Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Troubles de stress post-traumatique et aigu chez l’enfant et l’adolescent

Par

Josephine Elia

, MD, Sidney Kimmel Medical College of Thomas Jefferson University

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les troubles de stress post-traumatique et aigu sont des réactions pour surmonter les souvenirs récurrents et intrusifs d’un événement traumatique accablant ainsi que des émotions réprimées et une tension et une vigilance accrues (excitation). Les enfants ont tendance à éviter les souvenirs de l’événement.

  • Le trouble peut se développer après que l’enfant a été témoin ou a subi un acte de violence, comme l’attaque d’un chien, une fusillade à l’école, un accident ou une catastrophe naturelle.

  • Les enfants non seulement revivent l’expérience, mais ils peuvent également ressentir des émotions réprimées, être extrêmement tendus et nerveux.

  • Le diagnostic repose sur les symptômes qui surviennent après un événement traumatique.

  • Le traitement comprend une psychothérapie, une thérapie comportementale et des médicaments.

(Voir aussi État de stress aigu et Trouble de stress post-traumatique chez l’adulte.)

L’état de stress aigu (ESA) débute généralement immédiatement après l’événement traumatique et dure entre 3 jours et 1 mois.

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) peut faire suite à l’ESA ou peut se développer que 6 mois après l’événement.

Les troubles de stress peuvent se développer après que les enfants assistent à ou subissent un événement qui menace leur vie ou leur santé, ou celles d’autrui. Au cours de cet événement, ils ressentent habituellement une peur, une impuissance ou une horreur intenses. Ces événements comprennent des actes de violence tels que des abus perpétrés sur des enfants, des fusillades à l’école, des accidents de voiture, des attaques de chiens, des blessures (particulièrement les brûlures), des incendies, des guerres, des catastrophes naturelles (comme les ouragans, les tornades ou les tremblements de terre) et les décès. Chez les jeunes enfants, la violence domestique en est la cause la plus courante. Tous les enfants qui subissent un événement traumatique grave ne développent pas un trouble de stress.

Les enfants n’ont pas à vivre directement l’événement traumatique. Ils peuvent développer un trouble de stress s’ils sont témoins d’un événement traumatique qui affecte d’autres personnes ou s’ils apprennent qu’un tel événement a affecté un membre de la famille.

Certains facteurs peuvent favoriser le développement d’un trouble de stress post-traumatique et, s’il se développe, affecter l’état de l’enfant. Ces facteurs comprennent :

  • La gravité de l’événement traumatique

  • La survenue de blessures physiques pendant l’événement

  • Le tempérament de l’enfant

  • Le statut socioéconomique de l’enfant

  • Le fait que l’enfant ait déjà été confronté à l’adversité (par exemple en cas d’abus sexuels)

  • Le fonctionnement de la famille

  • Les antécédents familiaux de trouble mentaux

  • L’absence de soutien familial et social

Le saviez-vous ?

  • Chez les jeunes enfants, la violence domestique est la cause la plus courante de trouble de stress post-traumatique.

Symptômes

Les symptômes de l’état de stress aigu et du trouble de stress post-traumatique sont similaires et se répartissent dans plusieurs catégories de symptômes.

Revivre l’événement (symptômes intrusifs)

Les enfants peuvent revivre l’événement traumatique alors qu’ils sont éveillés (flashbacks) ou endormis (cauchemars). Les flashbacks sont la plupart du temps déclenchés par quelque chose qu’ils associent à l’événement original. Par exemple, croiser un chien peut déclencher un flash-back chez les enfants qui ont été attaqués par un chien. Durant un flash-back, les enfants peuvent être terrifiés et inconscients de leur environnement. Ils peuvent perdre temporairement contact avec la réalité et essayer désespérément de se dissimuler ou de s’échapper, en agissant comme s’ils couraient un grand danger.

De manière moins dramatique, les enfants peuvent revivre l’événement en pensées, à travers des images mentales, ou des souvenirs, qui génèrent néanmoins une grande souffrance. Les jeunes enfants peuvent souvent reproduire l’événement en jouant.

Éviter les éléments qui rappellent l’événement (symptômes d’évitement)

Les enfants peuvent persister à éviter les choses (activités, situations ou personnes) qui leur rappellent le traumatisme. Ils peuvent même tenter d’éviter toute pensée, sentiment ou conversation concernant l’événement traumatique. Ils échouent fréquemment dans leurs tentatives d’oublier l’événement.

Effets négatifs sur les pensées et l’humeur

Il est fréquent qu’ils répriment leurs sentiments ou qu’ils soient détachés. Les enfants peuvent se désintéresser de leurs activités habituelles, s’isoler des autres et s’inquiéter de mourir jeunes.

Les enfants peuvent aussi se sentir coupables, par exemple, parce qu’ils ont survécu alors que d’autres n’ont pas survécu ou parce qu’ils n’ont rien pu faire pour arrêter l’événement. Ils peuvent ne pas se souvenir des détails importants de l’événement ou peuvent s’en souvenir de manière erronée. Par exemple, ils peuvent penser qu’ils étaient responsables de l’événement.

Altération de la vigilance et des réactions

Les enfants peuvent devenir extrêmement vigilants quant aux signes avant-coureurs de risque. Ils peuvent se sentir extrêmement tendus (hypervigilance), nerveux et incapables de se détendre, et sursauter facilement.

Essayer de contrôler leurs réactions peut être difficile et entraîner des comportements imprudents ou des accès de colère. Ils peuvent avoir des difficultés à se détendre, s’endormir ou se concentrer.

Symptômes de dissociation

Les enfants peuvent se sentir détachés de leur propre corps, comme dans un rêve. Ils ont aussi l’impression que le monde extérieur n’est pas réel.

Diagnostic

  • Antécédents d’événement traumatique

  • Symptômes

Le diagnostic d’un trouble de stress repose sur des antécédents d’événement traumatique effrayant et horrifiant suivi par les symptômes caractéristiques.

Pour diagnostiquer l’état de stress aigu, les symptômes doivent causer une détresse importante ou empêcher les enfants de vivre normalement.

Un état de stress aigu est diagnostiqué si les symptômes durent de trois jours à un mois. Le trouble de stress post-traumatique est diagnostiqué si les symptômes durent plus d’un mois.

Traitement

  • Psychothérapie

  • Thérapie comportementale

  • Parfois, médicaments

Une psychothérapie de soutien peut s’avérer utile. Elle rassure l’enfant sur le fait que son attitude est valide, mais l’encourage à affronter ses souvenirs (selon une démarche semblable à la thérapie d’exposition). La thérapie d’exposition ( Traitement), un type de thérapie comportementale, peut être utilisée pour désensibiliser systématiquement les enfants à des situations qui leur font revivre l’événement.

Les enfants souffrant d’un état de stress aigu évoluent généralement mieux que ceux qui sont atteints d’un trouble de stress post-traumatique, mais un traitement précoce reste bénéfique dans les deux cas.

Des antidépresseurs appelés inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) peuvent aussi soulager certains des symptômes.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Implant cochléaire
Vidéo
Implant cochléaire
Lorsque les ondes sonores atteignent l’oreille, elles sont rassemblées par l’oreille externe...
Modèles 3D
Tout afficher
La mucoviscidose dans les poumons
Modèle 3D
La mucoviscidose dans les poumons

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE