Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Armes chimiques asphyxiantes systémiques

(Asphyxiants systémiques)

Par

James M. Madsen

, MD, MPH, U.S. Army Medical Research Institute of Chemical Defense (USAMRICD)

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Il existe de nombreux types d’armes chimiques qui affectent différentes parties du corps. Les asphyxiants systémiques empoisonnent les cellules dans tout l’organisme et comprennent les substances suivantes :

  • Composés cyanurés

  • Sulfure d’hydrogène

Les agents asphyxiants systémiques sont également appelés agents hémotoxiques parce qu’ils se répandent dans le sang. Cependant, ils endommagent les cellules de tout l’organisme, et pas seulement les cellules sanguines.

Les composés cyanurés comprennent le cyanure d’hydrogène et le chlorure de cyanogène, qui sont des liquides hautement volatils ou des gaz à température ambiante. La combustion de nombreux produits chimiques domestiques et industriels peut produire des cyanures et les personnes affectées par l’inhalation de fumées lors de n’importe quel incendie domestique ou industriel peuvent également souffrir d’intoxication au cyanure. Bien que le cyanure ait une odeur caractéristique d’amande amère, environ la moitié des personnes sont incapables de la détecter.

Le saviez-vous ?

  • La combustion de nombreux produits chimiques domestiques et industriels peut produire du cyanure.

Le sulfure d’hydrogène est toujours un gaz à température ambiante et l’exposition à cet agent se produit normalement par inhalation. Le sulfure d’hydrogène peut être obtenu par le mélange de produits chimiques domestiques contenant du soufre avec des acides. Les gaz résiduels peuvent affecter les sauveteurs et augmenter ainsi le nombre des victimes. Le sulfure d’hydrogène est également produit par la décomposition du fumier. Les fosses à fumier des grandes fermes contiennent souvent des quantités mortelles de ce gaz. Le sulfure d’hydrogène a une odeur caractéristique d’œufs pourris, mais les fortes concentrations rendent cette odeur difficile à détecter.

Symptômes

Le cyanure commence par faire suffoquer, accélère le rythme cardiaque et provoque une hypertension artérielle. Les personnes peuvent avoir des convulsions et perdre connaissance en moins de 30 secondes. Elles peuvent présenter des signes semblables à ceux du tétanos, notamment un trismus, une contracture des muscles faciaux donnant un aspect grimaçant et celle des muscles cervicaux arquant le cou. La peau des victimes peut apparaître rougie, mais environ la moitié des personnes prennent un teint bleuâtre.

Des doses élevées de sulfure d’hydrogène peuvent également provoquer des convulsions et une perte de connaissance. Elles peuvent subir des dommages au cœur. L’exposition continue à de faibles doses de sulfure d’hydrogène peut irriter les yeux et les muqueuses du nez et de la gorge, causer des maux de tête, de la faiblesse, un manque de coordination, la nausée, des vomissements, une oppression thoracique et une hyperventilation.

Diagnostic

  • Examen clinique

Les personnes gravement atteintes doivent être traitées immédiatement afin que les médecins puissent poser leur diagnostic à la fois sur la base des symptômes et des antécédents des personnes. Après l’exposition au sulfure d’hydrogène, toutes les pièces de monnaie que les personnes peuvent avoir sur elles prennent une décoloration verte ou noircissent, ce qui peut renforcer les soupçons des médecins en faveur d’une exposition au sulfure d’hydrogène. Les analyses de sang fréquemment prescrites peuvent suggérer une exposition au cyanure d’hydrogène ou au sulfure d’hydrogène, mais seuls des examens spécialisés peuvent le confirmer.

Traitement

  • S’assurer que la personne peut respirer

  • Décontamination de la peau

  • Antidotes, si disponibles

  • Oxygène à 100 %

L’attention des médecins doit se porter immédiatement sur les voies respiratoires, la respiration et la circulation sanguine des personnes. La peau peut être décontaminée à l’eau, avec ou sans savon.

Des antidotes du cyanure existent et comprennent le nitrite d’amyle, le nitrite de sodium, le thiosulfate de sodium et l’hydroxocobalamine. Si aucun antidote n’est disponible, administrer de l’oxygène à 100 % aux personnes. La réanimation au bouche-à-bouche sans protection peut exposer le sauveteur au cyanure provenant de la respiration des personnes.

Les personnes ayant été exposées au sulfure d’hydrogène reçoivent normalement de l’oxygène à 100 %. Du glucose et du bicarbonate administrés dans une veine (IV) peuvent être utiles.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent en rien la politique officielle du Département de l’Armée, du Département de la Défense ou du Gouvernement des États-Unis.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Étirement des muscles extenseurs du poignet
Vidéo
Étirement des muscles extenseurs du poignet
1. Commencer avec le coude droit, la paume vers le bas. 2. Sans utiliser la main, saisir...
Modèles 3D
Tout afficher
Déchirure du tendon rotulien
Modèle 3D
Déchirure du tendon rotulien

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE