Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link
Three Levels of Prevention

Three Levels of Prevention

Les trois niveaux de prévention sont les niveaux primaire, secondaire et tertiaire.

Dans la prévention primaire, on empêche effectivement la maladie de se développer. Les vaccinations, les conseils pour modifier les comportements à haut risque, et parfois la chimioprophylaxie font partie de la prévention primaire.

Dans la prévention secondaire, la maladie est détectée et traitée précocement, souvent avant l’apparition des symptômes, réduisant ainsi les conséquences graves.

La prévention secondaire peut comporter des programmes de dépistage, comme la mammographie dans le dépistage du cancer du sein, l’absorptiométrie double énergie à rayons X (dual x-ray absorptiometry, DXA) pour détecter l’ostéoporose. Elle peut aussi comporter la recherche des partenaires sexuels d’un sujet porteur d’une maladie sexuellement transmissible (recherche des contacts) pour les soigner, si besoin, et limiter la diffusion de la maladie.

Dans la prévention tertiaire, une maladie existante, généralement chronique, est prise en charge afin de prévenir d’éventuelles complications ou aggravations des lésions. Par exemple, dans le cas du diabète, la prévention tertiaire repose sur une surveillance de la glycémie, une excellente hygiène de la peau, un examen fréquent des pieds et sur la pratique régulière d’une activité physique, pour prévenir les maladies cardiovasculaires. La prévention tertiaire pour une personne qui a eu un accident vasculaire cérébral peut impliquer la prise d’aspirine pour prévenir la survenue d’un deuxième AVC.

La prévention tertiaire peut comporter de la rééducation et un soutien, pour prévenir une détérioration de l’état de santé et pour optimiser la qualité de vie, comme de la rééducation après un traumatisme, un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.

La prévention tertiaire concerne également la prévention des complications chez les personnes invalides, comme les escarres chez les patients grabataires.