Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Kystes d’inclusion et épidermiques de la vulve

Par

Charlie C. Kilpatrick

, MD, MEd, Baylor College of Medicine

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les kystes qui se développent sur la vulve comprennent les kystes d’inclusion et les kystes épidermiques. Les kystes d’inclusion vulvaires sont de petits sacs qui contiennent du tissu provenant de la surface de la vulve. Les kystes épidermiques vulvaires sont similaires, mais contiennent des sécrétions provenant des glandes qui sécrètent le sébum (sébacées) près des follicules pileux.

Les kystes d’inclusion sont les kystes vulvaires les plus fréquents. La vulve est la zone qui contient les organes génitaux externes. Les kystes d’inclusion peuvent aussi se développer dans le vagin. Ils peuvent résulter de blessures, telles que des déchirures causées lors d’un accouchement. Lorsque la vulve est lésée, le tissu provenant de sa surface (tissu épithélial) peut être piégé sous la surface. Certains kystes d’inclusion se développent d’eux-mêmes.

Organes génitaux féminins externes

Organes génitaux féminins externes

Les kystes épidermiques peuvent se développer lorsque les canaux des glandes sébacées se bouchent. Les sécrétions de ces glandes s’accumulent alors sous la surface de la peau.

Ces deux types de kystes finissent par grossir et s’infectent parfois. Les kystes infectés peuvent être rouges et sensibles au toucher, et rendre les rapports sexuels douloureux.

Les kystes qui ne s’infectent pas sont généralement asymptomatiques, mais causent parfois une irritation. Ils sont blancs ou jaunes et font généralement moins de 1 centimètre de diamètre environ.

Diagnostic

  • Examen gynécologique

En général, les médecins peuvent voir ou sentir ces kystes lors de l’examen gynécologique.

Traitement

  • Exérèse du ou des kystes

Si les kystes causent des symptômes, ils sont enlevés. Si la femme n’a qu’un seul kyste, un anesthésique local est injecté pour endormir le site. Si la femme a plusieurs kystes, le médecin peut utiliser une anesthésie régionale pour endormir une zone plus vaste ou une anesthésie générale pour entraîner la perte de connaissance.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Généralités sur l’appareil génital féminin
Vidéo
Généralités sur l’appareil génital féminin
Modèles 3D
Tout afficher
Syndrome des ovaires polykystiques
Modèle 3D
Syndrome des ovaires polykystiques

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE