pas d’alitement ou d’hospitalisation. Certaines personnes se sentent même assez bien pour aller au travail et participer à d’autres activités quotidiennes. Cependant, M. pneumoniae est parfois à l’origine d’une pneumonie plus grave nécessitant une hospitalisation.

De nombreuses personnes atteintes d’une infection urinaire et génitale à mycoplasme, en particulier les femmes, ne présentent aucun symptôme. En présence de symptômes, ils sont similaires à ceux d’une infection urinaire et génitale par chlamydia et varient selon le sexe et la localisation de l’infection :

  • Les femmes peuvent avoir des pertes vaginales anormales ou une sensation de brûlure lors de la miction.

  • Les hommes peuvent remarquer une sensation de brûlure lors de la miction et parfois un écoulement du pénis.

Diagnostic des mycoplasmes

  • Tests d’amplification des acides nucléiques

Les mycoplasmes peuvent parfois être identifiés en réalisant des tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN) sur des sécrétions respiratoires ou sur des prélèvements vaginaux ou urétraux. Les TAAN recherchent le matériel génétique unique d’un organisme, son ADN ou ARN (qui sont des acides nucléiques). Les TAAN utilisent un processus qui augmente la quantité d’ADN ou d’ARN de la bactérie de façon à pouvoir l’identifier plus facilement.

Prévention des mycoplasmes

Comme pour les autres infections respiratoires, la prévention consiste à se couvrir la bouche lorsque l’on tousse ou lorsque l’on éternue et à se laver souvent les mains avec de l’eau et du savon.

Il n’existe pas de vaccin pour les infections à M. pneumoniae.

Traitement des mycoplasmes

  • Antibiotiques

Les infections à mycoplasme sont traitées avec des antibiotiques, tels que l’azithromycine, la doxycycline ou, parfois, la lévofloxacine ou la moxifloxacine.

Informations supplémentaires

Il s’agit de ressources en anglais qui peuvent être utiles. Veuillez noter que LE MANUEL n’est pas responsable du contenu de ces ressources.

  • Centers for Disease Control and Prevention (CDC): Sexually Transmitted Diseases (STDs)—Other STDs (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies : Maladies sexuellement transmissibles [MST]—Autres MST) : Ressource qui fournit des informations sur d’autres types de MST

  • CDC : Infections à Mycoplasma pneumoniae : Ressource fournissant des informations telles que causes, facteurs de risque et prévention

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE