Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement
Les faits en bref

Incontinence urinaire chez l’adulte

Par

The Manual's Editorial Staff

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les données détaillées

Qu’est-ce que l’incontinence urinaire ?

L’incontinence urinaire désigne le fait d’uriner involontairement.

  • On parle d’incontinence en cas de petites pertes ou de fuite importante d’urine

  • L’incontinence peut être permanente, survenir uniquement la nuit ou seulement lorsque la personne tousse ou éternue

  • L’incontinence est plus fréquente chez les personnes âgées, en particulier les femmes âgées, mais il ne s’agit pas d’une étape normale du vieillissement

Quand dois-je consulter un médecin concernant une incontinence ?

Consultez immédiatement un médecin en cas d’incontinence urinaire accompagnée de signes avant-coureurs d’atteinte de la moelle épinière, tels que :

  • Faiblesse au niveau des jambes

  • Incapacité à sentir les jambes ou la partie située autour des organes génitaux ou de l’anus

En cas d’incontinence non accompagnée de ces signes avant-coureurs, appelez votre médecin. Le médecin pourra alors décider s’il doit vous examiner rapidement en fonction des autres symptômes que vous présentez.

Certaines personnes se sentent gênées de parler avec leur médecin de leur incontinence ou pensent qu’il s’agit d’une partie normale du vieillissement. Ce n’est pas le cas. Vous devez consulter un médecin si votre incontinence vous gêne, vous empêche d’accomplir les activités de la vie quotidienne ou vous fait éviter les situations sociales.

Quelles sont les causes de l’incontinence urinaire chez les adultes ?

Les causes de l’incontinence urinaire incluent :

  • Faiblesse des muscles qui retiennent l’urine dans la vessie ; cela peut se produire chez les femmes après l’accouchement ou chez les hommes après une intervention chirurgicale réalisée pour un cancer de la prostate

  • Obstruction de la vessie, par exemple due à un calcul rénal ou à une hypertrophie de la prostate, qui garde la vessie pleine de telle sorte qu’elle déborde

  • Spasmes musculaires dans la vessie

  • Problèmes au niveau des nerfs qui contrôlent la vessie (vessie neurogène)

Parfois, les personnes sont incontinentes uniquement parce qu’elles ont un problème qui les empêche d’atteindre les toilettes. Les personnes ayant eu un accident vasculaire cérébral ou une démence peuvent avoir des difficultés à atteindre les toilettes d’elles-mêmes.

Le fait de boire beaucoup ou de prendre des diurétiques ne provoque pas d’incontinence en soi. Cependant, cela peut aggraver l’incontinence si la personne est déjà atteinte de ce trouble.

Que va-t-il se passer lors de la consultation chez le médecin ?

Les médecins interrogent la personne sur ses symptômes et l’examinent (pour les femmes, ils réaliseront un examen gynécologique). Ils interrogent la personne sur les médicaments qu’elle prend. Ils peuvent demander à la personne de noter ses mictions pendant un jour ou deux.

Les médecins peuvent également réaliser des examens, tels que :

  • Analyse de sang ou d’urine

  • Mesure de la quantité d’eau qu’ils peuvent introduire dans la vessie par le biais d’un petit tube avant que vous ne ressentiez le besoin d’uriner (cystométrie)

  • Faire uriner la personne dans un dispositif spécial qui mesure le débit et la quantité d’urine expulsée (débit urinaire maximal)

  • Mesure des pressions de la vessie lorsque celle-ci est remplie avec différentes quantités d’eau (cystométrographie)

Comment les médecins traitent-ils l’incontinence urinaire chez l’adulte ?

Les médecins traitent la cause spécifique de l’incontinence. Si un médicament provoque l’incontinence, les médecins essaieront de prescrire un autre médicament.

Pour toutes les causes d’incontinence, il peut être utile de :

  • Limiter les liquides au coucher et éviter la caféine

  • Rééduquer la vessie en suivant un horaire fixe pour les mictions

  • Pratiquer des exercices de Kegel pour renforcer les muscles pelviens (serrer et relâcher avec force les muscles qui commencent et arrêtent la miction)

Autres traitements :

  • Médicaments

  • Crème à base d’œstrogènes pour les femmes

  • Électrostimulation

  • Parfois, chirurgie, cathéter ou autres dispositifs

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Lithotritie par ondes de choc
Vidéo
Lithotritie par ondes de choc
La lithotritie par ondes de choc emploie des ondes sonores pour fragmenter les calculs rénaux...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE