Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Médicaments qui peuvent poser des problèmes pendant la grossesse *

Médicaments qui peuvent poser des problèmes pendant la grossesse *

Exemples

Problèmes possibles

Médicaments anxiolytiques

Benzodiazépines (telles que diazépam, alprazolam ou lorazépam)

Quand le médicament est pris en fin de grossesse, respiration très lente ou syndrome de sevrage (entraînant irritabilité, tremblements et réflexes exagérés) chez le nouveau-né

Antibiotiques

Aminosides (tels que l’amikacine, la gentamicine, la néomycine, la streptomycine et la tobramycine)

Lésions de l’oreille fœtale (ototoxicité) entraînant une surdité

Rupture (hémolyse) des globules rouges chez les femmes ou fœtus porteurs d’un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD)

Potentiellement, syndrome du bébé gris (une pathologie grave et souvent fatale)

Fluoroquinolones (tels que ciprofloxacine, ofloxacine, lévothyroxine et norfloxacine)

Possibilité de malformations articulaires et osseuses (observées seulement chez les animaux)

Rupture (hémolyse) des globules rouges chez les femmes ou fœtus porteurs d’un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD)

Rupture (hémolyse) des globules rouges chez les femmes ou fœtus porteurs d’un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD)

Sulfonamides (tels que sulfasalazine et triméthoprime-sulfaméthoxazole)

Lorsque les médicaments sont donnés tardivement dans la grossesse, ictère et, en l’absence de traitement, atteintes cérébrales (ictère nucléaire) chez le nouveau-né

Risque de problèmes beaucoup moins probable avec la sulfasalazine

Rupture (hémolyse) des globules rouges chez les femmes ou fœtus porteurs d’un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD)

Ralentissement de la croissance osseuse, jaunissement permanent des dents et augmentation du risque de caries chez l’enfant

Parfois, insuffisance hépatique chez la femme enceinte

Malformations du cerveau et de la moelle épinière (malformations du tube neural), telles que le spina-bifida

Inhibiteurs du facteur Xa, tels que le rivaroxaban, l’apixaban ou l’édoxaban

Risque possible de saignements chez la femme enceinte ou le fœtus

Héparine

Thrombocytopénie (réduction du nombre de plaquettes qui participent à la coagulation) chez la femme enceinte, entraînant parfois un saignement excessif

Warfarine

Malformations congénitales, déficit intellectuel, cataractes et autres problèmes oculaires chez le fœtus

Problèmes hémorragiques chez le fœtus et la femme enceinte

Antidépresseurs

Bupropion

Effets néfastes observés chez les animaux, mais preuves contradictoires concernant le risque de malformations congénitales chez le nouveau-né

Citalopram

Lorsque le citalopram est administré au cours du premier trimestre, risque accru de malformations congénitales (notamment cardiaques)

Lorsque le citalopram est administré au cours du troisième trimestre, syndrome de sevrage (qui comprend vertiges, anxiété, irritabilité, fatigue, nausées, frissons, et douleurs musculaires) et hypertension artérielle pulmonaire persistante du nouveau-né (les artères pulmonaires restent rétrécies après l’accouchement, ce qui limite le flux sanguin vers les poumons et donc la quantité d’oxygène dans le sang)

Escitalopram

Lorsque l’escitalopram est administré au cours du troisième trimestre, syndrome de sevrage et hypertension artérielle pulmonaire persistante du nouveau-né

Fluoxétine

Lorsque la fluoxétine est administrée au cours du troisième trimestre, syndrome de sevrage et hypertension artérielle pulmonaire persistante du nouveau-né

Paroxétine

Lorsque la paroxétine est administrée au cours du premier trimestre, risque accru de malformations congénitales, notamment cardiaques

Lorsque le médicament est administré au cours du troisième trimestre, syndrome de sevrage et hypertension artérielle pulmonaire persistante du nouveau-né

Sertraline

Lorsque la sertraline est administrée au cours du troisième trimestre, syndrome de sevrage et hypertension artérielle pulmonaire persistante du nouveau-né

Venlafaxine

Lorsque la venlafaxine est administrée au cours du troisième trimestre, syndrome de sevrage

Antiémétiques (utilisés pour soulager les nausées)

Doxylamine et pyridoxine (vitamine B6)

Pas de risque accru de malformations congénitales

Méclozine

Malformations congénitales observées uniquement chez l’animal

Ondansétron

Aucune preuve de malformations congénitales chez l’animal

Lorsque l’ondansétron est administré au cours du premier trimestre, risque possible de cardiopathie congénitale

Prométhazine

Aucune preuve de malformations congénitales chez l’animal

Risque possible de saignements chez le nouveau-né

Antifongiques

Amphotéricine B

Pas de risque accru de malformations congénitales, mais aucune étude bien conçue n’a été menée chez la femme enceinte

Fluconazole

Pas de risque accru de malformations congénitales après une dose unique faible

Lorsque de fortes doses sont administrées pendant une grande partie ou l’intégralité du premier trimestre, risque accru de malformations congénitales, telles que des anomalies cardiaques, faciales, des côtes ou des membres

Miconazole

Aucune augmentation du risque de malformations congénitales lorsqu’il est appliqué sur la peau

Terconazole

Pas de risque accru de malformations congénitales

Antihypertenseurs

Antagonistes de l’aldostérone (médicaments qui bloquent l’action de l’hormone aldostérone), tels que la spironolactone et l’éplérénone

Avec la spironolactone, développement possible de caractéristiques féminines chez les fœtus de sexe masculin

Avec l’éplérénone, pas de risque accru de malformations congénitales chez l’animal, mais aucune étude bien conçue n’a été menée chez la femme enceinte

Si les médicaments sont administrés à la phase tardive de la grossesse, insuffisance rénale chez le fœtus, diminution de la quantité de liquide autour du fœtus en phase de développement (liquide amniotique) et malformations du visage, des membres et des poumons

Lorsque certains bêtabloquants sont administrés durant la grossesse, ralentissement de la fréquence cardiaque, faible taux de sucre dans le sang et, parfois, croissance insuffisante du fœtus (retard de croissance) et naissance prématurée

Tension artérielle basse chez la mère

Lorsque des inhibiteurs calciques sont administrés au cours du premier trimestre, malformations congénitales des doigts et/ou des orteils

Lorsque les médicaments sont administrés plus tard au cours de la grossesse, croissance insuffisante du fœtus

Diminution du taux d’oxygène, de sodium et de potassium, et du nombre de plaquettes dans le sang du fœtus

Croissance insuffisante du fœtus

Médicaments antipsychotiques

Halopéridol

Effets néfastes observés chez les animaux

Lorsque l’halopéridol est administré au cours du premier trimestre, possibles malformations congénitales des membres

Lorsque l’halopéridol est administré au cours du troisième trimestre, augmentation du risque des pathologies suivantes :

  • Mouvements répétitifs involontaires (symptômes extrapyramidaux)

  • Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né en raison de l’interruption du passage du médicament dans le placenta

Lurasidone

Aucune preuve d’effets nocifs chez les animaux

Lorsque la lurasidone est administrée au cours du troisième trimestre, augmentation du risque des pathologies suivantes :

  • Mouvements répétitifs involontaires

  • Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né en raison de l’interruption du passage du médicament dans le placenta

Olanzapine

Lorsque l’olanpazine est administrée au cours du troisième trimestre, augmentation du risque des pathologies suivantes :

  • Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né en raison de l’interruption du passage du médicament dans le placenta

Rispéridone

Aucune preuve de risque accru de malformations congénitales, mais aucune étude bien conçue n’a été menée chez la femme enceinte

Lorsque la rispéridone est administrée au cours du troisième trimestre, augmentation du risque des pathologies suivantes :

  • Mouvements répétitifs involontaires

  • Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né en raison de l’interruption du passage du médicament dans le placenta

Carbamazépine

Certains risques d’anomalies congénitales, notamment des malformations du tube neural (comme le spina-bifida)

Problèmes hémorragiques chez le nouveau-né (maladie hémorragique du nouveau-né), qui peuvent être prévenus par la prise quotidienne de vitamine K orale, un mois avant l’accouchement ou si on injecte de la vitamine K au nouveau-né, peu après la naissance

Lamotrigine

Pas de risque accru de malformations congénitales

Lévétiracétam

Anomalies osseuses mineures observées chez l’animal

Aucune étude menée chez la femme enceinte

Phénobarbital

Identiques à ceux de la carbamazépine

Phénytoïne

Risque accru de malformations congénitales (telles que fente labiale ou malformations cardiaques)

Troubles hémorragiques chez le nouveau-né

Triméthadione

Risque élevé de malformations congénitales (telles que fente palatine et malformations cardiaques, crâniennes, faciales, abdominales et des mains)

Risque de fausse couche

Valproate

Un certain risque d’anomalies congénitales, notamment de fente palatine, de malformations du tube neural (comme le myéloméningocèle), et malformations du cœur, du visage, du crâne, de la colonne vertébrale et des membres

Médicaments de chimiothérapie

Actinomycine

Possibilité de malformations congénitales (observées uniquement chez l’animal)

Busulfan

Anomalies congénitales comme un développement insuffisant de la mandibule, une fente palatine, une anomalie de développement des os du crâne, des anomalies de la colonne vertébrale, de l’oreille et un pied bot

Croissance insuffisante du fœtus (retard de croissance)

Chlorambucil

Identiques à ceux du busulfan

Colchicine

Possibilité de malformations congénitales (observées chez l’animal)

Anomalies des spermatozoïdes chez les garçons

Cyclophosphamide

Identiques à ceux du busulfan

Doxorubicine

Problèmes cardiaques, en fonction de la dose prise

Anomalies congénitales

Mercaptopurine

Identiques à ceux du busulfan

Méthotrexate

Identiques à ceux du busulfan

Vinblastine

Possibilité de malformations congénitales (observées uniquement chez l’animal)

Vincristine

Possibilité de malformations congénitales (observées uniquement chez l’animal)

Médicaments stabilisateurs de l’humeur

Lorsque le lithium est administré au cours du premier trimestre, augmentation du risque de malformations congénitales (principalement du cœur)

Lorsque le lithium est administré plus tard au cours de la grossesse, somnolence, baisse du tonus musculaire, perte de l’appétit, baisse d’activité de la thyroïde et diabète insipide néphrogénique chez le nouveau-né

Aspirine et autres salicylés

Ibuprofène

Naproxène

Si de fortes doses sont administrées, fausses couches possibles au cours du premier trimestre, retard du début du travail, fermeture précoce du canal qui relie l’aorte et l’artère pulmonaire (canal artériel), jaunisse, entérocolite nécrosante (lésion de la paroi de l’intestin) et, parfois, atteinte cérébrale chez le fœtus (ictère nucléaire) et signes hémorragiques chez la femme pendant et après l’accouchement et/ou chez le nouveau-né

Si les médicaments sont administrés en fin de grossesse, diminution de la quantité de liquide qui entoure le fœtus

Lorsque de faibles doses d’aspirine sont administrées, aucun risque significatif de malformations congénitales

Buprénorphine

Aucune preuve de risque accru de malformations congénitales, mais pourrait avoir d’autres effets néfastes sur le fœtus ou le nouveau-né

Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né en raison de l’interruption du passage du médicament dans le placenta

Codéine

Hydrocodone

Hydromorphone

Mépéridine

Morphine

Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né

Si des doses élevées sont administrées dans l’heure précédant l’accouchement, possible somnolence et bradycardie chez le nouveau-né

Méthadone

Agitation, irritabilité, tremblements, difficultés respiratoires et troubles alimentaires (symptômes de sevrage médicamenteux) chez le nouveau-né

Chlorpropamide

Glyburide

Metformine

Tolbutamide

Glycémie très basse chez le nouveau-né

Insuline à privilégier

Stéroïdes sexuels

Danazol

Si ce médicament est pris très précocement dans la grossesse, masculinisation des organes génitaux d’un fœtus de sexe féminin qui, parfois, nécessitent une correction chirurgicale

Progestatifs synthétiques (mais pas les petites doses utilisées dans les contraceptifs oraux)

Identiques à ceux du danazol

Traitement dermatologique

Isotrétinoïne

Malformations congénitales telles que malformations cardiaques, petites oreilles et hydrocéphalie

Déficit intellectuel

Risque de fausse couche

Médicaments pour la thyroïde

Méthimazole

Glande thyroïde augmentée de volume et déficitaire chez le fœtus

Anomalies du cuir chevelu chez le nouveau-né

Propylthiouracile

Glande thyroïde augmentée de volume et déficitaire chez le fœtus

Lésions hépatiques chez la mère

Iode radioactif

Destruction de la glande thyroïde chez le fœtus

Si le médicament est administré à la fin du premier trimestre, glande thyroïde hyperactive et augmentée de volume chez le fœtus

Risque accru de cancers de l’enfant

Triiodothyronine

Glande thyroïde augmentée de volume et hyperactive chez le fœtus

Vaccins

Infections possibles placentaires et du fœtus

Risques potentiels, mais inconnus

Autres médicaments

Corticoïdes

Fente labiale possible si ces médicaments sont pris au cours du premier trimestre

Hydroxychloroquine

Pas de risque accru aux doses généralement administrées

Isoniazide

Possibilité d’effets néfastes sur le foie ou de lésions des nerfs périphériques (provoquant des sensations anormales et/ou une faiblesse)

Loratadine

Chez les garçons, malformation congénitale possible de l’urètre, dans laquelle l’ouverture de l’urètre est mal placée (hypospadias)

Pseudoéphédrine (décongestionnant)

Rétrécissement des vaisseaux sanguins dans le placenta susceptible de réduire la quantité d’oxygène et de substances nutritives reçue par le fœtus et donc d’entraîner une croissance inappropriée avant la naissance

Risque possible de malformation de la paroi abdominale laissant les intestins saillir à l’extérieur du corps (appelée gastroschisis)

Vitamine K

Chez les femmes ou les fœtus qui présentent un déficit en G6PD, destruction des globules rouges (hémolyse)

* À moins qu’ils ne soient absolument nécessaires, les médicaments doivent être évités pendant la grossesse. Cependant, les médicaments sont parfois essentiels pour la santé de la femme enceinte et du fœtus. Dans ces cas, la patiente doit discuter avec son médecin des risques et bénéfices liés à la prise des médicaments avant d’arrêter de les prendre. Elle ne doit pas arrêter de les prendre d’elle-même.

 Les opioïdes sont utilisés pour soulager la douleur. Cependant, ils peuvent aussi entraîner une sensation exagérée de bien-être et, en cas d’utilisation excessive, entraîner dépendance et toxicomanie.

G6PD = glucose-6-phosphate déshydrogénase.