Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire

Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Troubles cérébraux

Céphalées, changements de la personnalité, confusion, difficulté de concentration, somnolence, perte de l’équilibre et de la coordination, et paralysie ou engourdissement

Parfois, convulsions

IRM ou TDM cérébrale

Sclérose en plaques (touche le cerveau, la moelle épinière ou les deux)

En général, d’autres symptômes de dysfonctionnement du système nerveux (comme la perte de sensation, la perte de la coordination et des problèmes de vue)

Une faiblesse qui :

  • A tendance à aller et venir

  • Touche parfois différentes parties de l’organisme

  • Est pire par temps chaud

IRM du cerveau et parfois de la moelle épinière

Parfois, une ponction lombaire

Symptômes qui apparaissent soudainement :

  • Faiblesse ou paralysie, en général d’un seul côté de l’organisme

  • Anomalies ou perte de sensation d’un seul côté de l’organisme

  • Difficultés à s’exprimer, parfois avec des difficultés d’élocution

  • Confusion

  • Pénombre, obscurcissement ou perte de la vue, particulièrement dans un œil

  • Étourdissement ou perte de l’équilibre et coordination

Examen clinique

TDM ou IRM du cerveau

Maladies de la moelle épinière

Myélite transverse aiguë (inflammation de la moelle épinière soudaine), souvent due à

  • Sclérose en plaques

  • Inflammation des vaisseaux sanguins

  • Certaines infections comme la maladie de Lyme ou la syphilis

Picotements, engourdissements et faiblesse musculaire qui

  • Surviennent rapidement (de quelques heures à quelques jours)

  • Commencent dans le pied et remontent

En général, une oppression autour de la poitrine ou de l’abdomen

Souvent, difficulté à uriner

Lorsqu’une lésion est sévère, la perte de contrôle de la vessie et des intestins et/ou une réduction de réponse sexuelle, y compris un dysfonctionnement de l’érection chez les hommes

IRM ou TDM de la moelle épinière

Ponction lombaire

Analyses de sang pour identifier la cause

Syndrome de la queue de cheval, provoqué par une pression sur plusieurs racines des nerfs rachidiens, qui peut être induit par

Faiblesse dans les deux jambes

Perte de sensation dans la partie interne supérieure des cuisses, les fesses, la vessie, la région génitale et la zone entre elles (zone de la selle)

En général, douleur dans le bas du dos

Perte du contrôle de la vessie et des intestins et/ou réduction de la réponse sexuelle, y compris dysfonctionnement de l’érection chez les hommes

IRM ou TDM de la moelle épinière

Compression médullaire qui se développe soudainement (aiguë), qui peut être induite par

  • Abcès (poches de pus)

  • Hématomes (poches de sang)

  • Lésions cervicales ou dorsales

  • Certains cancers

Symptômes qui se développent en quelques heures ou jours

Faiblesse ou paralysie des jambes et parfois des bras et perte de sensation

Avec abcès ou tumeurs, sensibilité à la palpation de la zone comprimée

IRM ou TDM de la moelle épinière

Compression de la moelle épinière qui se développe lentement (chronique) qui peut être induite par

  • Spondylose cervicale (dégénérescence des disques de la colonne vertébrale due à de l’arthrite)

  • Sténose rachidienne (rétrécissement du passage de la moelle épinière) due à de l’arthrite

  • Quelques tumeurs

Symptômes qui sont présents depuis des semaines à des mois

Lorsqu’une lésion est sévère, la perte de contrôle de la vessie et des intestins et/ou une réduction de réponse sexuelle, y compris un dysfonctionnement de l’érection chez les hommes

IRM ou TDM de la moelle épinière

Compression d’une racine d’un nerf rachidien par un disque fracturé

Faiblesse, engourdissements ou les deux dans une jambe ou un bras

En général, une douleur dorsale ou cervicale qui se propage dans la jambe ou le bras

En général, une IRM ou une TDM de la moelle épinière

En général, une électromyographie (en stimulant les muscles et en enregistrant leur activité électrique)

Parfois, des études de conduction nerveuse (mesurant la rapidité de transmission du signal par les nerfs)

Sclérose en plaques (touche le cerveau, la moelle épinière ou les deux)

En général, d’autres symptômes de dysfonctionnement du système nerveux (comme la perte de sensation, la perte de la coordination et des problèmes de vue)

Une faiblesse qui :

  • A tendance à aller et venir

  • Touche parfois différentes parties de l’organisme

  • Est pire par temps chaud

IRM du cerveau et de la moelle épinière

Parfois, ponction lombaire

Troubles qui affectent les nerfs périphériques et le cerveau ou la moelle épinière§

Faiblesse musculaire progressive qui

  • Parfois, commence dans les mains

  • Parfois, affecte un côté plus que l’autre

Maladresse, contractions musculaires involontaires et crampes musculaires

Salivation et difficulté à parler et à avaler

Au fur et à mesure de la progression de la maladie, difficulté à respirer et éventuellement le décès

Électromyographie et parfois études de conduction nerveuse

Parfois, une IRM de la moelle épinière pour écarter des troubles de la moelle épinière qui peuvent provoquer des symptômes similaires

Muscles qui se fatiguent facilement et faiblesse musculaire progressive

Parfois, des secousses musculaires et perte de tissu musculaire

Chez des personnes qui ont souffert de la polio

Électromyographie et parfois études de conduction nerveuse

Troubles qui affectent simultanément de nombreux nerfs (polyneuropathies)

Faiblesse et souvent perte de sensation qui

  • En général commencent dans les deux jambes

  • Puis progressent vers le haut jusqu’aux bras

Lorsqu’elles s’aggravent, difficulté à avaler et à respirer

Électromyographie et études de conduction nerveuse

Ponction lombaire

Lésion nerveuse provoquée par

Faiblesse musculaire qui

  • Débute souvent dans les deux pieds

  • Puis touchent les mains

  • Puis progresse dans les jambes et les bras

Perte de sensation, généralement avant une faiblesse musculaire

Perte des réflexes

Électromyographie et études de conduction nerveuse

D’autres tests selon le trouble suspecté, comme

  • Examens urinaires pour rechercher les toxines

  • Examens sanguins pour rechercher certains anticorps ou pour mesurer les taux de sucre, de vitamine et de drogues

  • Parfois, ponction lombaire

Atrophie musculaire

Parfois, perte des réflexes

Perte de sensation, y compris de la capacité à ressentir la position des membres, les vibrations, la douleur et la température

Électromyographie et études de conduction nerveuse

Analyse génétique

Troubles qui touchent les connexions entre les nerfs et les muscles (troubles de la jonction neuromusculaire)

Botulisme (dû à la bactérie Clostridium botulinum)

Au début, souvent une sécheresse de la bouche, des paupières tombantes, des problèmes de vision (comme une vision double), difficulté à avaler et à parler, et rapidement une faiblesse musculaire progressive, souvent débutant sur le visage et se propageant dans l’organisme

Lorsque la nourriture contaminée en est la source, nausées, vomissements, crampes d’estomac, et diarrhée.

Aucun changement dans la sensation

Examens de sang et des selles pour rechercher les toxines produites par la bactérie

Parfois, électromyographie

Parfois, examen d’un échantillon de selles à la recherche de bactéries

Paupières faibles et tombantes, vision double, difficulté à parler et avaler et faiblesse dans les bras et les jambes

Faiblesse excessive des muscles affectés qui

  • Survient après sollicitation des muscles

  • Disparaît lorsqu’ils sont au repos

  • Revient lorsqu’ils sont à nouveau sollicités

Utilisation d’un médicament (test édriophonium) pour savoir s’il améliore la force musculaire après sollicitation des muscles

Des tests sanguins pour rechercher certains anticorps et/ou une électromyographie

Larmoiement, vision trouble, salivation accrue, transpiration, toux, vomissements, fréquences de selles et des urines, et muscles faibles qui se contractent

Examen clinique

Parfois, des examens sanguins pour identifier la toxine

Toxine botulique lorsqu’une dose trop élevée est utilisée pour traiter une dystonie ou d’autres spasmes musculaires

Faiblesse des muscles traités ou parfois de tous les muscles

Examen clinique

Troubles qui affectent les muscles (myopathies)§

Dysfonctionnement musculaire dû à la consommation d’alcool, de corticoïdes ou de divers autres médicaments

Faiblesse qui a tendance à provoquer en premier lieu une difficulté à se lever ou à lever les bras au-dessus de la tête

L’utilisation d’un médicament qui peut provoquer une lésion musculaire (comme une statine)

Lorsque cela est dû à la consommation d’alcool ou de certaines autres drogues, des courbatures et des douleurs musculaires

Examen clinique

L’arrêt de toute drogue qui peut provoquer un dysfonctionnement musculaire

Parfois, électromyographie

Examens sanguins pour mesurer les taux d’enzymes musculaires des muscles lésés qui passent dans le sang

Infections virales qui provoquent une inflammation musculaire

Des courbatures et des douleurs musculaires qui sont aggravées par un mouvement, particulièrement la marche

Parfois, de la fièvre, le nez qui coule, de la toux, un mal de gorge et/ou de la fatigue

Parfois, uniquement un examen clinique

Parfois, analyses de sang qui mesurent l’étendue de l’atteinte musculaire

Biopsie musculaire (retrait d’un morceau de tissu musculaire pour être examiné par microscope)

Conditions qui causent une perte de masse musculaire généralisée :

Perte de tissu musculaire

Chez des personnes présentant des signes évidents du problème

Examen clinique

Anomalies électrolytiques dues à certaines affections ou à l’utilisation de diurétiques :

Une faiblesse qui :

  • Affecte tout l’organisme

  • Apparaît et disparaît

  • Est souvent accompagnée de crampes et de secousses musculaires

Examens sanguins pour mesurer le taux de potassium et autres électrolytes

(comme une dystrophie musculaire de Duchenne et une dystrophie musculaire des ceintures)

Faiblesse musculaire progressive qui

  • Peut débuter à la naissance, à l’enfance ou à l’âge adulte

  • Selon le type, peut progresser rapidement, provoquant un décès précoce

Dans certains types, une colonne vertébrale anormalement courbée (scoliose) et une faiblesse des muscles spinaux, qui se développent souvent pendant l’enfance

Des antécédents familiaux détaillés pour déterminer si un membre de la famille a présenté un trouble semblable

Analyse génétique

Biopsie musculaire

Radiographies de la colonne vertébrale pour vérifier la scoliose

* Les caractéristiques comprennent les symptômes et les résultats de l’examen médical. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

 Les symptômes varient selon le lieu (niveau) de la lésion. Des zones qui sont alimentées par les parties de la moelle épinière en dessous de la partie lésée sont affectées (voir figure Où la moelle épinière est-elle endommagée ?).

 Aux États-Unis, l’IRM est généralement disponible. Cependant, dans le cas contraire, une myélographie associée à une TDM (radiographie prise après injection d’un produit de contraste radio-opaque par le biais d’une rachicentèse) peut être effectuée.

§ La sensation n’est en général pas touchée.

TDM = tomodensitométrie ; IRM = imagerie par résonance magnétique.