Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link
Certaines causes et caractéristiques des écoulements mamelonnaires

Certaines causes et caractéristiques des écoulements mamelonnaires

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Maladies bénignes du sein

Papillome intracanalaire (tumeur bénigne dans le canal lactifère), la cause la plus courante

Un écoulement rose ou sanguinolent unilatéral

Généralement échographie

Analyses complémentaires en fonction des résultats (évaluation, comme en cas de nodules mammaires)

Ectasie galactophorique (dilatation des canaux lactifères)

Un écoulement sanguinolent, rose ou de différentes couleurs (couleur de pus, gris ou laiteux), unilatéral ou bilatéral

Identique au papillome intracanalaire

Changements fibrokystiques (comprenant douleurs, kystes et formation nodulaire généralisée)

Un nodule, souvent sensible et caoutchouteux, se développant généralement avant la ménopause

Éventuellement, des écoulements jaune pâle, verts ou blancs

Éventuellement, des antécédents de nodules mammaires

Identique au papillome intracanalaire

Douleur, sensibilité, rougeur, chaleur ou une combinaison de ces symptômes qui surviennent brusquement dans un sein

Fièvre fréquente

Avec un abcès, un nodule douloureux et éventuellement un écoulement semblable à du pus et malodorant

Examen clinique (l’infection est généralement évidente)

Si l’écoulement ne cesse pas avec le traitement, examen à la recherche d’un papillome intracanalaire

Généralement un carcinome intracanalaire ou un carcinome canalaire invasif

Éventuellement un nodule palpable, des modifications de l’aspect de la peau, des ganglions lymphatiques hypertrophiés, le plus souvent à l’aisselle

Parfois, un écoulement sanguinolent ou rose

Identique au papillome intracanalaire

Taux élevés de prolactine†

Différents troubles, dont :

Un écoulement laiteux (mais non sanguinolent), généralement des deux seins

Aucun nodule

Éventuellement, des irrégularités menstruelles ou une absence de règles (aménorrhée)

Analyses de sang pour mesurer les taux de prolactine et d’hormone thyroïdienne

Le détail des médicaments consommés

Si le taux de prolactine ou de thyréostimuline est élevé, IRM de la tête

Intolérance au froid, somnolence, constipation ou prise de poids

  • Troubles de l’hypophyse ou de l’hypothalamus (partie du cerveau)

Éventuelles anomalies hormonales (comme l’absence de règles ou une infertilité), modifications de la vision ou céphalées

  • Maladies rénales ou hépatiques chroniques

En cas de troubles hépatiques, ascite ou jaunisse

Chez les personnes ayant souffert de maladies rénales ou hépatiques

Certains médicaments, dont

  • Opioïdes

  • Contraceptifs oraux

  • Certains médicaments utilisés pour traiter les maladies de l’estomac (tels que cimétidine, ranitidine‡ et métoclopramide)

  • Certains antidépresseurs et phénothiazines (médicaments utilisés pour traiter les nausées ou les psychoses), comme la prochlorpérazine

  • Certains antihypertenseurs (tels que aténolol, labétalol, méthyldopa, réserpine et vérapamil)

Analyses de sang pour mesurer les taux de prolactine et d’hormone thyroïdienne

Le détail des médicaments consommés

Si le taux de prolactine ou de thyréostimuline est élevé, IRM de la tête

* Les caractéristiques incluent les symptômes et les résultats de l’examen médical. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

† La prolactine est une hormone qui stimule la production de lait maternel.

‡ La ranitidine (prise par voie orale, intraveineuse et en vente libre) a été retirée du marché aux États-Unis et dans de nombreux autres pays en raison de taux inacceptables de N-nitrosodiméthylamine (NDMA), une substance susceptible de provoquer un cancer.

IRM = imagerie par résonance magnétique.