Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Automutilation non suicidaire chez l’enfant et l’adolescent

Par

Josephine Elia

, MD, Sidney Kimmel Medical College of Thomas Jefferson University

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

L’automutilation non suicidaire fait référence à l’automutilation intentionnelle non destinée à causer le décès. Exemples : égratignures superficielles, coupures ou brûlures cutanées (avec des cigarettes ou des fers à friser), ainsi que coups de couteau, coups et frottements répétés de la peau avec une gomme.

Dans certaines communautés, l’automutilation devient soudain à la mode dans un lycée, et de nombreux adolescents la pratiquent. Dans ces cas-là, l’automutilation s’arrête progressivement dans le temps.

L’automutilation suggère qu’un adolescent est en grande détresse. Cependant, chez de nombreux adolescents, l’automutilation n’indique pas que le suicide est un risque. À la place, il peut s’agir d’une autopunition qu’ils méritent selon eux. L’automutilation peut également être utilisée pour attirer l’attention des parents et/ou d’autres personnes importantes sur eux, pour exprimer de la colère ou s’identifier à un groupe. Chez d’autres adolescents (en cas de troubles mentaux sévères et d’un manque de soutien social), le risque de suicide est accru.

Les autres facteurs qui peuvent augmenter le risque de suicide comprennent les suivants :

  • Automutilation fréquente

  • Utilisation de plusieurs méthodes d’automutilation

  • Sentiment d’absence de connexion avec les autres personnes, notamment les parents

  • Sentiment que la vie a peu de sens, ou aucun sens

  • Sollicitation fréquente de soins psychiatriques

  • Pensées suicidaires

Tous les adolescents qui s’automutilent délibérément doivent être évalués par un médecin qui a des compétences pour travailler avec des adolescents en difficulté. Le médecin essaie de déterminer si le suicide est un risque et d’identifier la détresse sous-jacente ayant conduit à l’automutilation.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Échographie
Vidéo
Échographie
Pendant la grossesse, l’utérus de la femme accueille et protège le fœtus pendant les 9 mois...
Modèles 3D
Tout afficher
La mucoviscidose dans les poumons
Modèle 3D
La mucoviscidose dans les poumons

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE