Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Trois conseils essentiels pour surveiller la santé après l’accouchement — Commentaire

Commentaire
12/06/17 Lara A. Friel, MD, PhD, Associate Professor, Maternal-Fetal Medicine Division, Department of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Sciences, University of Texas Health Medical School at Houston, McGovern Medical School

Les moments, les jours et les semaines qui suivent la naissance d’un bébé sont généralement extraordinaires (bien qu’épuisants) pour une nouvelle mère. Soudainement, tout est différent. Sa priorité absolue devient de prendre soin de son nourrisson au fur et à mesure qu’il grandit et qu’il change. Cependant, des changements importants surviennent aussi dans le même temps pour la mère.

Les problèmes affectant la propre santé d’une mère sont plus fréquents qu’on ne l’imagine, il est donc important de comprendre quels symptômes et émotions représentent une partie naturelle de cette nouvelle réalité et lesquels indiquent la présence d’un problème plus sérieux. Examinons de plus près les trois étapes essentielles pour surveiller la santé d’une mère après l’accouchement.

1. Informez-vous au sujet des risques les plus fréquents concernant la santé maternelle

Durant la grossesse, de nombreuses femmes passent beaucoup de temps à s’informer sur la santé de leur bébé à naître. Elles lisent des livres, prennent des cours et discutent avec d’autres mères pour savoir à quoi s’attendre et ce qui pourrait indiquer la présence d’un problème de santé chez leur nourrisson. Et pourtant, en ce qui concerne leur propre santé, de nombreuses mères ne s’informent pas au sujet des problèmes fréquents qu’elles pourraient rencontrer dans les jours et les semaines qui suivent la naissance.

Au cours des six semaines qui suivent l’accouchement (la période post-partum), les mères et leurs proches doivent surveiller l’apparition éventuelle de symptômes liés à quatre complications :
  • Saignements excessifs (hémorragie) : les écoulements sanglants disparaissent généralement de façon progressive au cours des trois à quatre jours qui suivent l’accouchement. Bien que cela soit rare, il arrive qu’une hémorragie du post-partum survienne, et les mères doivent prévenir leurs médecins si elles présentent des pertes importantes (plus de 25 centilitres, soit environ un petit verre) de sang rouge vif plusieurs jours après la naissance.
  • Infection : la présence de fièvre, de frissons et de douleurs musculaires accompagnées de douleurs abdominales, de pertes vaginales anormales ou de mictions fréquentes ou douloureuses est un signe potentiel d’infection.
  • Problèmes liés à l’allaitement : les mères doivent essayer de surveiller la quantité de lait que boit leur bébé et l’apparition d’éventuelles complications liées à l’allaitement affectant également leur santé. La mastite, une infection du sein survenant chez les femmes qui allaitent, est généralement causée par l’obstruction d’un canal lactifère. Les symptômes comprennent la présence d’une zone rouge, douloureuse et chaude au toucher sur le sein, et parfois de la fièvre. Les médecins peuvent prescrire des compresses chaudes et des antibiotiques pour la traiter.
  • Dépression : la dépression survenant juste avant ou juste après l’accouchement (dépression du post-partum) affecte jusqu’à 15 % des femmes et est plus fréquente chez les femmes ayant précédemment souffert d’un épisode dépressif. Les changements hormonaux rapides associés au manque de sommeil peuvent souvent entraîner une dépression du post-partum. Il peut souvent s’avérer difficile de faire la distinction entre une réaction normale aux difficultés qui surviennent lorsqu’on s’occupe d’un nourrisson et les symptômes de dépression, comme l’irritabilité et les sautes d’humeur. Voici une bonne règle générale sur laquelle se baser : malgré l’épuisement normal causé par un nourrisson, une mère doit quand même manger, s’habiller et sortir de chez elle de temps en temps. Si elle ne se sent pas la force de le faire, le moment pourrait être venu de consulter un professionnel de santé.

Si une nouvelle mère présente des signes indiquant la présence d’un de ces problèmes, elle doit contacter son gynécologue-obstétricien dès que possible.

Pour plus de détails, les pages du Manuel consacrées à la période post-partum comportent également un tableau utile expliquant quand appeler un médecin après l’accouchement.

2. Laissez votre entourage vous aider

S’il est important d’être bien entourée pour élever un enfant, cela est également important pour s’assurer que la mère reste en bonne santé après l’accouchement. Les femmes se consacrent souvent exclusivement à leur nourrisson, au détriment de leur propre santé, et il peut parfois s’avérer nécessaire pour leur partenaire ou un membre de la famille de s’assurer qu’elles prennent soin d’elles.

De nombreuses études ont montré qu’avoir le soutien d’autres personnes durant la grossesse et après l’accouchement est une manière efficace de prévenir et de réduire la survenue d’une dépression du post-partum. Ce soutien peut venir de nombreuses personnes : partenaire, parents, amis, voisins ou groupe de soutien. Les organismes tels que Postpartum Support International aident les mères à trouver des ressources localement.

Dans la mesure du possible, il est préférable d’aider la mère à s’occuper de son nourrisson au cours des premières semaines après l’accouchement. Ce réseau de soutien peut donner à la mère l’occasion de se reposer, et la famille et les amis peuvent d’ailleurs être les premiers à remarquer un problème de santé chez la mère. Cela est vrai tout particulièrement dans le cas de la dépression. Un partenaire ou un ami proche peut reconnaître les signes avant-coureurs présentés lors de précédents épisodes dépressifs et peuvent encourager la mère à traiter le problème avant qu’il ne s’aggrave.

3. N’oubliez pas que chaque grossesse est différente

Après avoir accouché pour la première fois, une mère apprend beaucoup de choses au sujet de son corps et de son nouvel enfant. Les mères supposent parfois que l’expérience qui suit l’accouchement sera similaire pour leur deuxième ou troisième enfant, mais chaque grossesse et chaque accouchement sont différents.

Les mères ayant plusieurs enfants doivent rester vigilantes en ce qui concerne leur santé, tout comme lors de leur première grossesse. Cela signifie qu’il faut faire attention aux symptômes et aux signes avant-coureurs et rester en contact constant avec son médecin, mais avec d’autres enfants à la maison, il est plus difficile de se rendre aux rendez-vous de suivi.

C’est une raison de plus pour la mère de demander du soutien pour s’occuper de son enfant et prendre soin d’elle. Après tout, une maman en meilleure santé, c’est aussi un bébé en meilleure santé.