Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement
Les faits en bref

Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Par

The Manual's Editorial Staff

Dernière révision totale avr. 2019| Dernière modification du contenu avr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les données détaillées
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Qu’est-ce que le trouble de stress post-traumatique (TSPT) ?

On parle de trouble de stress post-traumatique (TSPT) quand les souvenirs d’un événement très perturbant reviennent sans cesse envahir les pensées de la personne atteinte. Cela dure plus d’un mois et peut durer bien plus longtemps. Ces souvenirs peuvent être extrêmement effrayants, réalistes et perturbants.

  • Le TSPT apparaît dans les 6 mois suivant un événement particulièrement traumatisant.

  • Les événements potentiellement mortels peuvent causer une souffrance, une inquiétude, et une angoisse intenses et durables

  • La personne affectée peut revivre l’événement dans sa tête, faire des cauchemars et éviter tout ce qui lui rappelle l’événement.

  • Le traitement peut comprendre des séances de thérapie d’exposition et des antidépresseurs

Quelles sont les causes du TSPT ?

Le TSPT peut survenir lorsqu’une personne (ou quelqu’un proche de cette personne) connaît un événement particulièrement traumatique. Elle peut se sentir hantée par la peur intense, l’impuissance ou l’horreur qu’elle ou que quelqu’un d’autre a ressenties pendant l’événement.

Les événements susceptibles de provoquer un TSPT comprennent :

  • L’engagement dans une guerre ou un combat

  • Le fait de vivre ou d’être témoin d’un viol ou d’une agression

  • Une catastrophe naturelle (par exemple, un ouragan)

  • Un accident de la route grave

Près de 9 personnes sur 10 ont un TSPT à un moment donné de leur vie. Les enfants peuvent aussi souffrir de TSPT.

Quels sont les symptômes du TSPT ?

Le TSPT a plusieurs types de symptômes :

  • Symptômes d’intrusion

  • Comportement d’évitement de tout ce qui renvoie à l’événement

  • Pensées ou humeur négatives

  • Altération de la vigilance

Les symptômes d’intrusion comprennent :

  • Souvenirs indésirables de l’événement qui reviennent de façon répétée

  • Cauchemars de l’événement

  • Flashbacks (la personne revit l’événement comme s’il survenait à ce moment-là)

  • Souffrance émotionnelle ou physique intense lorsque la personne est exposée à quelque chose qui lui rappelle l’événement (le fait de se trouver sur un bateau après avoir failli se noyer)

Les symptômes des pensées négatives comprennent :

  • Être incapable de se souvenir d’importantes parties de l’événement (amnésie dissociative)

  • Se sentir émotionnellement insensible ou déconnecté(e) des autres

  • Dépression (se sentir fatigué[e] et triste la plupart du temps, ou avoir des difficultés à dormir ou à se concentrer)

  • Baisse d’intérêt pour les activités que la personne aimait auparavant

  • Sentiment de culpabilité au sujet de l’événement

  • Ne ressentir que des émotions négatives (comme la peur, la colère, ou la honte)

Les symptômes d’altération de la vigilance et des réactions comprennent :

  • Difficultés à s’endormir ou à se concentrer

  • Facilement effrayé(e) ou constamment à l’affût du danger

  • Se met sans réfléchir dans des situations dangereuses

  • Accès de colère

Comment les médecins peuvent-ils savoir si j’ai un TSPT ?

Les médecins cherchent un lien entre les symptômes de la personne et des événements très perturbants qu’elle ou ses proches ont vécus. Ils lui demandent si les symptômes l’empêchent d’accomplir ses activités quotidiennes.

Comment les médecins traitent-ils le TSPT ?

Le traitement comprend :

  • Thérapie d’exposition, au cours de laquelle le thérapeute demande à la personne d’imaginer qu’elle se trouve dans des situations qui lui rappellent un événement extrêmement traumatisant ou de se souvenir de l’événement ; par exemple le thérapeute peut lui demander d’imaginer qu’elle est dans le parc où elle a été agressée, il l’aidera à réimaginer l’événement de sorte qu’elle se sente en sécurité et calme (avec le temps, cette méthode aide beaucoup de personnes à se sentir mieux)

  • Les antidépresseurs, en particulier les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)

  • Médicament qui peut contribuer à réduire le nombre de cauchemars

Le TSPT chronique ne disparaît pas toujours, mais diminue souvent d’intensité avec le temps, même en l’absence de traitement. Cependant, chez certaines personnes, le TSPT est une entrave considérable à la vie quotidienne et elles continuent d’avoir besoin d’un traitement.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE