Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Varicelle

(Varicelle)

Par

Kenneth M. Kaye

, MD, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School

Dernière révision totale mai 2018| Dernière modification du contenu juin 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La varicelle est une infection virale très contagieuse par le virus varicelle-zona, qui provoque une éruption cutanée prurigineuse caractéristique, constituée de petites lésions surélevées, pustuleuses ou croûteuses.

  • La varicelle touche le plus souvent les enfants, mais le vaccin a considérablement diminué le nombre de cas.

  • Les enfants peuvent présenter un mal de tête léger, une fièvre modérée, une perte d’appétit et se sentir globalement malades avant l’apparition de l’éruption cutanée.

  • Le diagnostic repose sur la reconnaissance des symptômes, en particulier l’éruption cutanée.

  • La plupart des enfants guérissent complètement, bien que certains enfants puissent devenir très malades, et même mourir.

  • Une vaccination de routine peut prévenir la varicelle.

  • Le plus souvent, le traitement se concentre uniquement sur les symptômes.

La varicelle est le plus souvent une infection infantile. Elle est provoquée par le virus varicelle-zona, qui est un type d’herpèsvirus (herpèsvirus de type 3).

Avant l’introduction d’un vaccin en 1995, environ 90 % de tous les enfants contractaient la varicelle avant l’âge de 15 ans. Aujourd’hui, la vaccination a réduit de plus de 70 % le nombre de cas de varicelle par an. Cependant, dans certains pays, le vaccin n’est pas disponible ou ne fait pas partie des vaccins pédiatriques recommandés de façon routinière.

Une personne souffrant de varicelle est la plus contagieuse 2 jours avant l’apparition de l’éruption cutanée et juste après, mais elle reste contagieuse jusqu’à ce que les dernières vésicules se soient transformées en croûtes.

Chez les enfants dont le système immunitaire est normal, la varicelle est rarement grave. La plupart des personnes atteintes de la varicelle n’ont que des ulcérations sur la peau et dans la bouche. Cependant, il arrive que le virus infecte les poumons, le cerveau, le cœur ou le foie. Ces infections graves sont plus fréquentes chez les nouveau-nés, les adultes, et les personnes dont le système immunitaire est affaibli (comme celles qui sont infectées par le VIH ou celles qui prennent des médicaments qui inhibent le système immunitaire ou de fortes doses de corticoïdes).

Les personnes qui ont eu la varicelle développent une immunité et ne peuvent pas la contracter à nouveau. Cependant, le virus varicelle-zona reste inactif (quiescent) dans l’organisme après l’infection initiale par le virus de la varicelle, et se réactive parfois plus tard au cours de la vie sous forme de zona. Un vaccin contre le zona est disponible pour les personnes âgées. Ce vaccin diminue le risque de développer un zona chez les personnes âgées.

Transmission de la varicelle

Modes de transmission de la varicelle :

  • Par l’intermédiaire de gouttelettes d’humidité en suspension dans l’air contenant le virus varicelle-zona

  • Par contact avec l’éruption cutanée provoquée par la varicelle ou le zona

  • D’une femme enceinte à son fœtus

Symptômes

Les symptômes de la varicelle apparaissent 10 à 21 jours après l’infection. À savoir :

  • Légers maux de tête

  • Fièvre modérée

  • Perte d’appétit

  • Sensation de malaise général

Souvent, les jeunes enfants n’ont pas ces symptômes, mais les symptômes sont généralement sévères chez les adultes.

Environ 24 à 36 heures après le début des premiers symptômes apparaît une éruption cutanée caractérisée par de petits boutons rouges et plats. Les boutons apparaissent en général initialement sur le tronc et le visage, et s’étendent plus tard aux bras et aux jambes. Certains enfants ne présentent que quelques boutons. D’autres en sont recouverts, y compris sur le cuir chevelu et à l’intérieur de la bouche.

Dans les 6 à 8 heures, chaque bouton devient en relief. Il forme une vésicule ronde prurigineuse remplie de liquide sur un fond rouge, puis finalement se recouvre d’une croûte. Pendant plusieurs jours, des boutons continuent à apparaître et à se transformer en croûtes. Dans de très rares cas, les boutons sont infectés par des bactéries, ce qui peut entraîner une infection cutanée sévère (cellulite ou fasciite nécrosante).

Les boutons cessent en général d’apparaître vers le cinquième jour ; la majeure partie est croûteuse vers le sixième jour et la plupart disparaissent en moins de 20 jours.

Parfois, les enfants qui ont été vaccinés développent la varicelle. Chez ces enfants, l’éruption cutanée est généralement moins grave, l’apparition de fièvre est moins fréquente, et la maladie dure moins longtemps. Le contact avec les ulcérations peut, cependant, propager l’infection.

Les boutons dans la bouche se rompent rapidement et laissent place à des lésions ouvertes (ulcérations), qui rendent souvent la déglutition douloureuse. Ces ulcérations peuvent aussi apparaître sur les paupières, au niveau des voies aériennes supérieures, dans le rectum et le vagin. La période la plus difficile de la maladie dure en général 4 à 7 jours.

Complications

Le risque de complications de la varicelle est accru chez les nouveau-nés, les adultes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui présentent certaines affections.

L’infection pulmonaire (pneumonie) se produit chez environ 1 adulte sur 400, provoquant une toux et une gêne respiratoire. Une pneumonie se développe rarement chez les jeunes enfants dont le système immunitaire est normal.

L’infection cérébrale (encéphalite) est moins fréquente et entraîne des déséquilibres lors de la marche, des céphalées, des étourdissements, une confusion et des convulsions. Chez les adultes, l’encéphalite est potentiellement mortelle. Elle survient dans 1 à 2 cas de varicelle sur 1 000.

Une inflammation du foie et des problèmes de saignement peuvent également survenir.

Le syndrome de Reye est une complication rare, mais très grave, qui survient presque uniquement chez des personnes âgées de moins de 18 ans. Il peut se développer 3 à 8 jours après l’apparition de l’éruption cutanée. Le fait d’administrer de l’aspirine à des enfants atteints de varicelle augmente le risque de syndrome de Reye.

Les femmes enceintes qui ont la varicelle présentent un risque de complications graves (pneumonie, par exemple) et peuvent en mourir. La varicelle peut également être transmise au fœtus, particulièrement si elle se développe au cours du premier trimestre de grossesse ou au début du deuxième. Cette infection peut provoquer des cicatrices sur la peau, des malformations congénitales, et un faible poids à la naissance.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Rarement, analyses de sang et analyses d’un échantillon prélevé au niveau d’une ulcération.

Le diagnostic de varicelle est généralement certain devant l’éruption cutanée et les autres symptômes typiques.

Les analyses de sang visant à mesurer le taux d’anticorps dans le sang et les analyses de laboratoire permettant d’identifier le virus (d’ordinaire en utilisant un échantillon de frottis des ulcérations) sont rarement nécessaires. (Les anticorps sont des protéines produites par le système immunitaire qui participent à la défense de l’organisme contre une attaque particulière, y compris celle du virus varicelle-zona.)

Pronostic

Presque tous les enfants en bonne santé guérissent de la varicelle sans séquelles. Avant la vaccination systématique, environ 4 millions de personnes avaient la varicelle annuellement aux États-Unis, et environ 100 à 150 d’entre elles mouraient à cause des complications de la varicelle.

Chez les adultes, la varicelle est plus sévère, et le risque de décès est plus élevé.

La varicelle est particulièrement sévère chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Lorsqu’une personne qui a été vaccinée développe la varicelle, la maladie est moins grave, et il y a moins de cas de décès.

Prévention

  • Vaccination

  • Parfois, immunoglobulines

Vaccination

Le vaccin contre la varicelle contient le virus de la varicelle vivant, affaibli.

Aux États-Unis, les enfants sont habituellement vaccinés contre la varicelle-zona. Deux doses sont administrées : à l’âge de 12-15 mois, puis entre 4 et 6 ans ( Vaccinations de routine chez les nourrissons et les enfants).

Les enfants plus âgés et les adultes (en particulier les femmes en âge de procréer et les adultes atteints de maladies chroniques) qui n’ont jamais eu la varicelle et qui n’ont pas été vaccinés peuvent également être vaccinés. Ils reçoivent 2 doses à 4–8 semaines d’intervalle.

Certaines personnes ne doivent pas être vaccinées :

  • Personnes dont le système immunitaire est affaibli, y compris celles qui prennent des doses élevées de corticoïdes

  • Enfants qui prennent de l’aspirine régulièrement

  • Femmes enceintes et celles qui ont l’intention de commencer une grossesse 1 à 3 mois après la vaccination

  • Personnes qui sont plus que légèrement malades au moment de la vaccination

Prévention de la propagation de la varicelle

L’isolement des personnes infectées permet de prévenir la dissémination de l’infection à des personnes qui n’ont jamais eu la maladie. Les enfants ne doivent pas retourner à l’école, ni les adultes au travail, avant que les dernières vésicules soient recouvertes de croûtes.

Après l’exposition à la varicelle

Les personnes fragiles à haut risque de complications, et qui ont été exposées à la varicelle, peuvent recevoir des anticorps dirigés contre le virus varicelle-zona (immunoglobulines contre le virus varicelle-zona). À savoir :

  • Celles atteintes de leucémie ou ayant un système immunitaire affaibli

  • Femmes enceintes qui n’ont jamais eu la varicelle ou qui n’ont jamais été vaccinées

  • Nouveau-nés dont la mère a développé la varicelle 5 jours avant ou 2 jours après l’accouchement

Le traitement par les immunoglobulines contre le virus varicelle-zona peut empêcher l’infection ou limiter sa gravité.

Si des personnes en bonne santé ont été exposées à la varicelle et qu’elles n’ont pas encore été vaccinées, la vaccination dans les 3 à 5 jours suivant l’exposition peut permettre d’éviter la varicelle ou de réduire sa sévérité.

Traitement

  • Pour les personnes avec des symptômes légers, mesures visant à soulager les symptômes

  • Pour les personnes présentant un risque de développement de symptômes graves, médicaments antiviraux

Les cas de varicelle légers ne nécessitent que le traitement des symptômes. Des compresses humides appliquées sur la peau calment le prurit, qui peut être intense, et évitent le grattage, qui peut disséminer l’infection et provoquer des cicatrices. En raison du risque d’infections bactériennes, la peau doit être régulièrement lavée à l’eau et au savon, les mains doivent toujours être propres, les ongles doivent être coupés pour limiter au maximum les lésions de grattage et les vêtements doivent être propres et secs. Si les démangeaisons sont sévères, des médicaments qui soulagent les démangeaisons, comme les antihistaminiques, peuvent être administrés par voie orale. Prendre des bains de flocons d’avoine peut également aider.

En cas d’infection bactérienne, des antibiotiques peuvent être nécessaires.

Les médecins prescrivent généralement des médicaments antiviraux, tels que aciclovir, valaciclovir et famciclovir, pour tous les adolescents et adultes. Ces médicaments antiviraux ne sont généralement pas administrés aux enfants en bonne santé. Toutefois, les enfants âgés de moins de 13 ans qui sont exposés à un risque de maladie sévère doivent prendre des antiviraux. Ces enfants sont les enfants qui présentent :

  • Troubles cutanés tels qu’eczéma

  • Maladie pulmonaire chronique

  • Système immunitaire affaibli

Les médicaments antiviraux peuvent légèrement réduire la gravité et la durée des symptômes, mais ils doivent être administrés dans les 24 heures de l’apparition de la maladie pour être efficaces.

Comme les femmes enceintes sont exposées à un risque élevé de complications sévères dues à la varicelle, certains experts recommandent de traiter les femmes enceintes souffrant de varicelle avec de l’aciclovir ou du valaciclovir.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
FAMVIR
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du COVID-19
Vidéo
Présentation du COVID-19
Modèles 3D
Tout afficher
Virus COVID-19
Modèle 3D
Virus COVID-19

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE