Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Fractures pelviennes

Par

Danielle Campagne

, MD, University of San Francisco - Fresno

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Un ou plusieurs os du bassin peuvent être fracturés. Ces fractures vont d’un petit éclat d’os cassé, en passant par des fractures dues à une force légère (comme ce peut être le cas chez les personnes âgées souffrant d’ostéoporose), à des fractures dues à une force importante (comme c’est le cas dans les accidents de la route).

  • La plupart des fractures pelviennes causent une douleur intense, même lorsque les personnes sont assises ou allongées.

  • Les fractures pelviennes sévères peuvent entraîner un saignement potentiellement mortel et peuvent être accompagnées de lésions graves touchant d’autres organes.

  • Les radiographies peuvent montrer la plupart des fractures pelviennes, mais généralement, une tomodensitométrie est également réalisée.

  • Les fractures mineures ne requièrent que des analgésiques, mais les fractures plus sévères doivent être stabilisées avec un dispositif externe ou des plaques et des vis placés chirurgicalement.

Le bassin, situé en bas du torse, se compose de trois os :

  • L’ilion, os le plus gros et le plus haut du bassin, situé à l’arrière

  • Le pubis, os central du bassin, situé à l’avant

  • L’ischion, os inférieur du bassin, situé à l’arrière

Les os du bassin forment la cavité pour la partie supérieure du fémur et, avec le fémur, forment l’articulation de la hanche. Le bassin est attaché au sacrum par les ligaments à la base de la colonne vertébrale. De nombreux ligaments maintiennent ces os en place. Les muscles de la cuisse (muscles ischiojambiers et fessiers) sont attachés au bassin par des tendons.

Fractures pelviennes

Des fractures (en rouge ci-dessous) peuvent survenir au niveau de l’os iliaque, de l’os du pubis ou de l’ischion.

Fractures pelviennes

Causes

Chez les jeunes adultes, les fractures sévères de l’intégralité du bassin peuvent être dues à des accidents de voiture ou de moto à grande vitesse, à la collision d’une voiture avec un piéton ou à une chute d’une certaine hauteur. Ces fractures peuvent causer un saignement potentiellement mortel, selon que la peau est rompue ou non. Une tension artérielle très basse (choc) peut en résulter. Les nerfs et organes adjacents, comme la vessie, les organes reproducteurs et les intestins, peuvent être atteints. Les fractures sévères sont généralement instables.

Chez certaines personnes âgées, l’ostéoporose affaiblit les os. Ainsi, elles peuvent se fracturer une partie du bassin si elles tombent. Par exemple, en sortant de la baignoire, en descendant des marches ou même en se tenant simplement debout sur un sol plat.

Un type de fracture pelvienne tend à survenir principalement chez les adolescents, tout spécialement ceux pratiquant des sports. Ces fractures (que l’on appelle fractures par arrachement) surviennent généralement lorsqu’un muscle se contracte brutalement et arrache un petit morceau d’os de l’ischion où sont attachés les muscles ischiojambiers (près de la base des fesses).

Symptômes

La plupart des fractures pelviennes causent une douleur intense au niveau de l’aine, même lorsque les personnes sont assises ou allongées. La douleur s’aggrave encore lorsque les personnes essaient de marcher, bien que certaines puissent le faire. La zone est souvent enflée et meurtrie. Les personnes peuvent essayer de garder la hanche ou le genou plié(e) dans une position spécifique pour éviter d’aggraver la douleur.

Si les fractures pelviennes sont sévères et instables, la douleur est extrême et les personnes ne peuvent pas marcher. Néanmoins, certaines fractures mineures sont beaucoup moins douloureuses.

Si d’autres structures sont atteintes, les personnes peuvent présenter d’autres symptômes. Elles peuvent avoir du sang dans les urines, une miction difficile, une perte incontrôlable de l’urine (incontinence) ou un saignement au niveau du rectum ou du vagin.

Si la cavité de l’articulation de la hanche a été endommagée, les personnes peuvent devenir invalides de manière irréversible.

Lorsque le saignement est suffisamment sévère pour causer un choc ou lorsque d’autres organes sont atteints, les personnes peuvent décéder.

Diagnostic

  • Radiographies

  • Généralement, tomodensitométrie

  • Examen clinique à la recherche d’autres lésions

(Voir aussi Diagnostic des fractures.)

Si les personnes pensent avoir le bassin blessé, elles doivent se rendre aux urgences. Si les personnes sont impliquées dans un accident majeur, elles sont généralement conduites aux urgences en ambulance. Aux urgences, les lésions sont identifiées et un traitement est instauré.

Les médecins suspectent une fracture pelvienne lorsque les personnes présentent une douleur dans l’aine ou ont eu une blessure majeure. Des radiographies sont ensuite réalisées. Les radiographies peuvent montrer la plupart des fractures pelviennes. Une tomodensitométrie (TDM) est généralement réalisée afin d’identifier tous les fragments osseux cassés et pour rechercher d’autres lésions.

Pour rechercher d’autres lésions (particulièrement des lésions voies urinaires), les médecins réalisent un examen clinique. Il comprend un examen neurologique, un toucher rectal, et, chez les femmes, un examen pelvien. Des analyses d’urine sont également effectuées. Si les médecins suspectent une lésion au niveau des voies urinaires, une TDM ou un autre examen d’imagerie des voies urinaires est réalisé.

Traitement

  • Pour les fractures stables mineures, généralement analgésiques et marche uniquement

  • Pour les fractures sévères, dispositif externe ou chirurgie pour immobiliser le bassin

  • Si nécessaire, procédures pour arrêter le saignement

Lorsque les personnes ayant été impliquées dans un accident majeur sont conduites aux urgences, les lésions graves doivent être traitées dès que possible. Si le saignement est sévère, des mesures doivent être prises immédiatement pour arrêter le saignement. Les personnes peuvent devoir être admises dans un hôpital.

Les fractures pelviennes stables mineures guérissent généralement sans causer d’invalidité permanente. La chirurgie est rarement nécessaire, mais le repos au lit peut être nécessaire. Néanmoins, le repos au lit doit être aussi court que possible. Les analgésiques peuvent suffisamment soulager la douleur pour que les personnes puissent marcher. Pour éviter la faiblesse, la raideur et d’autres complications survenant avec le repos au lit, les personnes doivent marcher, se tenir debout et s’appuyer sur l’articulation dès que possible, même si cela ne dure pas longtemps. Le fait d’essayer de marcher n’endommage pas plus la zone. La plupart des personnes peuvent parcourir de courtes distances en marchant sans déambulateur au bout de 1 semaine et peuvent marcher sans aide et avec une légère gêne seulement au bout de 1 à 2 mois.

Les fractures pelviennes sévères, qui sont souvent instables, doivent être immobilisées. Le personnel des urgences stabilise généralement l’articulation en l’entourant de bandes de tissu ou avec un bandage conçu à cet effet jusqu’à ce que la lésion puisse être stabilisée de manière plus permanente. Pour stabiliser plus solidement la blessure, tout spécialement s’il y a d’autres lésions graves, les médecins peuvent fixer un cadre métallique rigide sur le bassin, à l’extérieur du corps, à l’aide de longues vis insérées dans les os. Ce dispositif est appelé fixateur externe. Une fois la blessure plus stable, une chirurgie est généralement réalisée pour aligner les morceaux d’os cassé et pour insérer des plaques et des vis pour les maintenir en place (réduction ouverte avec fixation interne ou ROFI). Une fois le bassin stabilisé, les personnes sont encouragées à marcher dès que possible. Parfois, une réparation chirurgicale est réalisée immédiatement, sans utilisation préalable d’un fixateur externe.

Si le saignement continue, une embolisation ou un packing pelvien peuvent être réalisés :

  • L’embolisation implique d’insérer une sonde souple fine (cathéter) dans un vaisseau sanguin et de la faire avancer jusqu’au vaisseau sanguin altéré. De minuscules spirales ou une substance semblable à du gel sont insérées via le cathéter dans les vaisseaux sanguins qui saignent pour les obstruer et ainsi arrêter le saignement.

  • Le packing pelvien implique une chirurgie pour insérer un matériau autour des organes atteints dans le bassin. Ce matériau absorbe le sang et appuie sur les vaisseaux sanguins, ce qui permet de ralentir ou arrêter le saignement. Une fois le saignement arrêté, généralement quelques jours plus tard, une chirurgie est réalisée pour retirer le packing et le bassin est réparé chirurgicalement (ROFI).

Si nécessaire, les autres lésions sont traitées.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Squats
Vidéo
Squats
1. Se tenir debout avec les pieds écartés à la largeur des hanches environ. 2. Les orteils...
Modèles 3D
Tout afficher
Os de la hanche
Modèle 3D
Os de la hanche

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE