Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Inhalation de fumée

Par

Steven E. Wolf

, MD, University of Texas - Southwestern Medical Center

Dernière révision totale nov. 2018| Dernière modification du contenu nov. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

La fumée peut entraîner une suffocation et contenir également des produits chimiques toxiques issus de la substance qui brûle. Certains de ces produits chimiques peuvent endommager les poumons ou intoxiquer l’organisme.

De nombreuses personnes brûlées dans un incendie ont également inhalé de la fumée. Parfois des fumées sont inhalées sans brûlure cutanée.

L’inhalation de petites quantités de fumée ne provoque généralement aucun effet grave ou durable. Cependant, si la fumée contient certains produits chimiques toxiques ou si elle est particulièrement dense, ou si l’inhalation est prolongée, de graves séquelles peuvent se développer. Même les matériaux domestiques courants, tels que les plastiques et les tissus, peuvent produire des produits chimiques toxiques (produits toxiques de combustion) lorsqu’ils brûlent.

L’inhalation de fumée peut entraîner divers problèmes :

  • suffocation de l’organisme par le monoxyde de carbone

  • Intoxication de l’organisme par des produits chimiques toxiques

  • lésions de la trachée, des voies respiratoires et/ou des poumons causées par les produits chimiques toxiques

  • brûlure de la bouche et de la gorge par les gaz chauds

Le monoxyde de carbone est un gaz produit dans de nombreux incendies. Lorsqu’il est inhalé, le monoxyde de carbone empêche le sang de transporter l’oxygène, de sorte que les tissus n’en reçoivent plus suffisamment (voir aussi Intoxication par le monoxyde de carbone).

De nombreuses substances domestiques et industrielles libèrent du cyanure lorsqu’elles brûlent, ce qui entraîne une intoxication au cyanure.

L’inhalation de produits chimiques dégagés dans la fumée (acide chlorhydrique, phosgène, dioxyde de soufre, aldéhyde toxique et ammoniac) peut entraîner un œdème et des lésions des poumons et de la trachée. Progressivement, les petites voies respiratoires peuvent se rétrécir, diminuant encore un peu plus le flux d’air.

La fumée chaude ne brûle généralement que la bouche et la gorge, plutôt que les poumons, car la fumée refroidit rapidement. Cependant, la vapeur fait exception, car elle transporte beaucoup plus d’énergie calorifique que la fumée et peut donc également brûler les voies respiratoires au niveau des poumons.

Symptômes

Les symptômes de l’intoxication par le monoxyde de carbone comprennent les céphalées, les nausées, les somnolences, la confusion et le coma.

Des lésions de la trachée, des voies respiratoires ou des poumons peuvent provoquer une toux, des sifflements et/ou un essoufflement. Ces symptômes peuvent survenir immédiatement ou jusqu’à 24 heures plus tard.

Les brûlures de la bouche et de la gorge entraînent un gonflement qui peut rendre difficile l’inspiration. Les personnes peuvent avoir de la suie dans la bouche ou dans le nez, les poils du nez brûlés ou des brûlures autour de la bouche.

Diagnostic

  • Un examen médical du médecin

  • Souvent, radiographie du thorax et/ou analyses de sang

  • Parfois, examen des poumons au bronchoscope

Parfois, un examen clinique est suffisant pour les personnes qui présentent peu ou pas de symptômes et n’ont été exposées que brièvement à la fumée.

Les personnes présentant des symptômes nécessitent généralement quelques examens, tels que des analyses de sang pour mesurer les taux d’oxygène et de monoxyde de carbone, ainsi qu’une radiographie du thorax. Afin d’évaluer l’étendue des lésions causées par l’inhalation de fumée chez les personnes présentant des symptômes significatifs, les médecins font passer dans la trachée une sonde souple à fibres optiques (bronchoscope).

Traitement

  • Pour une simple inhalation de fumée, de l’oxygène

  • Pour des brûlures trachéales, une sonde respiratoire

  • Pour des difficultés respiratoires, parfois des médicaments et/ou un respirateur

En cas d’inhalation de fumée, il faut administrer de l’oxygène à l’aide d’un masque facial. Si l’on suspecte une brûlure de la trachée, on intube une sonde endotrachéale par le nez ou la bouche pour pallier le gonflement ultérieur de la trachée et l’obstruction du flux d’air. Si la respiration des personnes devient sifflante, on peut prescrire des médicaments qui ouvrent les petites voies respiratoires, tels que l’albutérol, habituellement sous forme d’aérosol associé à l’oxygène et inhalé à travers un masque facial. Si les lésions pulmonaires entraînent un essoufflement persistant malgré l’utilisation du masque facial et de l’albutérol, une ventilation mécanique (un respirateur) peut être nécessaire.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Squats
Vidéo
Squats
1. Se tenir debout avec les pieds écartés à la largeur des hanches environ. 2. Les orteils...
Modèles 3D
Tout afficher
Os de la hanche
Modèle 3D
Os de la hanche

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE