Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Médicaments utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Médicaments utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Médicament

Quelques effets secondaires

Commentaires

Diclofénac

Ibuprofène

Naproxène

Bien d’autres

Troubles gastriques

Ulcères à l’estomac

Élévation de la pression artérielle

Problèmes rénaux

Augmentation possible du risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral

Tous les AINS traitent les symptômes et réduisent l’inflammation, mais ne modifient pas l’évolution de la maladie.

Inhibiteurs de la cyclo-oxygénase-2 (COX-2) (coxibs), comme le célécoxib

Problèmes rénaux

Élévation de la pression artérielle

Diminution du risque d’ulcères à l’estomac et de saignement par rapport aux autres AINS

Augmentation possible du risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral

Augmentation possible du risque d’hématome et de saignement

Hydroxychloroquine

Dermatite légèrement modérée (éruption cutanée)

Douleurs musculaires ou faiblesse

Problèmes oculaires

Tous les ARMM peuvent ralentir la progression de l’atteinte articulaire aussi bien que réduire progressivement la douleur et le gonflement.

Le léflunomide est presque aussi efficace que le méthotrexate.

Léflunomide

Éruptions cutanées

Maladie du foie

Atteintes des nerfs (neuropathie)

Diarrhée

Perte de cheveux

Méthotrexate

Maladie du foie

Inflammation pulmonaire

Nausées

Neutropéniea

Aphtes buccaux

Diminution du liquide séminal

Perte de cheveux

Sulfasalazine

Problèmes gastriques

Neutropéniea

Dégradation des globules rouges (hémolyse)

Problèmes hépatiques

Éruptions cutanées

Prednisone (par voie orale)

Prednisolone

Nombreux effets secondaires dans tout l’organisme en cas d’utilisation à long terme :

  • Prise de poids

  • Diabète

  • Hypertension artérielle

  • Amincissement des os (ostéoporose)

La prednisone peut réduire rapidement l’inflammation.

Cela risque de ne pas être utile à long terme en raison des effets secondaires.

Dans de rares cas, infection aux sites d’injection ou dans l’articulation

Affaiblissement des tissus si les injections sont administrées trop fréquemment pendant une période trop longue

Saignement dans l’articulation, tout particulièrement chez les personnes sous anticoagulants (qui fluidifient le sang)

Des corticoïdes autres que la triamcinolone peuvent également être injectés.

Triamcinolone hexacétonide (injectée dans une articulation)

Azathioprine

Maladie du foie

Augmentation possible du risque de tumeur maligne (comme un lymphome)

Neutropéniea

L’azathioprine est à peu près aussi efficace que certains ARMM, mais elle est plus toxique.

Cyclosporine

Fonction rénale altérée

Hypertension artérielle

Goutte

Diabète

La cyclosporine est à peu près aussi efficace que certains ARMM, mais son risque d’effets secondaires est supérieur.

Adalimumabb

Certolizumab pégolb

Étanerceptb

Golimumabb

Infliximabb

Risque potentiel d’infection (en particulier, tuberculose et infections mycosiques)

Cancers dermatologiques en dehors des mélanomes

Réactivation de l’hépatite B

Parfois, lupus érythémateux systémique

Troubles neurologiques démyélinisants (comme le syndrome de Guillain-Barré ou la sclérose en plaques)

Ces médicaments permettent d’obtenir une réponse rapide significative chez la plupart des personnes.

Ils peuvent ralentir l’atteinte articulaire.

Anakinrac

Douleur, rougeur et démangeaisons au site d’injection

Augmentation du risque d’infection et possiblement du cancer

Neutropéniea

L’efficacité de l’anakinra est probablement moindre que celle de l’adalimumab, de l’étanercept et de l’infliximab.

Rituximabd

Lors de l’administration du médicament :

  • Démangeaisons au site d’injection

  • Éruptions cutanées

  • La douleur dorsale

  • Hypertension ou hypotension artérielle

  • Fièvre

Après l’administration du médicament :

  • Légère augmentation du risque d’infection et possiblement du cancer

  • Neutropéniea

Le rituximab n’est utilisé que lorsque l’état de santé des personnes ne s’améliore pas après la prise d’un inhibiteur du facteur de nécrose tumorale et du méthotrexate.

Abataceptd

Problèmes pulmonaires

Augmentation de la vulnérabilité aux infections

Céphalées

Infection des voies respiratoires supérieures

Mal de gorge

Nausées

L’abatacept n’est utilisé que lorsque l’état de santé des personnes ne s’améliore pas après l’administration des autres médicaments.

Tocilizumabe

L’infection (comme la tuberculose) peut être grave ou causer une septicémie.

Cancer

Neutropéniea

Suppression possible de la production de plaquettes dans la moelle osseuse, parfois avec une augmentation de la vulnérabilité aux saignements

Dans de rares cas, perforation intestinale

Le tocilizumab n’est utilisé que lorsque l’état de santé des personnes ne s’améliore pas après l’administration des autres médicaments.

Tofacitinibf

Infection (comme la tuberculose)

Neutropéniea

Cancer de la peau

Taux élevés de cholestérol (hypercholestérolémie)

Le tofacitinib est utilisé lorsque l’efficacité du méthotrexate est insuffisante.

aLa suppression de la production de cellules sanguines dans la moelle osseuse peut entraîner une diminution du nombre de globules blancs luttant contre les infections, appelés « neutrophiles », ce qui a pour effet d’augmenter la sensibilité aux infections.

bL’adalimumab, le certolizumab pégol, l’étanercept, le golimumab et l’infliximab sont des inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (TNF).

cL’anakinra est un antagoniste des récepteurs de l’interleukine-1.

dL’abatacept et le rituximab sont d’autres agents biologiques.

eLe tocilizumab est un antagoniste de l’interleukine-6.

fLe tofacitinib est un inhibiteur de Janus kinase (JAK).