honeypot link

Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Drugs Commonly Used to Treat Endometriosis

Drugs Commonly Used to Treat Endometriosis

Médicament

Quelques effets secondaires

Commentaires

Contraceptifs oraux, association œstroprogestative

Éthinylestradiol plus un progestatif

Ballonnement abdominal, hypersensibilité mammaire, augmentation de l’appétit, œdème des chevilles, nausées, saignements entre les règles (saignements intermenstruels), oscillations de l’humeur et thrombose veineuse profonde

Dans de rares cas, un risque accru de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de maladie vasculaire périphérique

Les contraceptifs oraux peuvent être utiles chez les patientes qui désirent repousser une grossesse. Ils peuvent être pris 3 semaines par mois (cycliquement) ou tous les jours (de façon continue), généralement pendant 3 à 4 mois. Puis, ils sont arrêtés pendant 4 jours et pris à nouveau.

Progestatifs

Un dispositif intra-utérin (DIU) libérant le progestatif lévonorgestrel

Saignements menstruels irréguliers et arrêt des règles (après la présence du DIU depuis un certain temps)

Ces DIU libèrent du lévonorgestrel pendant 5 ans. Ils doivent être insérés et retirés par un médecin. Ils sont appropriés chez la femme qui ne souhaite pas tomber enceinte ou qui désire retarder une grossesse.

Acétate de médroxyprogestérone

Saignements intermenstruels, oscillations de l’humeur, dépression, prise de poids et vaginite atrophique (sécheresse et amincissement de la paroi vaginale)

Les progestatifs sont des médicaments semblables à l’hormone progestérone. Ils peuvent être administrés par voie orale ou par voie intramusculaire, sous forme d’injection.

Acétate de noréthindrone

Saignements menstruels irréguliers, oscillations de l’humeur, dépression et constipation

Ce médicament doit être pris par voie orale à l’heure du coucher. Il est fréquemment utilisé dans les pilules contraceptives.

Androgène

Danazol

Prise de poids, acné, abaissement de la voix, élévation de la pilosité corporelle, bouffées de chaleur, vaginite atrophique, œdème des chevilles, crampes musculaires, hémorragies intermenstruelles, diminution du volume du sein, oscillations de l’humeur, dysfonction hépatique, syndrome du canal carpien et effets défavorables sur les taux de cholestérol dans le sang

Le danazol, une hormone synthétique proche de la testostérone, inhibe l’activité des œstrogènes et de la progestérone. Il est administré par voie orale. Son utilité peut être limitée par ses effets secondaires.

Agonistes de la GnRH*

Goséréline

Bouffées de chaleur, diminution de la densité osseuse, sautes d’humeur, céphalées, douleurs musculaires et raideur des articulations, acné et diminution de la libido

La goséréline est injectée sous la peau tous les 28 jours. Six doses sont administrées.

Leuprolide

Nafaréline

Bouffées de chaleur, sautes d’humeur, vaginite atrophique, diminution de la densité osseuse, douleurs musculaires et osseuses, raideur des articulations et diminution de la libido

Le leuprolide peut être injecté par voie sous-cutanée une fois par jour, ou injecté par voie intramusculaire une fois par mois ou tous les 3 mois. La nafaréline est utilisée sous forme de spray nasal.

Triptoréline

Bouffées de chaleur, céphalées, nausées, vaginite atrophique, douleurs musculaires, raideur articulaire, sautes d’humeur, diminution de la libido, et douleur ou irritation au site d’injection

La triptoréline est injectée dans un muscle tous les 28 jours, à raison de six doses.

Antagoniste de la GnRH

Élagolix

Bouffées de chaleur, vaginite atrophique, diminution de la densité osseuse, oscillations de l’humeur, céphalées, raideur des articulations, douleurs musculaires et diminution de la libido

Si l’élagolix est pris pendant plus de 6 mois, les médecins peuvent prescrire de petites doses d’un progestatif, afin de minimiser la perte de densité osseuse.

* Les agonistes de la GnRH sont souvent administrés en association avec un bisphosphonate (utilisé pour traiter l’ostéoporose) ou avec un progestatif (parfois associé à des œstrogènes) afin de réduire les effets de la diminution des taux d’ œstrogène dans le sang, tels qu’une diminution de la densité osseuse. L’utilisation de l’association œstrogènes et progestatif, ou d’un progestatif seul, est appelée add-back therapy.

GnRH = hormone de libération des gonadotrophines.