Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Cryptococcose

(Blastomycose européenne ; Torulose)

Par

Sanjay G. Revankar

, MD, Wayne State University School of Medicine

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La cryptococcose est une infection provoquée par le champignon Cryptococcus neoformans ou Cryptococcus gattii.

  • Les patients peuvent être asymptomatiques ou suivant la localisation de l’infection, être atteints de maux de tête et de confusion, d’une toux et d’une douleur à la poitrine, ou d’une éruption cutanée.

  • Le diagnostic repose sur la mise en culture et l’examen d’échantillons de tissus ou de liquides biologiques.

  • Les médicaments antifongiques sont administrés par voie orale ou, si l’infection est grave, par voie intraveineuse.

Cryptococcus neoformans est principalement présent dans les sols contaminés par les fientes d’oiseaux, en particulier celles des pigeons. Cryptococcus gattii est généralement présent dans le sol autour des arbres. Contrairement à Cryptococcus neoformans, Cryptococcus gattii n’est pas associé aux oiseaux.

Le cryptocoque est présent partout dans le monde, mais l’infection était relativement rare avant l’épidémie de SIDA. La cryptococcose est l’infection fongique potentiellement mortelle la plus répandue chez les personnes atteintes du SIDA.

Le champignon a tendance à infecter les personnes dont le système immunitaire est affaibli, notamment en cas de :

Cependant, la cryptococcose due à Cryptococcus gattii peut également se développer chez des personnes ayant un système immunitaire normal.

L’infection survient généralement à la suite de l’inhalation des spores du champignon. De ce fait, la cryptococcose affecte généralement les poumons. Elle se propage fréquemment au cerveau et aux tissus entourant le cerveau et la moelle épinière (méninges), provoquant une méningite.

La cryptococcose peut également affecter la peau et d’autres tissus, tels que les os, les articulations, le foie, la rate, les reins et la prostate. À l’exception des infections cutanées, ces infections ne provoquent que peu ou pas de symptômes.

Symptômes

Les symptômes de la cryptococcose sont généralement modérés et imprécis. D’autres symptômes apparaissent en fonction de la localisation de l’infection :

  • Infection pulmonaire : absence de symptômes chez certains patients, toux ou douleur au niveau de la poitrine pour d’autres, et, si l’infection est sévère, difficultés respiratoires

  • Méningite : maux de tête, vision trouble, dépression, agitation et confusion

  • Infection cutanée : éruption cutanée, constituée de petites tuméfactions (parfois remplies de pus) ou d’ulcérations ouvertes

L’infection pulmonaire est rarement dangereuse. La méningite est potentiellement mortelle.

Diagnostic

  • Mise en culture et examen d’un échantillon de tissu ou de liquide.

Pour diagnostiquer une cryptococcose, on prélève et analyse des échantillons de tissus et de liquides biologiques et on les met en culture. Une ponction lombaire (rachicentèse) est effectuée pour prélever un échantillon de liquide céphalorachidien (liquide entourant le cerveau et la moelle épinière).

On peut rechercher dans le sang et le liquide céphalorachidien des substances libérées par Cryptococcus.

Les médecins peuvent réaliser une radiographie du thorax à la recherche de signes d’infection dans les poumons.

Traitement

  • Antifongiques

Des médicaments antifongiques sont d’ordinaire utilisés pour traiter la cryptococcose.

Personnes avec un système immunitaire normal

Si l’infection affecte seulement une petite partie du poumon et ne provoque pas de symptômes, aucun traitement n’est généralement nécessaire. Cependant, certains médecins préfèrent traiter systématiquement la cryptococcose. Du fluconazole est administré par voie orale pour raccourcir la durée de la maladie et réduire le risque de propagation de l’infection.

Si une infection pulmonaire provoque des symptômes, du fluconazole est administré par voie orale pendant 6 à 12 mois.

En cas de méningite, l’amphotéricine B est administrée par voie intraveineuse associée à la flucytosine par voie orale, suivie du fluconazole par voie orale pendant de nombreux mois.

Les infections cutanées sont traitées par le fluconazole, par voie orale ou, si l’infection est sévère, par l’amphotéricine B par voie intraveineuse.

Personnes dont le système immunitaire est affaibli

Les personnes ayant un système immunitaire affaibli doivent toujours recevoir un traitement.

Une infection pulmonaire bénigne à modérée peut être traitée par du fluconazole par voie orale pendant 6 à 12 mois.

Une infection pulmonaire ou une méningite grave peuvent être traitées par de l’amphotéricine B administrée par voie intraveineuse, plus flucytosine, suivie de fluconazole, tous deux administrés par voie orale.

Une fois le traitement de la cryptococcose terminé, les personnes atteintes du SIDA doivent généralement continuer à prendre un antifongique (tel que le fluconazole) jusqu’à ce que le SIDA soit contrôlé pendant au moins 1 an. Le SIDA est considéré comme contrôlé lorsque la numération des CD4 (nombre d’un type de globules blancs) augmente jusqu’à un certain taux et que la quantité de VIH dans le sang (ce que l’on appelle charge virale) est très basse ou indétectable pendant au moins 3 mois.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
DIFLUCAN
ANCOBON
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Médicaments antiviraux
Vidéo
Médicaments antiviraux
Les virus sont des agents infectieux qui pénètrent et se répliquent dans des cellules saines...
Modèles 3D
Tout afficher
Virus COVID-19
Modèle 3D
Virus COVID-19

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE