Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Problèmes concernant les ovules

(réserve ovarienne réduite)

Par

Robert W. Rebar

, MD, Western Michigan University Homer Stryker M.D. School of Medicine

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le nombre des ovules peut s’avérer faible, ou leur qualité pauvre.

Le nombre et la qualité des ovules (réserve ovarienne) peuvent commencer à décroître dès 30 ans, voire avant, et cette diminution s’accélère après 40 ans. Cependant, l’âge n’est pas la seule raison pour laquelle le nombre et la qualité des ovules diminuent. Les malformations des ovaires peuvent également provoquer une telle diminution.

Dans l’insuffisance ovarienne primaire (parfois appelée ménopause précoce), le nombre d’ovules dans les ovaires diminue de manière précoce. Chez certaines femmes, les règles irrégulières ou absentes proviennent de ce trouble.

Diagnostic

  • Analyses de sang afin de mesurer les taux de certaines hormones

  • Échographie

Le médecin examine les femmes suivantes pour des problèmes d’ovules :

  • Celles ayant 35 ans ou plus

  • Celles ayant subi une opération des ovaires

  • Celles ayant faiblement répondu aux médicaments contre la stérilité (comme les gonadotrophines) qui stimulent la maturation, puis la libération de plusieurs ovules

Le médecin peut mesurer les taux d’hormone folliculo-stimulante et d’ œstrogènes dans le sang à un moment donné au cours du cycle menstruel. (L’hormone folliculo-stimulante stimule la libération des ovules, appelée ovulation.) Une augmentation du taux d’hormone folliculo-stimulante et une diminution du taux d’œstrogènes suggèrent un problème avec les ovules. Après avoir mesuré ces hormones, les médecins administrent parfois aux femmes du clomifène (un médicament pour stimuler la fertilité), puis mesurent à nouveau le taux de ces hormones. Si les taux augmentent considérablement, un problème avec les ovules est confirmé.

Cependant, les tests les plus fiables pour diagnostiquer les problèmes avec les ovules sont

  • Des analyses de sang pour mesurer les taux d’hormone antimüllérienne, produite par les structures qui renferment l’ovule (follicules)

  • Un dispositif d’échographie placé dans le vagin (échographie endovaginale) pour visualiser et compter le nombre de follicules

Un faible taux d’hormone antimüllérienne indique un nombre réduit de follicules. Un nombre faible de follicules (observés et comptés pendant l’échographie) signifie qu’une grossesse après la fécondation in vitro est peu probable.

Cependant, une grossesse peut être possible même si les résultats du test sont anormaux.

Traitement

  • Traitement en fonction des circonstances et de l’âge de la femme

Une grossesse étant possible, le médecin suggère différents traitements à chacune des femmes en fonction des circonstances et de son âge. De tels traitements incluent ceux utilisés pour traiter les problèmes d’ovulation, tels que le clomifène, le létrozole (un inhibiteur de l’aromatase) et les gonadotrophines humaines.

Si la femme a plus de 42 ans ou si le nombre ou la qualité des ovules est en baisse, le recours aux ovules d’une autre femme (donneuse) peut s’avérer la seule façon d’aboutir à une grossesse.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Échographie fœtale
Vidéo
Échographie fœtale
L’échographie est utilisée au cours de la grossesse afin d’évaluer le fœtus. On peut voir...
Modèles 3D
Tout afficher
Syndrome des ovaires polykystiques
Modèle 3D
Syndrome des ovaires polykystiques

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE