Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Persistance du canal artériel

Par

Jeanne Marie Baffa

, MD, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La persistance du canal artériel (PCA) se caractérise par la non-fermeture du vaisseau sanguin reliant l’artère pulmonaire et l’aorte (canal artériel), comme cela devrait être le cas, peu après la naissance.

  • La persistance du canal artériel (malformation cardiaque congénitale) correspond à la non-fermeture du canal normal entre l’artère pulmonaire et l’aorte à la naissance.

  • Souvent, aucun symptôme ne se manifeste, et le diagnostic est évoqué en présence d’un souffle au cœur détecté au stéthoscope.

  • Les enfants prématurés sont particulièrement à risque de persistance du canal artériel. Ils sont plus susceptibles de présenter des symptômes, notamment des difficultés à respirer (surtout lorsqu’on les nourrit)

  • Un traitement à base d’ibuprofène ou d’indométacine permet souvent de refermer la PCA, surtout chez les prématurés. Si les médicaments ne sont pas efficaces, une intervention chirurgicale peut être réalisée.

  • Le traitement médicamenteux est moins susceptible d’être efficace chez les bébés nés à terme, d’autant que ceux-ci sont souvent un peu plus âgés lorsque le diagnostic de PCA est établi. Le traitement chirurgical est souvent retardé, sauf s’ils présentent des symptômes, car la PCA se referme souvent spontanément chez ces enfants.

Chez le fœtus, le canal artériel est un vaisseau sanguin qui relie les deux artères majeures qui partent du cœur, l’artère pulmonaire et l’aorte (voir Circulation normale chez le fœtus). Le canal artériel est une sorte de raccourci qui permet au sang de contourner les poumons ne fonctionnant pas encore du fœtus en passant de l’artère pulmonaire à l’aorte et au corps du fœtus. Chez le fœtus, le sang artériel comme le sang veineux contiennent de l’oxygène en provenance du placenta, le mélange entre le sang veineux et le sang artériel n’influe donc pas sur la quantité d’oxygène qui est pompée par l’organisme. Cela change immédiatement après la naissance. Lorsque le cordon ombilical est coupé, le placenta (et donc par là même, la circulation sanguine de la mère) n’est plus connecté à la circulation du nouveau-né, et tout l’oxygène provient alors des poumons. Le canal artériel n’est donc plus nécessaire et se referme généralement dans les premiers jours suivant la naissance. Dans l’utérus et pendant les premiers jours suivant la naissance, le canal est ouvert. Dans la persistance du canal artériel, le canal reste ouvert. Lorsque le canal artériel reste ouvert après la naissance, le sens du flux dans le canal s’inverse et un shunt gauche-droite se développe. Cela signifie que du sang déjà oxygéné dans les poumons passe de l’aorte dans le canal artériel et vers l’artère pulmonaire, provoquant ainsi un influx de sang supplémentaire dans les poumons.

En cas de persistance du canal artériel modérée ou importante, la tension pulmonaire augmente dans les poumons, ce qui peut à terme endommager les vaisseaux sanguins des poumons. La persistance du canal artériel augmente le risque de développer une infection cardiaque grave, l’endocardite.

Persistance du canal artériel : défaut de fermeture

Le canal artériel est un vaisseau sanguin qui relie l’artère pulmonaire à l’aorte. Chez le fœtus, il permet au sang de contourner les poumons. Le fœtus ne respire pas d’air, le sang n’a donc pas besoin de passer à travers les poumons pour être oxygéné. Après la naissance, le sang doit être oxygéné par les poumons ; le canal artériel se ferme donc rapidement, en quelques jours à 2 semaines.

En cas de persistance du canal artériel, celui-ci ne se ferme pas, ce qui permet à une partie du sang oxygéné, qui devrait être redistribué au reste du corps, de revenir aux poumons. Les vaisseaux sanguins pulmonaires sont donc surchargés et le reste du corps ne reçoit pas assez de sang oxygéné.

Persistance du canal artériel : défaut de fermeture

Symptômes

Une persistance du canal artérielle réduite est souvent asymptomatique. Une PCA plus importante peut entraîner une respiration rapide ou laborieuse, surtout chez les prématurés dont les poumons sont encore immatures. La tension artérielle peut être basse. Certains nourrissons ont des difficultés d’alimentation et un retard de croissance.

Diagnostic

  • Échocardiographie

Les médecins suspectent souvent une persistance du canal artériel lorsqu’ils entendent un souffle au cœur caractéristique au stéthoscope. Un souffle au cœur est le son créé par un flux de sang turbulent, lorsque le sang passe à travers des valvules sténosées ou incontinentes, ou dans des structures cardiaques anormales. Chez les enfants plus âgés, on décrit souvent le son produit par ce souffle au cœur comme rappelant celui d’une machine à laver. Chez les bébés prématurés, le souffle au cœur peut être plus difficile à détecter.

Une échocardiographie (échographie du cœur) confirme le diagnostic.

Une électrocardiographie (ECG) et une radiographie du thorax sont généralement réalisées. Les examens peuvent être normaux ou révéler un cœur dilaté.

Traitement

  • Médicaments pour aider le canal à se refermer

  • Parfois, un bouchon ou un autre dispositif spécialisé inséré via un cathéter ou pendant une intervention chirurgicale

De l’indométacine ou de l’ibuprofène peuvent être administrés pour refermer une PCA. Ces médicaments sont plus efficaces lorsqu’ils sont administrés dans les 10 jours suivant la naissance ; ils sont d’ailleurs plus efficaces chez les enfants prématurés que chez les enfants nés à terme. Plusieurs doses peuvent être administrées. Si cela ne suffit pas à refermer la PCA, une intervention chirurgicale peut être réalisée, notamment si certains signes suggèrent que la PCA abîme les poumons et le cœur.

Chez les bébés nés à terme et les nourrissons asymptomatiques, les médecins peuvent laisser le temps à la PCA de se résorber avant de suggérer un traitement.

Si à 1 an la PCA n’est pas résolue, il y a très peu de chances qu’elle se résorbe de manière spontanée. Les médecins recommandent alors généralement une procédure visant à refermer la PCA afin d’éliminer le risque d’endocardite.

Dans la majorité des cas, les médecins referment la persistance du canal artériel en insérant un petit dispositif ou ressort par cathétérisme cardiaque. Dans cette procédure, le dispositif de fermeture est attaché à l’extrémité d’une sonde longue et fine (cathéter). Le cathéter est inséré dans la grande veine située en haut de la jambe de l’enfant. Avec précaution, le cathéter est poussé dans le vaisseau sanguin jusqu’au cœur, puis poussé encore un peu plus jusqu’à ce que son extrémité se trouve dans le canal artériel. Une fois le dispositif bien placé, il se déploie pour refermer le canal artériel.

Dans de rares cas, notamment lorsque le canal est particulièrement large, les médecins réalisent une intervention chirurgicale afin de le refermer.

Certains enfants doivent prendre des antibiotiques avant de consulter le dentiste et avant certaines interventions chirurgicales (notamment des voies respiratoires). Ces antibiotiques permettent de prévenir des infections cardiaques graves appelées endocardites.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
L’échographie de grossesse : Technique
Vidéo
L’échographie de grossesse : Technique
L’échographie de grossesse est utilisée afin de détecter les battements cardiaques du fœtus...
Modèles 3D
Tout afficher
La mucoviscidose dans les poumons
Modèle 3D
La mucoviscidose dans les poumons

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE