Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement
Les faits en bref

Syndrome prémenstruel (SPM)

Par

The Manual's Editorial Staff

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les données détaillées
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel (SPM) ?

L’adjectif « menstruel » désigne tout ce qui a trait aux règles. « Prémenstruel » désigne donc quelque chose qui survient avant les règles. Le syndrome prémenstruel (SPM) désigne l’ensemble des symptômes physiques et mentaux qui surviennent avant les règles. Ces symptômes posent plus de problèmes à certaines femmes qu’à d’autres.

  • Le SPM peut être en partie dû aux changements hormonaux qui jalonnent le cycle menstruel

  • Il arrive que certaines femmes présentent un SPM plus sévère qui perturbe leur vie quotidienne ; on parle alors de trouble dysphorique prémenstruel

  • Être active, éviter certains aliments et certaines boissons et, parfois, prendre des médicaments peut permettre de soulager les symptômes

Quelles sont les causes du SPM ?

Le SPM est en partie dû aux variations normales des taux de certaines hormones féminines dans l’organisme, telles que les œstrogènes et la progestérone.

Le SPM peut être héréditaire.

Quels sont les symptômes du SPM ?

Les symptômes peuvent commencer jusqu’à 10 jours avant le début des règles et s’estompent généralement lorsqu’elles commencent. Les symptômes peuvent s’intensifier et durer plus longtemps à l’approche de la ménopause (l’arrêt des règles).

Les symptômes mentaux et émotionnels peuvent comprendre :

  • Sentiment de tristesse ou dépression

  • Nervosité

  • Sautes d’humeur (alterner entre une joie et une tristesse très intenses)

  • Accès de colère

  • Volonté d’isolement

  • Confusion

  • Difficultés de concentration

  • Oublis

Les symptômes physiques peuvent comprendre :

  • Lourdeur et sensibilité des seins

  • Crampes, pesanteur ou pression dans le bas-ventre

  • Céphalées

  • Ballonnements

  • Prise de poids

  • Constipation

  • Difficultés à s’endormir ou sommeil perturbé

  • Acné

  • Nausées ou vomissements

  • Fatigue ou manque d’énergie

  • Douleurs dorsales, articulaires et musculaires

Les pathologies listées ci-dessous n’entrent pas dans le cadre du SPM. Cependant, si vous êtes atteinte de l’une d’entre elles, ses symptômes peuvent s’intensifier pendant le SPM :

Si le SPM est suffisamment intense pour perturber votre vie quotidienne, vous pourriez présenter une forme sévère de SPM appelée trouble dysphorique prémenstruel.

Comment les médecins peuvent-ils savoir si je présente un SPM ?

Les médecins peuvent poser un diagnostic de SPM d’après les symptômes et le moment auquel ils surviennent.

Comment les médecins traitent-ils le SPM ?

Certaines mesures peuvent permettre de soulager les symptômes du SPM :

  • Dormir au moins 7 heures par nuit

  • Pratiquer une activité physique régulière

  • Réduire le stress en pratiquant la méditation ou en faisant des exercices de relaxation

  • Consommer plus de protéines et de calcium (par exemple, grâce au poisson et au lait)

  • Consommer moins de sel, de sucre et de caféine (par exemple, en évitant les chips, les gâteaux et le café)

Les médecins peuvent vous prescrire :

  • Des vitamines et des compléments alimentaires, par exemple de la vitamine B, de la vitamine D, du calcium et du magnésium

  • Des diurétiques, qui augmentent la miction et peuvent soulager les ballonnements

  • Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène, pour soulager les maux de tête, les crampes, ou les douleurs articulaires et musculaires

  • Pilules contraceptives

En cas de symptômes de SPM sévères ou de trouble dysphorique prémenstruel, les médecins peuvent vous prescrire :

  • Des antidépresseurs (pour améliorer l’humeur)

  • Une hormone appelée agoniste de la GnRH, afin que les ovaires produisent moins d’hormones féminines

Si vous présentez des symptômes de dépression, les médecins peuvent vous orienter vers un professionnel de la santé mentale pour une évaluation et un traitement.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Épisiotomie
Vidéo
Épisiotomie
Pendant la grossesse, l’utérus de la femme accueille et protège le fœtus en développement...
Accouchement assisté
Vidéo
Accouchement assisté
Pendant la grossesse, l’utérus d’une femme accueille et protège pendant environ 40 semaines...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE