Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link
Poison Ivy Dermatitis

Poison Ivy Dermatitis

Environ 50 à 70 % des personnes sont sensibles à une huile végétale, l’urushiol, contenu dans le lierre vénéneux, le sumac à feuilles de chêne et le sumac vénéneux. Des huiles similaires existent dans les coques des noix de cajou, les feuilles et le fruit du manguier et dans la laque japonaise. Une fois sensibilisées par le contact avec l’une de ces substances, les expositions ultérieures induiront une dermatite de contact.

Les huiles sont rapidement absorbées par la peau mais peuvent persister longtemps sur les vêtements, les objets, ou la fourrure des animaux domestiques. Si ces plantes sont brûlées, la fumée produite contient cette substance et peut déclencher une réaction.

Les symptômes de la dermatite du lierre vénéneux débutent 8 à 48 heures après le contact par des démangeaisons intenses, une éruption cutanée de couleur rouge et de nombreuses cloques petites ou grandes. Généralement, les cloques apparaissent en ligne droite suivant le tracé du frottement de la plante sur la peau. L’éruption survient dans un délai et des localisations variables au gré des contacts avec des vêtements ou objets et parce que certaines parties de la peau sont plus sensibles que d’autres. Le liquide des cloques n’est pas contagieux. Les démangeaisons et l’éruption cutanée persistent 2 à 3 semaines.

La meilleure prévention est d’éviter le contact avec ces plantes. De nombreuses crèmes et lotions peuvent être appliquées avant une exposition, pour réduire l’absorption de l’huile par la peau, mais elles ne l’empêchent pas complètement. L’huile pénètre à travers les gants en caoutchouc. Le lavage de la peau à l’eau et au savon, réalisé juste après le contact, bloque l’absorption de l’huile. Les solvants agressifs (acétone, alcool et autres) ne sont pas plus efficaces. La désensibilisation par injection ou absorption d’extraits de lierre vénéneux est inefficace.

Le traitement de la dermatite du lierre vénéneux soulage les symptômes, mais ne diminue pas la durée de l’éruption. Le plus efficace est le traitement corticoïde. Les éruptions limitées sont traitées par des corticoïdes locaux forts (appliqués par voie cutanée), comme la triamcinolone, le clobétasol ou la diflorasone, sauf sur le visage et les organes génitaux, où on applique un corticoïde léger, comme l’hydrocortisone à 1 %. En cas d’éruption étendue ou d’œdème facial majeur, de fortes doses de corticoïdes oraux sont nécessaires. On peut appliquer sur les cloques des compresses fraîches imbibées d’eau ou d’acétate d’aluminium. Les antihistaminiques oraux peuvent soulager les démangeaisons. Les lotions et crèmes antihistaminiques sont peu utilisées.