Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Décollement placentaire

(Hématome rétroplacentaire)

Par

Antonette T. Dulay

, MD, Main Line Health System

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le décollement du placenta est le décollement prématuré d’un placenta normalement positionné de la paroi de l’utérus, en général après 20 semaines de grossesse.

  • Les femmes peuvent présenter un saignement vaginal et/ou une douleur abdominale intense, et entrer en état de choc.

  • Lorsque le placenta se décolle trop tôt, le fœtus peut ne pas se développer autant que prévu ou même décéder.

  • Les médecins diagnostiquent un décollement placentaire en s’appuyant sur les symptômes, et parfois sur les résultats d’une échographie pour confirmer le diagnostic.

  • Limiter les activités peut être suffisant ; cependant, si le saignement continue, si le fœtus est en danger ou si la grossesse est presque à terme, l’accouchement est réalisé dès que possible.

Les complications de la grossesse, telles que le décollement placentaire, sont des troubles qui ne se manifestent que pendant la grossesse. Ils peuvent concerner la femme, le fœtus ou les deux, et survenir à différents moments de grossesse. Cependant, de nombreuses complications de la grossesse peuvent être traitées efficacement.

Le placenta peut se décoller de façon incomplète (parfois de 10 à 20 % seulement) ou complète. Sa cause est inconnue.

Un décollement du placenta est observé dans 0,4 à 1,5 % des grossesses.

Troubles placentaires

Le placenta est habituellement situé à la partie supérieure de l’utérus et solidement attaché à la paroi utérine jusqu’à l’accouchement. Le placenta transporte l’oxygène et les nutriments de la mère vers le fœtus.

Dans le décollement placentaire (hématome rétroplacentaire), le placenta se détache prématurément de la paroi utérine, ce qui provoque un saignement de l’utérus et réduit l’apport d’oxygène et de substances nutritives au fœtus. Les femmes qui souffrent de cette complication doivent être hospitalisées et peuvent devoir accoucher prématurément.

Dans le placenta prævia, le placenta est situé au-dessus ou à proximité du col utérin, dans la moitié inférieure de l’utérus. Le placenta prævia peut entraîner, en fin de grossesse, une hémorragie non douloureuse, de début brutal. L’hémorragie peut devenir profuse. On a habituellement recours à la césarienne.

Troubles placentaires

Facteurs de risque

Facteurs de risque (facteurs qui augmentent le risque de survenue d’un problème donné) de décollement placentaire :

Symptômes

Les symptômes du décollement placentaire dépendent du degré du décollement et de la quantité de sang perdu (qui peut être considérable).

Ils peuvent comprendre des douleurs soudaines et continues de l’abdomen ou des crampes abdominales, un abdomen sensible à la palpation et une tension artérielle dangereusement basse (choc). Certaines femmes ne présentent aucun symptôme.

Le saignement utérin provient du site où le placenta s’est décollé. Le sang peut passer à travers le col de l’utérus et s’écouler du vagin (hémorragie externe) ou il peut être piégé à l’arrière du placenta (hémorragie interne). Par conséquent, la femme peut présenter un saignement vaginal ou ne présenter aucun saignement. En cas de saignements, le sang peut être rouge vif ou rouge foncé, et les saignements peuvent être continus ou irréguliers.

Le décollement prématuré du placenta peut provoquer une hémorragie grave avec coagulation importante au niveau des vaisseaux sanguins (coagulation intravasculaire disséminée), une insuffisance rénale et un saignement à l’intérieur des parois de l’utérus, particulièrement chez les femmes enceintes atteintes de pré-éclampsie.

Lorsque le placenta se décolle, l’apport d’oxygène et de substances nutritives au fœtus peut être réduit. Si le décollement survient de façon soudaine et réduit fortement l’apport en oxygène, le fœtus peut mourir. S’il survient progressivement et de façon moins extensive, le fœtus peut présenter un retard de croissance (retard de croissance intra-utérine) ou le liquide amniotique peut être insuffisant (oligohydramnios). Un décollement progressif peut causer une douleur abdominale moins forte ainsi qu’un risque plus faible d’entrer en état de choc pour la mère qu’un décollement soudain ; cependant, le risque de rupture prématurée des membranes ultérieure est accru.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Parfois une échographie

Les médecins suspectent et, en général, diagnostiquent un décollement prématuré du placenta d’après les symptômes présentés. Une échographie peut permettre aux médecins de confirmer le diagnostic de décollement prématuré et de le différencier du placenta prævia, qui provoque des symptômes similaires.

Les médecins peuvent également vérifier si une pré-éclampsie est présente, car elle peut augmenter le risque de problèmes.

Afin de détecter les problèmes susceptibles d’être causés par un décollement prématuré du placenta, les médecins peuvent procéder à des analyses de sang et surveiller le rythme cardiaque du fœtus.

Traitement

  • Parfois, hospitalisation et activité modifiée

  • Parfois, accouchement rapide

En cas de décollement prématuré du placenta, la femme peut être hospitalisée, selon la sévérité des symptômes et la durée de la grossesse. Parfois, le seul traitement nécessaire est une modification de l’activité (alitement modifié). On parle d’alitement modifié lorsque la femme doit passer la majorité de la journée assise ou couchée. Les médecins déconseillent également les rapports sexuels.

Une activité modifiée avec hospitalisation est adaptée dans les cas suivants :

  • Les saignements ne menacent pas le pronostic vital de la mère ni du fœtus, mais ils se poursuivent.

  • Le rythme cardiaque du fœtus est normal.

  • La grossesse n’est pas encore à terme (moins de 37 semaines).

Cette approche permet aux médecins de surveiller étroitement la femme et le fœtus, et de les traiter rapidement si nécessaire. Généralement, lorsque le risque d’accouchement prématuré est élevé, la prise de corticoïdes est également recommandée (pour favoriser le développement des poumons du fœtus). Si les symptômes diminuent et que le fœtus n’est pas en danger, elle peut sortir de l’hôpital.

L’accouchement est généralement déclenché dès que possible dans les situations suivantes :

  • Les saignements se poursuivent ou s’intensifient.

  • Le rythme cardiaque du fœtus est anormal (ce qui suggère que l’apport d’oxygène est insuffisant).

  • La grossesse est à terme (37 semaines ou plus).

Si l’accouchement par voie basse n’est pas possible, une césarienne est pratiquée.

Si la femme entre en état de choc ou développe une coagulation intravasculaire disséminée, elle est transfusée et surveillée en unité de soins intensifs.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Accouchement assisté
Vidéo
Accouchement assisté
Pendant la grossesse, l’utérus d’une femme accueille et protège pendant environ 40 semaines...
Modèles 3D
Tout afficher
Syndrome des ovaires polykystiques
Modèle 3D
Syndrome des ovaires polykystiques

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE