Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation des maladies génétiques

Par

Jeffrey S. Dungan

, MD, Northwestern University, Feinberg School of Medicine

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les maladies génétiques sont des maladies provoquées par des anomalies sur un ou plusieurs gènes ou chromosomes. Certaines maladies génétiques sont héréditaires, et d’autres sont spontanées. (Voir aussi Présentation des anomalies chromosomiques et génétiques.)

  • Les maladies génétiques héréditaires sont transmises de génération en génération.

  • Les maladies génétiques spontanées ne sont pas transmises d’une génération à l’autre, mais elles surviennent lorsque le matériel génétique contenu dans les cellules du sperme du père ou de l’ovule de la mère, ou bien dans les cellules de l’embryon en développement, est endommagé de manière fortuite ou par des médicaments, des produits chimiques ou d’autres agents nocifs (tels que les rayons X).

  • Avant de concevoir une grossesse, la femme et son partenaire devraient discuter avec leur professionnel de santé de leur risque d’avoir un enfant atteint d’une maladie génétique.

  • Les facteurs de risque comprennent l’âge avancé de la femme, des antécédents familiaux d’anomalies génétiques, un bébé précédent atteint d’une malformation congénitale ou une fausse couche, et une anomalie chromosomique chez l’un des futurs parents.

  • Un dépistage des maladies génétiques est proposé à toutes les femmes, mais il est tout particulièrement important lorsque le couple présente un risque plus élevé que la normale.

Un couple avec un projet parental devrait parler à son professionnel de santé des risques d’anomalies génétiques (conseil génétique prénatal). Ils peuvent discuter des précautions à prendre pour aider à prévenir certaines anomalies génétiques. Par exemple, les femmes peuvent éviter toute exposition à des substances toxiques et aux rayonnements.

Le couple peut également demander à son médecin de déterminer si son risque d’avoir un bébé atteint d’une anomalie génétique héréditaire est plus élevé que la moyenne. Si tel est le cas, des examens permettant d’évaluer ces risques de façon plus précise (dépistage génétique) peuvent être effectués. Si ces examens indiquent un risque élevé de transmettre une anomalie génétique grave, le couple peut envisager les options suivantes :

  • Insémination artificielle si l’homme est porteur d’un gène anormal

  • Recours à l’ovule d’une donneuse si la femme est porteuse d’un gène anormal

  • Fécondation in vitro (FIV) avec analyse des gènes de l’embryon avant son transfert dans l’utérus de la femme (ce que l’on appelle diagnostic génétique préimplantatoire)

Si la femme est déjà enceinte, le médecin explique les procédures qui peuvent être utilisées pour examiner le fœtus durant la grossesse (examen diagnostique prénatal). Le médecin explique les options disponibles si une anomalie est diagnostiquée. L’avortement est l’une de ces options. Dans certains cas, l’anomalie peut être traitée. Le couple est parfois orienté vers un généticien pour discuter de ces questions. Les médecins peuvent conseiller à la femme certains soins prénataux dans un centre proposant des services plus complets à destination des nouveau-nés.

Le couple doit prendre le temps de digérer les informations et formuler toutes les questions qu’il pourrait se poser.

Facteurs de risque d’anomalies génétiques

Toutes les grossesses impliquent un certain risque d’anomalies génétiques. Cependant, certaines conditions majorent ce risque.

Anomalies dues à plusieurs facteurs

Certaines malformations congénitales, telles que le bec de lièvre ou la fente palatine, résultent d’anomalies d’un ou de plusieurs gènes accompagnées d’une exposition à certains autres facteurs, notamment des substances dans l’environnement (ce que l’on appelle patrimoine multifactoriel). C’est-à-dire que le gène anormal augmente la probabilité du fœtus de développer une malformation congénitale, mais celle-ci ne se développe généralement pas à moins que le fœtus soit exposé à des substances spécifiques, telles que certains médicaments ou l’alcool. De nombreuses malformations congénitales courantes, telles que des malformations cardiaques, sont héritées de cette manière.

Malformations du tube neural

Les malformations du tube neural sont des malformations congénitales du cerveau ou de la moelle épinière. (Le cerveau et la moelle épinière se développent à partir d’une partie de l’embryon appelée tube neural.) Le spina-bifida (dans lequel la colonne vertébrale n’est pas complètement fermée, exposant parfois la moelle épinière) et de l’anencéphalie (dans laquelle il manque une large portion du cerveau et de la boîte crânienne) en sont des exemples. Dans les pays occidentaux, les anomalies du tube neural sont observées chez environ 1 nouveau-né sur 1 000. Pour la majorité de ces malformations, l’hérédité est multifactorielle (gènes anormaux plus d’autres facteurs). Les autres facteurs comprennent :

  • Les antécédents familiaux : le risque d’avoir un bébé atteint d’une malformation du tube neural est augmenté en cas d’antécédents familiaux (dont la présence de ce défaut chez un autre enfant du couple). Dans le cas des couples qui ont eu un bébé souffrant de spina-bifida ou d’anencéphalie, le risque d’avoir un autre enfant atteint est de 2 à 3 %. Dans le cas des couples qui ont eu deux enfants souffrant de l’une de ces malformations, le risque est de 5 à 10 %. Cependant, 95 % environ des malformations du tube neural surviennent dans des familles sans antécédents pour cette anomalie.

  • Carence en folates : le risque peut aussi être augmenté lorsque l’alimentation est pauvre en folates, une vitamine. Une supplémentation en folates aide à prévenir les malformations du tube neural. Aussi, une supplémentation quotidienne en folates est désormais systématiquement recommandée pour toutes les femmes en âge de procréer, et plus particulièrement pour les femmes enceintes. Les folates sont généralement inclus dans les vitamines prénatales.

  • La situation géographique : le risque dépend aussi de l’endroit où l’on vit. Il est par exemple plus élevé au Royaume-Uni qu’aux États-Unis.

Certaines anomalies du tube neural proviennent d’anomalies héréditaires d’un seul gène, d’une aberration chromosomique ou de la prise de médicaments.

Une consultation de diagnostic prénatal par amniocentèse et échographie est recommandée aux couples qui présentent un risque d’au moins 1 % de donner naissance à un enfant porteur d’une malformation du tube neural.

Anomalies chromosomiques

De nombreuses anomalies chromosomiques, principalement celles impliquant un nombre anormal de chromosomes ou une anomalie structurelle d’un chromosome, peuvent être détectées avec des analyses chromosomiques standard. Ces anomalies surviennent chez environ 1 naissance viable sur 250 aux États-Unis et sont la cause d’au moins la moitié de l’ensemble des fausses couches qui surviennent pendant le 1er trimestre. La plupart des fœtus porteurs d’une aberration chromosomique meurent avant la naissance. Parmi les bébés qui voient le jour, le syndrome de Down est l’anomalie chromosomique la plus fréquente.

Plusieurs facteurs augmentent le risque de donner naissance à un enfant porteur d’une anomalie chromosomique :

  • L’âge de la mère : dans le cas de la trisomie 21, le risque augmente de façon exponentielle avec l’âge de la mère après 35 ans.

  • Les antécédents familiaux : la prédisposition familiale à la trisomie 21 (y compris parmi les enfants du couple) augmente le risque. Si un couple a eu un enfant atteint de trisomie 21 et que la femme a moins de 30 ans, le risque d’avoir un autre enfant porteur d’une aberration chromosomique augmente à 1 % environ.

  • Une malformation congénitale chez un précédent bébé : Avoir donné naissance à un enfant vivant porteur d’une anomalie congénitale ou à un bébé mort-né, même sans savoir que le bébé était porteur d’une anomalie chromosomique ou pas, augmente le risque d’avoir un enfant porteur d’une anomalie chromosomique. Environ 30 % des bébés nés avec une anomalie congénitale et environ 5 % des enfants mort-nés apparemment normaux sont porteurs d’une anomalie chromosomique.

  • Fausses couches précédentes : les antécédents d’avortements spontanés à répétition augmentent le risque de donner naissance à un enfant porteur d’aberrations chromosomiques. Si pour le premier avortement spontané, le fœtus présentait une aberration chromosomique, pour les suivants, le fœtus risque également d’avoir ce type d’aberration, même s’il ne s’agit pas nécessairement de la même. En cas d’avortements spontanés répétés, il faut réaliser un examen chromosomique du couple avant d’essayer de concevoir un autre enfant. En cas d’anomalie, le couple pourra envisager un examen diagnostique prénatal précoce pour la grossesse suivante.

  • Une anomalie chromosomique chez l’un des futurs parents : dans de rares cas, l’un des futurs parents présente une anomalie chromosomique structurelle qui augmente le risque d’avoir un bébé atteint d’une anomalie chromosomique structurelle. La présence d’une anomalie chromosomique chez l’un des parents ou les deux majore le risque, même si le parent n’est que porteur sain et ne présente aucun caractère physique pathologique. Le médecin suspecte une telle anomalie lorsque le couple a subi plusieurs fausses couches, a eu des problèmes d’infertilité ou a donné naissance à un bébé atteint de malformations congénitales. Pour ces couples, le risque d’avoir un bébé atteint d’une anomalie chromosomique grave est accru, de même que le risque de fausse couche.

Le saviez-vous ?

  • La probabilité d’avoir un bébé atteint du syndrome de Down à l’âge de 35 ans est d’environ 1 sur 365.

  • La probabilité d’avoir un bébé atteint du syndrome de Down à l’âge de 40 ans est d’environ 1 sur 100.

Certaines anomalies chromosomiques ne peuvent être détectées avec des analyses chromosomiques standard. La plupart de ces anomalies sont trop petites pour être observées au microscope, elles sont donc parfois appelées anomalies sous-microscopiques (ou micro-remaniements chromosomiques). Par exemple, il peut manquer une partie très petite d’un chromosome (microdélétion), ou un chromosome peut avoir une très petite partie supplémentaire (microduplication). On ne sait pas à quelle fréquence les microdélétions et les microduplications surviennent. Cependant, environ 6 % des enfants présentant des malformations congénitales structurelles en ont, même si les résultats des analyses chromosomiques standard sont normaux. Des tests appelés analyses de biopuces à ADN peuvent détecter les microdélétions et les microduplications. Les médecins peuvent proposer des analyses de biopuces à ADN avant la naissance dans certaines circonstances : par exemple, lorsque des malformations congénitales sont suspectées chez un fœtus.

Tableau
icon

Quel est le risque d’accoucher d’un enfant porteur d’une anomalie chromosomique* ?

Âge de la femme

Risque de toute anomalie chromosomique

20

0,2 %

35

0,5 %

40

1,5 %

49

14 %

* Ce tableau inclut seulement les anomalies chromosomiques pouvant être détectées avec des analyses chromosomiques standard. Les risques d’accoucher d’un enfant porteur d’anomalies chromosomiques sous-microscopiques (ne pouvant être détectées qu’avec des analyses spéciales) ne sont pas inclus.

Données basées sur des informations provenant de Hook EB : Rates of chromosome abnormalities at different maternal ages. Obstetrics and Gynecology 58:282-285, 1981; Hook EB, Cross PK, Schreinemachers DM: Chromosomal abnormality rates at amniocentesis and in live-born infants. Journal of the American Medical Association 249 (15):2034-2038, 1983; and Savva GM, Walker K, Morris JK. Prévalence des trisomies 13 et 18 par rapport à la trisomie 21 (syndrome de Down) dans les naissances viables selon l’âge de la mère. Prenatal Diagnosis 30:57–64, 2010.

Maladies dues à l’anomalie d’un seul gène

Dans ces maladies, une seule paire de gènes est impliquée. Un gène peut présenter une mutation, laquelle interfère avec sa fonction normale et peut causer une maladie ou des malformations congénitales. Le risque de développer ces maladies dépend du fait que la maladie se développe avec la mutation d’un seul gène dans la paire (ces gènes sont dominants) ou la mutation des deux gènes (ces gènes sont récessifs).

Le risque dépend aussi de l’endroit où se situe le gène sur le chromosome X. Il y a 23 paires de chromosomes. L’une d’elles, les chromosomes X et Y (chromosomes sexuels), détermine le sexe. Tous les autres chromosomes sont appelés chromosomes autosomiques. La femme possède deux chromosomes X, et l’homme a un chromosome X et un chromosome Y. Si le gène anormal est situé sur le chromosome X, le trouble qu’il entraîne est appelé trouble lié à l’X (lié au sexe).

Si un garçon hérite d’un gène anormal pour un trouble lié à l’X (sur le chromosome X), il est atteint du trouble même si le gène est récessif, car il n’a qu’un seul chromosome X, lequel a un gène anormal. Il n’a pas de chromosome X normal pour prévaloir sur celui qui a un gène anormal. Si un fœtus masculin hérite d’un gène dominant lié à l’X, la grossesse finit généralement en fausse couche.

Cependant, les filles doivent hériter de deux gènes anormaux pour développer un trouble lié à l’X si le gène est récessif. Si le gène anormal est dominant, un seul gène anormal est nécessaire pour que la maladie se développe.

Si les futurs parents sont apparentés, ils sont plus susceptibles d’avoir la même mutation dans un ou plusieurs des gènes qui causent des maladies transmises sur le mode autosomique récessif. Ainsi, le risque est accru pour ces maladies.

Tableau
icon

Quand un parent a un gène anormal

Mode de transmission

Probabilité de transmission héréditaire

Probabilité d’être porteur*

Autosomique dominant

50 % pour les fils et les filles

0 %

Autosomique récessif

25 % pour les fils et les filles si les deux parents sont porteurs*

67 % pour les enfants sans symptôme du trouble si les deux parents sont porteurs

50 % si seul un parent est porteur du gène

Dominant lié à l’X

50 % lorsque la mère est porteuse du gène, en général uniquement chez les filles, car le gène anormal est souvent mortel pour les fils

0 %

Récessif lié à l’X

50 % pour les fils lorsque la mère est porteuse du gène

50 % pour les filles lorsque la mère est porteuse du gène

100 % pour les filles lorsque le père est porteur du gène

* Les porteurs n’ont qu’un seul gène anormal et ne présentent généralement pas de symptômes de maladie causée par ce gène.

Informations supplémentaires

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Échographie fœtale
Vidéo
Échographie fœtale
L’échographie est utilisée au cours de la grossesse afin d’évaluer le fœtus. On peut voir...
Modèles 3D
Tout afficher
Syndrome des ovaires polykystiques
Modèle 3D
Syndrome des ovaires polykystiques

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE