Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link
Quelques interactions compléments alimentaires–médicaments possibles

Quelques interactions compléments alimentaires–médicaments possibles

Plantes médicinales

Médicaments concernés

Interaction

Anticoagulants (médicaments utilisés en prévention des caillots sanguins, comme la warfarine)

La camomille prise conjointement à des anticoagulants peut augmenter le risque de saignement.

Sédatifs (tels que barbituriques et benzodiazépines)

La camomille peut potentialiser ou prolonger les effets sédatifs.

Fer

La camomille peut diminuer l’absorption de fer.

Médicaments qui peuvent léser le foie (tels qu’amiodarone, stéroïdes anabolisants, kétoconazole et méthotrexate)

L’échinacée prise pendant plus de huit semaines peut léser le foie. L’association d’échinacée et d’un autre médicament toxique pour le foie accroît le risque de maladie hépatique.

Immunosuppresseurs (médicaments conçus pour inhiber le système immunitaire tels que corticoïdes et ciclosporine)

En stimulant le système immunitaire, l’échinacée peut annuler les effets du traitement immunosuppresseur.

Éphédra*

Médicaments stimulants (tels que caféine, adrénaline, phénylpropanolamine et pseudoéphédrine)

L’éphédra contient de l’éphédrine, un stimulant qui augmente les effets stimulants d’autres médicaments, ce qui augmente le risque de fréquence cardiaque irrégulière ou rapide et de tension artérielle élevée.

Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO, une classe d’antidépresseurs)

L’éphédrine potentialise les effets de ces médicaments et augmente le risque d’effets secondaires (céphalées, tremblements, fréquence cardiaque irrégulière ou rapide et tension artérielle élevée).

Anticoagulants (comme la warfarine)

Associée à des anticoagulants, la grande camomille peut augmenter le risque de saignement.

Fer

La grande camomille peut diminuer l’absorption du fer.

Médicaments contre la migraine (comme l’ergotamine)

La grande camomille peut augmenter la fréquence cardiaque et la tension artérielle si elle est associée à des médicaments contre la migraine.

Les AINS diminuent l’efficacité de la grande camomille dans la prévention et le traitement de la migraine.

Ail

Anticoagulants (comme la warfarine)

Associé à des anticoagulants, l’ail peut augmenter le risque de saignement.

Médicaments antiplaquettaires (tels que l’aspirine ou le clopidogrel)

L’ail peut augmenter le risque de saignement.

Antihypertenseurs

L’ail peut augmenter les effets antihypertenseurs et hypotenseurs.

Isoniazide

L’ail peut réduire l’absorption de l’isoniazide.

Inhibiteurs de protéase (tels qu’indinavir ou saquinavir), utilisés dans le traitement de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)

L’ail diminue les taux sanguins des inhibiteurs de protéase, les rendant moins efficaces.

Anticoagulants (comme la warfarine)

Associé à des anticoagulants, le gingembre peut augmenter le risque de saignement.

Médicaments antiplaquettaires (tels que l’aspirine ou le clopidogrel)

Le gingembre peut augmenter le risque de saignement.

Médicaments anticoagulants (comme la warfarine) et antiplaquettaires (comme l’aspirine et d’autres AINS)

Associé à des anticoagulants, à l’aspirine ou à un autre AINS, le ginkgo peut augmenter le risque de saignement.

Anticonvulsivants (tels que phénytoïne)

Le ginkgo peut diminuer l’efficacité des anticonvulsivants (antiépileptiques) pour la prévention des crises.

Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO, une classe d’antidépresseurs)

Le ginkgo potentialise les effets de ces médicaments et augmente le risque d’effets secondaires (céphalées, tremblement et épisodes maniaques).

Médicaments anticoagulants (comme la warfarine) et antiplaquettaires (comme l’aspirine et d’autres AINS)

Associé à des anticoagulants, à l’aspirine ou à un autre AINS, le ginseng peut augmenter le risque de saignement.

Le ginseng intensifie les effets de ces médicaments, ce qui entraîne une diminution excessive des taux de sucre dans le sang (hypoglycémie).

Le ginseng intensifie les effets secondaires des corticoïdes.

Digoxine

Le ginseng peut augmenter les taux de digoxine.

Traitement œstrogénique substitutif

Le ginseng peut intensifier les effets secondaires des œstrogènes.

Associé aux IMAO, le ginseng peut entraîner migraines, tremblements et épisodes maniaques.

Opiacés (narcotiques)

Le ginseng peut réduire l’efficacité des opiacés.

Anticoagulants (comme la warfarine)

L’hydraste du Canada peut augmenter les effets des anticoagulants et le risque d’hémorragie.

Antihypertenseurs

La berbérine contenue dans le ginseng peut augmenter les effets antihypertenseurs, ce qui peut entraîner une baisse trop importante de la pression artérielle.

Antihyperglycémiants

La berbérine peut augmenter les effets hypoglycémiques

Warfarine

Le thé vert peut diminuer l’efficacité de la warfarine.

Sédatifs (tels que barbituriques et benzodiazépines)

Le kava peut potentialiser ou prolonger les effets des sédatifs.

Réglisse (Glycyrriza glabra)†

La réglisse peut augmenter la rétention de sel et d’eau et augmenter la tension artérielle, diminuant ainsi l’efficacité des antihypertenseurs.

La réglisse peut augmenter le risque de troubles du rythme cardiaque, diminuant ainsi l’efficacité du traitement antiarythmique.

Digoxine

La réglisse augmente la production d’urine et peut provoquer une baisse des taux de potassium qui s’élimine dans l’urine. Des taux de potassium bas augmentent le risque d’intoxication digitalique en cas de traitement par la digoxine associée à de la réglisse.

La réglisse peut augmenter les effets de la plupart des diurétiques, entraînant une perte rapide et accrue du potassium. La réglisse peut réduire l’efficacité des diurétiques d’épargne potassique, comme la spironolactone, rendant ces diurétiques moins efficaces.

La réglisse peut augmenter les effets de ces médicaments et le risque d’effets secondaires (céphalées, tremblement et épisodes maniaques).

Le chardon-Marie peut augmenter les effets de ces médicaments, ce qui entraîne une hypoglycémie.

Inhibiteurs de protéase (tels qu’indinavir ou saquinavir), utilisés dans le traitement de l’infection par le VIH

Le chardon-Marie diminue les taux sanguins des inhibiteurs de protéase, les rendant moins efficaces.

Warfarine

Le chardon-Marie peut augmenter le risque de saignement en augmentant les effets de la warfarine.

Traitement œstrogénique substitutif et contraceptifs oraux

Le chou palmiste peut affecter les taux d’hormones.

Antiplaquettaires et anticoagulants 

Le chou palmiste peut augmenter les effets de ces médicaments et provoquer des saignements.

Ciclosporine

Le millepertuis peut abaisser le taux sanguin de ciclosporine, ce qui diminue son efficacité, avec des conséquences potentiellement dangereuses comme le rejet d’une greffe.

Digoxine

Le millepertuis peut réduire les taux sanguins de digoxine, en diminuer l’efficacité, avec des conséquences potentiellement dangereuses.

Fer

Le millepertuis peut diminuer l’absorption du fer.

Le millepertuis peut augmenter les effets des IMAO, entraînant parfois une tension artérielle très élevée, nécessitant un traitement d’urgence.

Le millepertuis augmente le métabolisme de ces médicaments, réduisant leur efficacité.

Le millepertuis augmente le métabolisme de ces médicaments, réduisant leur efficacité.

Médicaments photosensibilisants (tels que lansoprazole, oméprazole, piroxicam et antibiotiques sulfamides)

Associé à ces médicaments, le millepertuis augmente le risque de photosensibilité.

Inhibiteurs de protéase (tels qu’indinavir ou saquinavir), utilisés dans le traitement de l’infection par le VIH

Le millepertuis peut réduire les taux sanguins des inhibiteurs de protéase, les rendant moins efficaces.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS, tels que fluoxétine, paroxétine et sertraline)

Le millepertuis peut augmenter les effets de ces médicaments.

Antidépresseurs tricycliques

Le millepertuis peut réduire les effets de ces médicaments.

Warfarine

Le millepertuis peut réduire les taux sanguins de warfarine, diminuant ainsi son efficacité et rendant la formation de caillots plus probable.

Sédatifs (tels que barbituriques et benzodiazépines)

La valériane peut augmenter les effets des sédatifs, causant une sédation excessive.

* La vente de compléments contenant de l’éphédra est interdite aux États-Unis.

† Réglisse vraie, naturelle, et non la confiserie plus courante, artificiellement aromatisée à la réglisse.