Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Mononucléose infectieuse

(Infection par le virus d’Epstein-Barr [EBV] ; Mononucléose)

Par

Kenneth M. Kaye

, MD, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School

Dernière révision totale mai 2018| Dernière modification du contenu juin 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le virus d’Epstein-Barr (EBV) provoque plusieurs maladies, dont la mononucléose infectieuse.

  • Le virus se transmet par les baisers.

  • Les symptômes varient, mais les plus fréquents sont une fatigue extrême, une fièvre, des maux de gorge et une hypertrophie (gonflement) des ganglions.

  • Pour confirmer le diagnostic, on fait un test sanguin.

  • Le paracétamol ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent soulager la fièvre et la douleur.

L’infection par le virus d’Epstein-Barr (EBV) est très fréquente. L’EBV est un type d’herpèsvirus appelé herpèsvirus de type 4. Elle touche aux États-Unis et en Europe 50 % environ des enfants de 5 ans et près de 95 % des adultes.

La plupart des infections à EBV ne provoquent aucun symptôme. Les adolescents et les jeunes adultes infectés par l’EBV développent une mononucléose infectieuse. Elle est ainsi nommée en raison de la présence dans le sang d’une quantité importante de globules blancs de grande taille (cellules mononucléées). Les adolescents et les jeunes adultes contractent généralement la mononucléose infectieuse en embrassant une personne infectée par l’EBV.

Après la primo-infection, l’EBV reste dans l’organisme (comme les autres herpèsvirus), principalement dans les globules blancs, pendant toute la vie. Le virus est périodiquement présent dans la salive des personnes infectées. Elles risquent de transmettre l’infection aux autres au cours de ces épisodes de décharge virale, mais l’infection causée est asymptomatique.

Dans de rares cas, l’EBV contribue au développement de quelques cancers rares, comme le lymphome de Burkitt et certains cancers du nez et de la gorge (cancer du nasopharynx). On pense que des gènes viraux spécifiques altéreraient le cycle de croissance des cellules infectées et les transformeraient en cellules cancéreuses. Contrairement à ce que l’on pensait, l’EBV n’est pas responsable du syndrome de fatigue chronique.

Symptômes et complications

Mais l’infection est généralement asymptomatique chez les enfants de moins de 5 ans. Chez les adolescents et les adultes, elle peut ou non provoquer une mononucléose infectieuse.

Le délai habituel entre l’infection et l’apparition des symptômes est de l’ordre de 30 à 50 jours. Cet intervalle est la période d’incubation.

Quatre symptômes principaux de la mononucléose infectieuse due à l’EBV :

  • Fatigue extrême

  • Fièvre

  • Mal de gorge

  • Gonflement des ganglions lymphatiques

Tous les patients ne présentent pas l’ensemble de ces quatre symptômes. D’ordinaire, l’infection commence par une sensation de malaise général et de fatigue, qui est souvent plus intense pendant les 2 à 3 premières semaines, mais qui peut durer des mois. Ces symptômes vagues sont suivis par une fièvre, des maux de gorge et/ou un gonflement des ganglions lymphatiques. La fièvre atteint habituellement un pic maximal de 39,5 °C environ, dans l’après-midi ou en début de soirée. Le fond de la gorge, souvent très douloureuse, présente parfois des dépôts semblables à du pus. Le plus souvent, les ganglions du cou sont gonflés (hypertrophie), mais ce n’est pas toujours le cas. Dans certains cas, l’hypertrophie des ganglions est le seul symptôme.

La rate est hypertrophiée (son volume a augmenté) chez plus de 50 % des patients atteints de mononucléose infectieuse. Dans la plupart des cas, cette hypertrophie ne provoque que peu ou pas de symptômes, mais un risque de rupture existe en cas de traumatisme. Une rupture de la rate peut être mortelle. Le volume du foie peut aussi légèrement augmenter. Dans de rares cas, un ictère apparaît, et parfois le pourtour des yeux est gonflé.

Des éruptions cutanées surviennent rarement. Cependant, les patients atteints d’une infection à EBV traités avec l’antibiotique ampicilline peuvent être plus susceptibles de développer une éruption cutanée.

D’autres complications extrêmement rares peuvent être observées, telles que des convulsions, des atteintes nerveuses, des troubles du comportement, une inflammation du cerveau (encéphalite) ou des membranes qui l’enveloppent (méningite), une anémie et une obstruction des voies aériennes par les ganglions lymphatiques enflés.

La durée des symptômes est variable. Au bout de 2 semaines environ, les symptômes se calment et la plupart des patients peuvent reprendre leurs activités habituelles. La fatigue peut cependant persister plusieurs semaines et parfois des mois. Moins de 1 % des personnes infectées meurent, généralement en raison des complications comme l’encéphalite, la rupture de la rate, ou l’obstruction des voies respiratoires.

Diagnostic

  • Examen sanguin

Les symptômes de la mononucléose infectieuse sont également retrouvés au cours de nombreuses autres infections virales ou bactériennes. Par conséquent, cette infection n’est pas souvent diagnostiquée. Cependant, la présence de ganglions hypertrophiés, en particulier au niveau du cou, est particulièrement évocatrice d’une mononucléose infectieuse.

Généralement, la confirmation du diagnostic est faite grâce à simple test sanguin de recherche des anticorps hétérophiles connu sous le nom de MNI test. Parfois, au début de l’infection ou chez les jeunes enfants, le MNI test est négatif ; en cas de forte suspicion d’infection, le médecin refera le test. Si le résultat est toujours négatif, d’autres tests sanguins de détection spécifique des anticorps anti-EBV sont effectués pour confirmer le diagnostic. (Les anticorps sont des protéines produites par le système immunitaire qui participent à la défense de l’organisme contre une attaque particulière, y compris celle de l’EBV.)

Souvent, on fait aussi un hémogramme. La découverte d’un grand nombre de globules blancs mononucléés caractéristiques (lymphocytes atypiques) est le premier indice en faveur d’une mononucléose.

Traitement

  • Dans un premier temps, repos

  • Analgésiques

  • Parfois, corticoïdes pour certaines complications

Il n’y a pas de traitement spécifique.

Les personnes atteintes de mononucléose infectieuse sont incitées à se reposer pendant toute la première semaine ou les deux premières semaines, tandis que les symptômes sont intenses. Après environ 2 semaines, elles peuvent être actives si elles le souhaitent. Cependant, en raison du risque de rupture de la rate, il convient d’éviter de porter des charges lourdes et les sports de contact pendant au moins 1 mois, jusqu’à ce que le médecin confirme par examen ou parfois par échographie que la rate a retrouvé sa taille normale.

La fièvre et les douleurs peuvent être traitées par paracétamol ou anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, tels que l’aspirine ou l’ibuprofène). Cependant, le risque de syndrome de Reye, qui peut être mortel, interdit l’utilisation de l’aspirine chez les enfants.

Certaines complications, telles qu’un œdème sévère des voies respiratoires, peuvent être traitées par des corticoïdes.

Les antiviraux actuellement disponibles ont peu d’effet sur les symptômes de la mononucléose infectieuse et ne doivent pas être utilisés.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du COVID-19
Vidéo
Présentation du COVID-19
Modèles 3D
Tout afficher
Varicelle
Modèle 3D
Varicelle

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE