Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Paracoccidioïdomycose

(blastomycose sud-américaine)

Par

Sanjay G. Revankar

, MD, Wayne State University School of Medicine

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

La paracoccidioïdomycose est une infection provoquée par le champignon Paracoccidioides brasiliensis.

  • Les spores du champignon, qui se développent dans la terre, peuvent être inhalées.

  • La plupart des personnes ne présentent aucun symptôme, mais en cas de symptômes, ces derniers apparaissent généralement des années après l’inhalation du champignon.

  • La paracoccidioïdomycose provoque généralement une toux, de la fièvre, un essoufflement et des difficultés à respirer, mais elle peut également causer des lésions, un gonflement des ganglions lymphatiques et parfois une douleur abdominale.

  • Le diagnostic est fait par identification du champignon dans des échantillons tissulaires.

  • Les médecins traitent généralement la paracoccidioïdomycose avec l’antifongique itraconazole.

La paracoccidioïdomycose survient à la suite de l’inhalation de spores du champignon, qui se développe dans le sol.

La paracoccidioïdomycose est une infection mycosique qui touche généralement les poumons, la peau, la bouche, la gorge et les ganglions lymphatiques, et parfois le foie ou la rate. Elle survient le plus souvent chez les travailleurs agricoles, tout particulièrement les cultivateurs de café. Elle ne survient que dans des régions d’Amérique du Sud et centrale (en particulier au Brésil), où l’on estime que 10 millions de personnes sont infectées.

Elle atteint typiquement les hommes âgés de 20 à 50 ans. Environ 5 à 10 % des cas surviennent chez des personnes plus jeunes (des deux sexes). La paracoccidioïdomycose infecte généralement des personnes ayant un système immunitaire normal. Toutefois, elle survient parfois chez des personnes ayant un système immunitaire affaibli (en raison d’une autre affection ou de la prise de médicaments qui inhibent le système immunitaire).

Symptômes

La plupart des personnes qui inhalent les spores développent une infection asymptomatique. Les symptômes, s’ils se manifestent, se développent généralement des mois, voire des années, après l’exposition initiale.

La paracoccidioïdomycose, si elle se développe, ressemble généralement à une pneumonie, provoquant une toux, de la fièvre, un essoufflement, et des difficultés à respirer ; elle peut disparaître sans traitement.

L’infection peut se propager des poumons à d’autres parties du corps. Des plaies douloureuses peuvent se développer dans la bouche et sur la peau. Les ganglions lymphatiques infectés augmentent de taille (hypertrophie) et du pus peut s’en écouler, jusqu’à traverser la peau, en provoquant peu de douleur. Les ganglions les plus fréquemment atteints sont situés au niveau du cou et sous les bras. Le foie et la rate peuvent augmenter de volume, entraînant parfois une douleur abdominale. Il arrive que les symptômes durent longtemps, mais l’infection est rarement mortelle.

Certaines personnes atteintes de paracoccidioïdomycose développent une affection pulmonaire chronique, qui entraîne la formation de tissu cicatriciel (fibrose) et une atteinte généralisée des poumons (emphysème).

Lorsque la paracoccidioïdomycose survient chez les jeunes ou chez les personnes infectées par le VIH ou atteintes du SIDA, l’infection est plus agressive. Elle s’étend largement, y compris à la moelle épinière et à d’autres organes. Les personnes ont de la fièvre et maigrissent. Une augmentation de volume du foie, de la rate et des ganglions lymphatiques est observée et une anémie se développe.

Diagnostic

  • Examen et culture d’échantillons de tissu infecté.

Les médecins suspectent une paracoccidioïdomycose d’après les symptômes et les résultats d’un examen clinique.

Pour diagnostiquer la paracoccidioïdomycose, on prélève des échantillons de tissus pour les examiner au microscope et les mettre en culture.

Traitement

  • Itraconazole (médicament antifongique)

L’antifongique itraconazole, par voie orale, est le traitement de choix contre la paracoccidioïdomycose.

L’association triméthoprime/sulfaméthoxazole est une alternative, mais les patients doivent la prendre beaucoup plus longtemps (par exemple, jusqu’à 5 ans) que l’itraconazole (par exemple, pendant 6 à 12 mois).

Si l’amphotéricine B est également efficace, elle n’est prescrite que dans les cas les plus graves en raison de ses effets secondaires.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
SPORANOX
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du COVID-19
Vidéo
Présentation du COVID-19
Modèles 3D
Tout afficher
Varicelle
Modèle 3D
Varicelle

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE