Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Apnée de la prématurité

Par

Arcangela Lattari Balest

, MD, University of Pittsburgh, School of Medicine

Dernière révision totale janv. 2020| Dernière modification du contenu janv. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref

L’apnée (fait de ne pas respirer) de la prématurité est une pause de la respiration qui dure au moins 20 secondes chez un nourrisson né avant 37 semaines de gestation et qui n’a apparemment pas d’affection sous-jacente provoquant l’apnée.

  • Des épisodes d’apnée peuvent survenir chez les nouveau-nés prématurés si la zone du cerveau contrôlant la respiration (centre respiratoire) est encore immature.

  • L’apnée peut entraîner une diminution du taux d’oxygène dans le sang et par conséquent un ralentissement de la fréquence cardiaque et une coloration bleutée des lèvres et/ou de la peau.

  • Le diagnostic repose sur l’observation du nouveau-né ou sur le déclenchement d’une alarme par un moniteur relié au nouveau-né.

  • Avec la maturation du centre respiratoire du cerveau, les épisodes d’apnée s’espacent avant de cesser totalement.

  • Une assistance respiratoire peut être nécessaire si la respiration du nouveau-né ne reprend pas après une stimulation douce (au toucher).

  • En présence d’une apnée significative, de la caféine peut être donnée au nouveau-né, avec d’autres traitements, pour stimuler la respiration.

Une apnée de la prématurité se produit chez environ 25 % des nourrissons nés prématurément (accouchement avant 37 semaines de gestation). Souvent, plus l’enfant est prématuré, plus l’apnée de la prématurité est fréquente et sévère. Ce trouble commence généralement 2 à 3 jours après la naissance et rarement dès le premier jour. Dans l’apnée de la prématurité, le nouveau-né peut présenter des épisodes de respiration normale alternant avec des pauses courtes de la respiration. Chez certains bébés prématurés, la pause respiratoire peut ne pas durer 20 secondes, mais elle entraîne une diminution de la fréquence cardiaque ou de la quantité d’oxygène dans le sang. Des pauses respiratoires plus courtes qui provoquent une diminution de la fréquence cardiaque ou du taux d’oxygène dans le sang sont tout de même considérées comme apnée de la prématurité.

Il existe trois types d’apnée :

  • Centrale

  • Obstructive

  • Mixte

Une apnée centrale apparaît lorsque la zone du cerveau contrôlant la respiration (centre respiratoire) ne fonctionne pas correctement car elle est encore immature. Il s’agit du type d’apnée de la prématurité le plus fréquent.

L’apnée obstructive est provoquée par une obstruction temporaire de la gorge (pharynx) occasionnée par un faible tonus musculaire ou une flexion vers l’avant du cou. Ce type peut survenir chez des bébés à terme ainsi que chez ceux nés prématurément.

L’apnée mixte est une combinaison de l’apnée centrale et de l’apnée obstructive.

Dans tous les types d’apnée, la fréquence cardiaque peut devenir lente et le taux d’oxygène peut diminuer.

Toutes les pauses de la respiration ne sont pas problématiques. La respiration périodique est une respiration normale pendant 5 à 20 secondes, suivie de périodes d’apnée inférieures à 20 secondes. La respiration périodique est fréquente chez les nouveau-nés prématurés et n’est pas considérée comme apnée de la prématurité. Les nouveau-nés à terme peuvent également avoir une respiration périodique. Elle n’entraîne pas la chute de la fréquence cardiaque ou du taux d’oxygène et ne cause généralement pas d’autres problèmes.

Symptômes

À l’hôpital, les nouveau-nés prématurés sont habituellement reliés à un moniteur dont l’alarme se déclenche si la respiration s’arrête pendant plus de 20 secondes, ou si la fréquence cardiaque diminue. En fonction de la durée de ces épisodes, les pauses respiratoires peuvent entraîner une baisse du taux d’oxygène dans le sang, ce qui entraîne une coloration bleutée de la peau et/ou des lèvres (cyanose) ou une pâleur de la peau. Un faible taux d’oxygène dans le sang peut alors être à l’origine d’un ralentissement de la fréquence cardiaque (bradycardie).

Diagnostic

  • Observation ou déclenchement de l’alarme du moniteur

  • Autres causes écartées

Le diagnostic d’apnée repose généralement sur l’observation de la respiration du nouveau-né ou sur le déclenchement de l’alarme du moniteur relié au nouveau-né et l’observation de l’absence de mouvement respiratoire lorsque le nouveau-né est ausculté.

Cette apnée peut, parfois, être le reflet d’une pathologie, comme une infection du sang (septicémie), d’un faible taux de glucose dans le sang (hypoglycémie) ou d’une température corporelle basse (hypothermie). Ainsi, en cas d’apparition soudaine ou inattendue d’épisodes d’apnée ou en cas d’augmentation de la fréquence des épisodes d’apnée, le médecin évalue cliniquement l’état du nouveau-né pour écarter ces causes. Les médecins peuvent prélever des échantillons de sang, d’urine ou de liquide céphalorachidien à la recherche d’infections graves et analyses les échantillons de sang pour déterminer si le taux de sucre dans le sang est trop bas.

Pronostic

Avec le temps et la maturation du centre respiratoire, les épisodes d’apnée deviennent moins fréquents, et au fur à mesure que le nouveau-né se rapproche des 37 semaines de gestation, les épisodes cessent généralement. L’apnée peut se poursuivre pendant plusieurs semaines chez les nourrissons grands prématurés (nés entre 23 et 27 semaines par exemple). L’apnée de la prématurité entraîne rarement le décès.

Bien que la naissance avant terme constitue un facteur de risque pour la mort subite du nourrisson (MSN), aucun lien n’a été mis en évidence entre l’apnée de la prématurité et un risque ultérieur de MSN. De même, il n’est pas prouvé que l’accès à un enregistreur d’apnée à domicile, lors de la sortie de l’hôpital, réduise le risque de MSN.

Traitement

  • Stimulation douce ou toucher doux

  • Traitement de la cause

  • Stimulants (caféine)

  • Assistance respiratoire

Lors d’un épisode d’apnée, constaté par observation directe ou parce que l’alarme s’est déclenchée, il peut suffire de toucher ou manipuler doucement le nouveau-né pour relancer la respiration.

Un traitement plus poussé de l’apnée dépend de sa cause. Les médecins traitent les causes connues telles que les infections.

Si les épisodes d’apnée deviennent plus fréquents, et surtout si le nouveau-né présente une cyanose, il reste dans l’unité de soins intensifs néonataux (USIN). Il peut être traité avec un médicament qui stimule le centre respiratoire, comme la caféine. Si ce traitement n’empêche pas les épisodes d’apnée sévères fréquents, le nouveau-né devra peut-être être soumis à une ventilation en pression positive continue (CPAP). Cette technique permet au nouveau-né de respirer de manière autonome tout en recevant de l’oxygène ou de l’air légèrement sous pression administré au moyen d’une canule nasale placée dans les narines. Un nouveau-né qui présente des épisodes d’apnée difficiles à traiter peut avoir besoin d’un respirateur (machine qui aide l’air à entrer dans les poumons et à en sortir) pour faciliter la respiration.

Soins à domicile

Le nouveau-né doit toujours être placé sur le dos pour dormir. Les pratiques de sommeil sécuritaires doivent être suivies pour tous les nourrissons, qu’ils soient prématurés ou non.

Comme tous les nouveau-nés prématurés, tout spécialement ceux présentant une apnée de la prématurité, sont exposés à un risque d’apnée, de faible taux d’oxygène dans le sang et de fréquence cardiaque lente lorsqu’ils sont assis dans un siège-auto, ils doivent subir un test du siège-auto avant de quitter l’hôpital. Ce test permet de déterminer si le nouveau-né peut rentrer chez lui en toute sécurité en position semi-inclinée dans un siège-auto.

La plupart des nouveau-nés peuvent faire le trajet entre l’hôpital et leur domicile sans moniteur, tandis que certains nouveau-nés quittent l’hôpital avec un moniteur et peuvent également avoir besoin de caféine. Les parents doivent apprendre comment utiliser correctement le moniteur et tous les autres équipements, quoi faire lorsque l’alarme se déclenche, comment pratiquer une réanimation cardiopulmonaire (RCP) si besoin, et comment tenir un journal des événements. La plupart des moniteurs stockent par voie électronique les informations sur les événements qui surviennent. Les parents doivent discuter avec leur médecin pour savoir quand il faut arrêter d’utiliser le moniteur.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment prendre la température d’un nourrisson ou...
Vidéo
Comment prendre la température d’un nourrisson ou...
Modèles 3D
Tout afficher
La mucoviscidose dans les poumons
Modèle 3D
La mucoviscidose dans les poumons

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE