Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link
Protection des adultes par les vaccins

Protection des adultes par les vaccins

Maladie*

Qui doit-on vacciner ?

Personnes ayant été exposées à l’anthrax

Personnes pouvant être exposées à l’anthrax, à savoir :

  • Personnel miliaire actif

  • Personnel de certains laboratoires

  • Les vétérinaires

Tous les adultes qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont pas eu la varicelle

Tous les adultes (généralement sous la forme d’un vaccin combiné avec celui du tétanos [DT] et celui de la coqueluche [DTCoq]), s’ils n’ont jamais été vaccinés

Les femmes enceintes doivent recevoir le DTCoq lors de chaque grossesse

Adultes qui n’ont pas été vaccinés et qui sont exposés à un risque élevé, à savoir :

  • Personnes dont la rate ne fonctionne pas

  • Patients dont le système immunitaire est déficient (tels que les patients atteints du SIDA)

  • Personnes faisant l’objet d’une chimiothérapie pour un cancer

  • Patients ayant fait l’objet d’une greffe de cellules souches

Adultes qui n’ont pas été vaccinés et qui sont exposés à un risque élevé, à savoir :

  • Personnes qui voyagent ou résident dans des régions où l’infection est fréquente

  • Personnes qui consomment des drogues (comme la méthamphétamine)

  • Hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes

  • Personnes atteintes d’une maladie hépatique chronique ou présentant des taux élevés de certaines enzymes hépatiques dans le sang

  • Adultes en bonne santé de 40 ans ou moins qui ont récemment été exposés au virus de l’hépatite A

  • Personnes qui prévoient d’être en contact étroit avec un enfant adopté au cours des 60 jours suivant l’arrivée de l’enfant aux États-Unis depuis une région où l’hépatite A est fréquente

  • Personnes sans domicile fixe

  • Femmes enceintes identifiées comme étant à risque d’infection par l’hépatite A pendant la grossesse (comme les femmes qui voyagent à l’international, qui se droguent [par injection ou non], qui peuvent être exposées au travail, qui prévoient un contact personnel étroit avec un enfant adopté à l’international ou qui sont sans domicile) ou qui sont exposées à un risque de maladie très grave ou de décéder d’une infection par le virus de l’hépatite A (comme les femmes qui souffrent d’une maladie hépatique chronique ou de l’infection par le VIH)

Adultes qui n’ont pas été vaccinés et qui sont exposés à un risque élevé, à savoir :

  • Personnel soignant, carcéral ou travaillant dans la sécurité publique

  • Personnes voyageant dans des zones où sévit en permanence l’infection

  • Personnes atteintes d’une maladie hépatique chronique ou présentant des taux élevés de certaines enzymes hépatiques dans le sang

  • Personnes atteintes d’insuffisance rénale, y compris celles qui nécessitent une dialyse

  • Utilisateurs de drogues dures par voie injectable

  • Personnes qui ont plusieurs partenaires sexuels

  • Personnes qui doivent être examinées ou traitées pour une maladie sexuellement transmissible

  • Hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes

  • Partenaires sexuels et proches de personnes porteuses de l’hépatite B

  • Personnes âgées de moins de 60 ans et atteintes de diabète, et parfois personnes âgées de 60 ans et plus et atteintes de diabète

  • Personnes ayant séjourné (en tant que patients, résidents ou employés) dans des établissements correctionnels ou dans des établissements qui fournissent des services pour les personnes exposées à un risque élevé d’hépatite B (tels que les centres de désintoxications, les lieux destinés à l’injection de drogues, les centres d’hémodialyse, les établissements pour personnes handicapées mentales et les lieux où les personnes atteintes de maladies sexuellement transmissibles ou de l’infection par le VIH sont testées et traitées)

  • Femmes enceintes si elles risquent de contracter l’infection ou d’être très malades ou de mourir d’une infection par le virus de l’hépatite B (comme les femmes atteintes d’une maladie hépatique chronique ou de l’infection par le VIH)

Tous les individus de sexe masculin et de sexe féminin n’ayant jamais été vaccinés (généralement à l’âge de 11 ou 12 ans) jusqu’à l’âge de 26 ans

Tous les adultes âgés de 27 à 45 ans doivent discuter avec leur médecin d’une éventuelle vaccination

Toutes les personnes âgées de plus de 6 mois

Tous les adultes nés à partir de 1957, sauf s’ils ont des documents prouvant qu’ils ont été vaccinés avec une ou plusieurs doses de vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) ou si des analyses de laboratoire détectent des preuves d’immunité contre la rougeole

Toujours administré sous la forme d’un vaccin combiné avec celui des oreillons et de la rubéole (n’est pas disponible en vaccin unique)

Certaines personnes de plus de 55 ans

Les personnes âgées de 16 à 23 ans qui le souhaitent

Personnes à risque élevé, à savoir :

  • Personnes dont la rate ne fonctionne pas (y compris celles atteintes de la drépanocytose)

  • Personnes infectées par le VIH

  • Personnes atteintes de certains déficits immunitaires

  • Personnes sous éculizumab ou ravulizumab (médicaments qui inhibent le système du complément)

  • Microbiologistes régulièrement exposés à la bactérie

  • Adolescents, s’ils n’ont jamais été vaccinés

  • Les étudiants de première année universitaire vivant en résidence universitaire, qui ont 21 ans ou moins et qui n’ont jamais été vaccinés à 16 ans ou après

  • Jeunes recrues de l’armée

  • Voyageurs ou résidents de régions où l’infection est fréquente

  • Personnes qui ont été exposées au cours d’une épidémie de méningite

Tous les adultes nés à partir de 1957, sauf s’ils ont des documents prouvant qu’ils ont été vaccinés avec une ou plusieurs doses de vaccin ROR ou si des analyses de laboratoire détectent des preuves d’immunité contre les oreillons

Toujours administré sous la forme d’un vaccin combiné avec celui de la rougeole et de la rubéole (n’est pas disponible en vaccin unique)

Tous les adultes (généralement administré sous la forme d’un vaccin combiné avec celui du tétanos et de la diphtérie sous forme de DTCoq), s’ils n’ont jamais été vaccinés

Femmes enceintes au cours de chaque grossesse

Infections pneumococciques (telles que méningite et pneumonie)

Personnes âgées d’au moins 65 ans

Adultes à risque élevé, à savoir :

  • Personnes atteintes d’une affection cardiaque, pulmonaire (notamment asthme et emphysème), rénale ou hépatique chronique

  • Personnes diabétiques

  • Personnes présentant une fuite de liquide céphalorachidien

  • Personnes immunodéprimées (y compris celles qui sont atteintes de l’infection par le VIH, d’une leucémie, d’un lymphome ou d’un cancer, celles qui prennent des médicaments qui inhibent le système immunitaire [immunosuppresseurs], et celles qui ont reçu certains types de greffes d’organe)

  • Personnes dont la rate ne fonctionne pas (y compris celles atteintes de la drépanocytose)

  • Personnes ayant un implant cochléaire

  • Personnes atteintes d’un trouble alcoolique

  • Adultes fumeurs

Adultes exposés à un risque élevé, à savoir :

  • Personnes voyageant dans des régions où la poliomyélite est courante

  • Personnel des laboratoires travaillant sur le virus de la poliomyélite

  • Personnes qui traitent les personnes éventuellement atteintes de la poliomyélite

Personnes ayant été mordues par certains animaux

Personnes pouvant présenter un risque accru d’exposition à des animaux infectés, à savoir :

  • Vétérinaires et le personnel animalier

  • Laborantins qui manipulent des animaux pouvant avoir la rage

  • Personnes qui explorent des grottes à chauves-souris

  • Personnes qui vivent ou séjournent plus de 30 jours dans des pays en voie de développement où la rage canine est répandue

Tous les adultes nés à partir de 1957, sauf s’ils ont des documents prouvant qu’ils ont été vaccinés avec une ou plusieurs doses de vaccin ROR ou si des analyses de laboratoire détectent des preuves d’immunité contre la rubéole

Femmes qui prévoient de tomber enceintes et qui ne sont pas immunisées contre la rubéole

Toujours administré sous la forme d’un vaccin combiné avec celui de la rougeole et des oreillons (n’est pas disponible en vaccin unique)

Zona (herpès zoster)

Personnes âgées de 50 ans et plus

N’est pas recommandé actuellement, sauf pour les personnes à risque élevé d’exposition au virus de la variole, comme les personnes travaillant en laboratoire qui manipulent directement le virus et le matériel apparenté

Tous les adultes tous les 10 ans (généralement sous la forme d’un vaccin combiné avec celui du tétanos et de la diphtérie [DT] ou celui de la coqueluche [DTCoq]), s’ils n’ont jamais été vaccinés

Les femmes enceintes doivent recevoir le DTCoq lors de chaque grossesse

Les personnes voyageant dans des régions où l’infection est fréquente

Personnes en contact étroit avec un porteur de la typhoïde

Personnel des laboratoires travaillant avec la bactérie provoquant la typhoïde

Personnes voyageant dans certaines parties de l’Afrique et de l’Amérique du Sud où l’infection est fréquente

* Aux États-Unis, des vaccins sont disponibles contre ces infections.

VIH = virus de l’immunodéficience humaine ; DT = tétanos-diphtérie ; DTCoq = tétanos-diphtérie-coqueluche.