Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Certains médicaments particulièrement susceptibles de provoquer des problèmes chez les personnes âgées

Certains médicaments particulièrement susceptibles de provoquer des problèmes chez les personnes âgées

Médicament

Utilisation

Problème

Alpha-bloqueurs adrénergiques (tels que la doxazosine, la prazosine et la térazosine)

Traitement de l’hypertension artérielle

Ces médicaments ne doivent pas être utilisés pour traiter l’hypertension artérielle.

L’utilisation de ces médicaments augmente le risque d’hypotension orthostatique (diminution soudaine de la tension artérielle quand les personnes se lèvent).

Ces médicaments peuvent compliquer le fait de retenir la miction chez la femme.

Agonistes alpha-adrénergiques (tels que la clonidine, le guanabenz, la guanfacine, le méthyldopa et la réserpine)

Traitement de l’hypertension artérielle

Ces médicaments ne doivent généralement pas être utilisés pour traiter l’hypertension artérielle à moins que les autres médicaments se soient révélés inopérants.

L’utilisation de ces médicaments peut causer une hypotension orthostatique et un rythme cardiaque anormalement lent et peut ralentir la fonction cérébrale.

Le méthyldopa et la réserpine peuvent contribuer à la dépression.

La réserpine peut contribuer à une dysfonction érectile (impuissance).

Analgésiques (certains, comme la mépéridine et la pentazocine)

Soulagement de la douleur

La mépéridine, un opioïde, provoque souvent de la confusion et peut parfois provoquer des crises convulsives. Comme tous les opioïdes, elle peut provoquer constipation, rétention d’urine, somnolence et confusion. Lorsqu’elle est prise par voie orale, la mépéridine n’est pas très efficace.

La pentazocine peut causer de la confusion et des hallucinations.

Amiodarone

L’amiodarone ne doit généralement pas être le premier choix dans le traitement de la fibrillation auriculaire (un trouble du rythme cardiaque), sauf dans des circonstances particulières.

L’amiodarone peut augmenter le risque de troubles thyroïdiens, de troubles pulmonaires et de syndrome du QT long (qui peut lui-même contribuer à de graves anomalies du rythme cardiaque).

Antidépresseurs (les plus anciens, comme l’amitriptyline, l’amoxapine, la clomipramine, la doxépine à doses élevées, l’imipramine, la notriptyline, la paroxétine, la protriptyline et la trimipramine)

Traitement de la dépression

Ces anciennes générations d’antidépresseurs ont de forts effets anticholinergiques*. Ils augmentent également le risque de chutes, de constipation, de sécheresse buccale, de somnolence excessive et de troubles du rythme cardiaque.

Antihistaminiques (les plus anciens) qui ont des effets anticholinergiques* (tels que la bromphéniramine, la carbinoxamine, la chlorphéniramine, la clémastine, la cyproheptadine, la dexbromphéniramine, la dexchlorphéniramine, le diménhydrinate, la diphénhydramine, la doxylamine, l’hydroxyzine, la méclizine, la prométhazine et la triprolidine)

Soulagement des symptômes d’allergie ou de rhume, ou aide à l’endormissement

De nombreux antihistaminiques en vente libre et sur ordonnance ont des effets anticholinergiques importants*.

Ces antihistaminiques peuvent provoquer une somnolence et une confusion. De plus, lorsqu’ils sont utilisés régulièrement, ils peuvent également provoquer une constipation, une sécheresse buccale et des difficultés pour uriner.

Des antihistaminiques sont souvent inclus dans les préparations contre la toux et le rhume et dans les analgésiques à prendre au moment du coucher.

Lorsqu’elles utilisent ces médicaments pour les aider à s’endormir, les personnes peuvent aussi développer une tolérance à leurs effets.

Médicaments pour traiter la maladie de Parkinson (benzatropine et trihexyphénidyle)

Traitement de la maladie de Parkinson

Des médicaments plus efficaces sont disponibles.

La benzatropine et le trihexyphénidyle ont de forts effets anticholinergiques*.

Antipsychotiques (tels que la chlorpromazine, l’halopéridol, le thiotixène, la rispéridone, l’olanzapine, la quétiapine et l’aripiprazole) et le métoclopramide

Traitement de la perte de contact avec la réalité (psychose) ou, de façon controversée, traitement des troubles du comportement chez les personnes atteintes de démence

Parfois, traitement de la nausée (généralement la chlorpromazine ou le métoclopramide seulement)

Les médicaments antipsychotiques peuvent provoquer de la somnolence, des troubles du mouvement (qui ressemblent à la maladie de Parkinson) et des secousses musculaires incontrôlables de la face. Certains de ces médicaments ont aussi des effets anticholinergiques*. Certains effets secondaires sont potentiellement mortels. Les antipsychotiques ne doivent être utilisés qu’en cas de trouble psychotique et nécessitent une surveillance médicale étroite des personnes.

Quand ils sont administrés aux personnes atteintes de démence, les antipsychotiques élèvent le risque d’accident vasculaire cérébral et de décès.

Le métoclopramide peut provoquer une somnolence et des troubles du mouvement (qui ressemblent à la maladie de Parkinson). En général, le métoclopramide ne doit pas être utilisé pendant plus de 3 mois.

Barbituriques (tels que l’amobarbital, le butabarbital, le butalbital, le méphobarbital, le pentobarbital, le phénobarbital et le sécobarbital)

Apaisement, soulagement de l’anxiété, ou aide à l’endormissement

Les personnes peuvent devenir dépendantes de ces médicaments, qui peuvent devenir inefficaces contre l’insomnie et un surdosage est possible même en prenant de faibles doses de ces médicaments.

Benzodiazépines (comme l’alprazolam, le chlordiazépoxide, le chlordiazépoxide avec l’amitriptyline, le clidinium avec le chlordiazépoxide, le clonazépam, le clorazépate, le diazépam, l’estazolam, le flurazépam, le lorazépam, l’oxazépam, le quazépam, le témazépam et le triazolam)

Apaisement, soulagement de l’anxiété, ou aide à l’endormissement

Ces médicaments peuvent provoquer une somnolence et une perte d’équilibre lors de la marche. Le risque de chutes et de fractures est accru, ainsi que le risque d’accidents de voiture.

Les effets de certains de ces médicaments durent très longtemps (souvent plus de quelques jours) chez les personnes âgées.

Certains hypnotiques (comme l’eszopiclone, le zaléplon et le zolpidem)

Aide au sommeil

Les effets secondaires de ces médicaments sont similaires à ceux des benzodiazépines. Il est préférable de n’utiliser ces médicaments que pendant de courtes périodes.

Desmopressine

Aide au contrôle des mictions nocturnes

La desmopressine présente un risque élevé d’hyponatrémie (faible taux de sodium dans le sang). La desmopressine ne doit pas être utilisée pour traiter une miction excessive la nuit, car il existe des alternatives plus sûres.

Traitement de l’insuffisance cardiaque ou des troubles du rythme cardiaque (arythmies)

En vieillissant, les reins sont moins capables d’éliminer la digoxine de l’organisme. De fortes doses du médicament peuvent plus facilement atteindre des taux nocifs (toxiques). Les effets secondaires possibles sont : perte d’appétit, nausées et confusion.

Dipyridamole (à libération immédiate)

Réduction du risque de formation de caillots sanguins ou amélioration du flux sanguin

Le dypyridamole provoque fréquemment une baisse de tension artérielle lorsque les personnes âgées se lèvent. Il peut aussi augmenter le risque de saignement lorsqu’il est pris avec d’autres médicaments qui réduisent la formation de caillots, comme l’aspirine ou l’anticoagulant warfarine.

Médicaments qui réduisent ou arrêtent les spasmes musculaires dans le tube digestif (antispasmodiques, tels que l’atropine [sauf en collyre], les alcaloïdes de la belladone, le clidinium/chlordiazépoxide, la dicyclomine, l’hyoscyamine, la propanthéline et la scopolamine)

Soulagement des crampes et douleurs abdominales

Ces médicaments ont de forts effets anticholinergiques* et provoquent souvent des effets secondaires chez les personnes âgées. Leur utilité, en particulier aux faibles doses tolérées par les personnes âgées, est discutable.

Mésylate d’ergot et isoxsuprine

Dilatation des vaisseaux sanguins

Ces médicaments ne sont pas efficaces chez les personnes de tous âges.

Œstrogènes avec ou sans progestatif

Traitement de l’ostéoporose et aide au soulagement des symptômes de la ménopause, tels que bouffées de chaleur, sueurs nocturnes et sécheresse vaginale.

Les œstrogènes augmentent le risque de cancer du sein et de l’utérus (endomètre) et peuvent augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral, de crise cardiaque et de démence chez les femmes âgées. Les médicaments à base d’œstrogènes par voie vaginale semblent être sûrs et efficaces pour traiter les rapports sexuels douloureux, les infections des voies urinaires et d’autres symptômes vaginaux.

Antagonistes des récepteurs de l’histamine-2 (H2) (comme la cimétidine, la famotidine, la nizatidine et la ranitidine)

Traitement du pyrosis (brûlures d’estomac), de l’indigestion ou des ulcères

Les doses classiques de cimétidine peuvent provoquer des interactions médicamenteuses et des effets secondaires, en particulier la confusion.

Dans une certaine mesure, les fortes doses de famotidine, de nizatidine et de ranitidine peuvent provoquer des effets secondaires, en particulier la confusion.

Ces médicaments peuvent affaiblir la mémoire et générer des difficultés de réflexion chez les personnes atteintes de troubles cognitifs.

Insuline administrée au moyen d’une échelle variable

Traitement du diabète

Lorsqu’elle est administrée de cette manière, l’insuline peut provoquer des taux de glycémie dangereusement bas et n’est pas plus efficace pour maîtriser le diabète que des doses fixes d’insuline administrées avec les repas.

Huile minérale

Traitement de la constipation

Lorsqu’elle est prise par voie orale, l’huile minérale peut être inhalée accidentellement dans les poumons, ce qui peut provoquer des lésions pulmonaires.

Hormones sexuelles masculines (comme la testostérone et la méthyltestostérone)

Traitement des faibles taux de testostérone (hypogonadisme masculin)

Il ne faut utiliser ces hormones que si les taux de testostérone d’un homme sont bas et que cela engendre des symptômes significatifs. L’utilisation de ces hormones peut contribuer à des troubles cardiaques et aggraver les troubles de la prostate.

Mégestrol

Augmentation de l’appétit et aide pour regagner du poids perdu

Le mégestrol peut provoquer des caillots de sang et éventuellement accroître le risque de décès, et il n’est généralement pas très efficace pour aider les personnes à prendre du poids.

Relaxants musculaires (tels que carisoprodol, chlorzoxazone, cyclobenzaprine, métaxalone, méthocarbamol, et orphénadrine)

Soulagement des spasmes musculaires

La plupart des relaxants musculaires ont des effets anticholinergiques*. Ils entraînent aussi une somnolence et une faiblesse et augmentent par conséquent le risque de chutes et de fractures. Leur utilité, en particulier aux faibles doses nécessaires pour éviter les effets secondaires chez les personnes âgées, est discutable. Les risques l’emportent probablement sur les bénéfices.

Nifédipine (libération immédiate)

La nifédipine, prise sous forme de capsule à libération immédiate, peut provoquer une diminution excessive de la tension artérielle, causant parfois des symptômes similaires à ceux d’une crise cardiaque (par exemple, pression thoracique et douleur thoracique).

Traitement des infections de la vessie

En utilisation à long terme, la nitrofurantoïne peut causer des effets secondaires (tels que des lésions pulmonaires). Quand elle est prise pour traiter une infection vésicale, elle peut ne pas être efficace si la fonction rénale est réduite.

AINS (tels qu’aspirine, diclofénac, diflunisal, étodolac, fénoprofène, ibuprofène, indométacine, kétoprofène, méclofénamate, acide méfénamique, méloxicam, nabumétone, naproxène, oxaprozine, piroxicam, sulindac et tolmétine)

Inhibiteurs de COX-2 (célécoxib)

Soulagement de la douleur et de l’inflammation

L’utilisation à long terme des AINS peut causer un ulcère gastroduodénal ou un saignement de l’estomac ou des intestins, à moins qu’un autre médicament ne soit aussi administré pour protéger l’estomac. Les AINS et le célécoxib peuvent aussi affecter la fonction rénale et aggraver les symptômes d’insuffisance cardiaque.

Entre tous les AINS, l’indométacine a le plus d’effets secondaires. Elle peut aussi provoquer confusion ou vertiges.

Inhibiteurs de la pompe à protons

Réduction de la production d’acide gastrique et traitement du pyrosis et des ulcères

L’utilisation à long terme d’inhibiteurs de la pompe à protons augmente le risque de diarrhée sévère provoquée par une infection à Clostridium difficile, de perte osseuse et de fractures, ainsi que de carence en vitamine B12.

Sulfonylurées (à longue durée d’action, comme le chlorpropamide et le glyburide)

Traitement du diabète

Les effets du chlorpropamide et du glyburide durent longtemps. Chez les personnes âgées, ces médicaments peuvent provoquer une faible glycémie (hypoglycémie) pendant plusieurs heures. Le chlorpropamide peut aussi faire en sorte que les reins retiennent trop d’eau, ce qui abaisse le taux de sodium dans le sang.

Ticlopidine

La ticlopidine peut causer des troubles sanguins graves. Des médicaments plus sûrs et plus efficaces sont disponibles.

* Les effets anticholinergiques comprennent les suivants : confusion, vision floue, constipation, sécheresse de la bouche, vertiges et perte d’équilibre, ainsi que difficultés en début de miction.

 Le dipyridamole est aussi disponible dans une formulation à libération prolongée avec de l’aspirine. Ce produit, utilisé pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux chez les personnes qui en ont eu un, n’est pas inclus dans cette liste.

Inhibiteurs de la COX-2 = coxibs ; AINS = anti-inflammatoires non stéroïdiens.