Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Généralités sur les vitamines

Par

Larry E. Johnson

, MD, PhD, University of Arkansas for Medical Sciences

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les vitamines représentent un élément fondamental d’un régime sain. Les apports nutritionnels recommandés (ANR) – les quantités journalières dont la plupart des personnes en bonne santé ont besoin pour rester en bonne santé – ont été établis pour la majorité des vitamines. Un seuil limite d’innocuité (niveau maximal d’apport tolérable) a été déterminé pour certaines vitamines. Un apport excédant ce seuil augmente le risque d’effets nocifs (toxicité).

Le saviez-vous ?

  • Une consommation de doses très importantes de certaines vitamines peut s’avérer nocive.

Une consommation insuffisante d’une certaine vitamine peut provoquer un trouble nutritionnel. Cependant, les personnes qui ont une alimentation variée ont peu de risques de développer la plupart des carences en vitamine. La carence en vitamine D constitue une exception. La carence en vitamine D est fréquente au sein de certains groupes de personnes (notamment chez les personnes âgées) même si leur alimentation est variée. Pour certaines autres vitamines, une carence peut se développer si les personnes suivent un régime restrictif qui contient des quantités insuffisantes d’une vitamine particulière. Par exemple les végans, qui ne consomment pas de produits d’origine animale, peuvent présenter des carences en vitamine B12, que l’on trouve seulement dans les produits d’origine animale. On ne rencontre presque jamais de carence en vitamine B, en biotine ou en acide pantothénique.

La consommation de grandes quantités de certaines vitamines (généralement sous forme de suppléments) sans surveillance médicale peut aussi avoir des effets toxiques.

Les vitamines sont appelées micronutriments essentiels, car l’organisme en a besoin, mais seulement en petites quantités.

L’organisme ne stocke pas la plupart des vitamines. Une carence en ces vitamines se développe généralement en quelques semaines ou quelques mois. Par conséquent, il est nécessaire de les consommer régulièrement.

Les vitamines A, B12 et D sont stockées en quantités importantes, principalement dans le foie. Les vitamines A et D sont également stockées dans les cellules graisseuses. Les carences en ces vitamines prennent plus d’une année pour se développer.

Comme beaucoup de personnes mangent de manière irrégulière ou n’ont pas une alimentation variée, elles risquent de ne pas tirer assez de certaines vitamines des aliments qu’elles consomment. Si elles n’en obtiennent pas suffisamment, le risque de certains cancers ou d’autres troubles peut s’en trouver accru. Les personnes peuvent alors prendre des multivitamines. Cependant, chez la plupart, la prise de multivitamines ne semble pas réduire le risque de développer un cancer ou des troubles cardiaques ou circulatoires (cardiovasculaires).

Tableau
icon

Vitamines

Vitamine

Bonnes sources

Principales fonctions

Apport nutritionnel recommandé pour l’adulte

Seuil limite d’innocuité

Biotine

Foie, rognons, viandes, œufs, lait, poisson, levure séchée, patates douces, graines et noix

Nécessaire au métabolisme des glucides et des acides gras

30 microgrammes (mais l’AJR n’a pas été établi)

35 microgrammes chez les femmes qui allaitent

Folate (acide folique)

Légumes verts à feuilles crus, asperges, brocolis, fruits (surtout les agrumes), foie, autres abats, levure sèche et pains, pâtes et céréales enrichis

(Remarque : une cuisson prolongée détruit 50 à 95 % du folate dans les aliments.)

Nécessaire à la formation des globules rouges, à la synthèse d’ADN et d’ARN et au développement normal du système nerveux d’un fœtus

400 microgrammes

600 microgrammes chez les femmes enceintes

500 microgrammes chez les femmes qui allaitent

1 000 microgrammes

Niacine (acide nicotinique ou nicotinamide)

Levure sèche, foie, viande rouge, volaille, poisson, légumineuses, produits céréaliers enrichis ou complets et pain

Nécessaire au métabolisme des glucides, des lipides et de nombreuses autres substances et au fonctionnement normal des cellules

14 milligrammes chez les femmes

16 milligrammes chez les hommes

18 milligrammes chez les femmes enceintes

17 milligrammes chez les femmes qui allaitent

35 milligrammes

Acide pantothénique

Foie, bœuf, jaune d’œuf, levure, pommes de terre, brocolis et céréales complètes

Nécessaire au métabolisme des glucides et des graisses

5 milligrammes (mais l’AJR n’a pas été établi)

6 milligrammes chez les femmes enceintes

7 milligrammes chez les femmes qui allaitent

Riboflavine (vitamine B2)

Lait, fromage, foie, viande, poisson, œufs et céréales enrichies

Nécessaire au métabolisme des glucides et des protéines et au maintien de muqueuses saines, comme la muqueuse buccale

1,1 milligramme chez les femmes

1,3 milligramme chez les hommes

1,4 milligramme chez les femmes enceintes

1,6 milligramme chez les femmes qui allaitent

Thiamine (vitamine B1)

Levure sèche, céréales complètes, viande (principalement porc et foie), céréales enrichies, noix, légumineuses et pommes de terre

Nécessaire au métabolisme des glucides, des protéines et des lipides, ainsi qu’au fonctionnement normal des nerfs et du cœur

1,1 milligramme chez les femmes

1,2 milligramme chez les hommes

1,4 milligramme chez les femmes enceintes ou qui allaitent

Vitamine A (rétinol)

Sous forme de vitamine A : Huile de foie de poisson, foie, jaune d’œuf, beurre, crème et lait enrichi

Sous forme de caroténoïdes, tels que le bêta-carotène (convertis en vitamine A dans l’organisme) : Légumes vert foncé, jaunes et orange, et fruits jaunes et orange

Nécessaire à la formation des cellules nerveuses sensibles à la lumière (photorécepteurs) dans la rétine, aidant à maintenir la vision nocturne

Aide à entretenir la santé de la peau, de la cornée, du revêtement épithélial des poumons, des intestins et des voies urinaires

Aide à protéger contre les infections

700 microgrammes chez les femmes

900 microgrammes chez les hommes

770 microgrammes chez les femmes enceintes

1 300 microgrammes chez les femmes qui allaitent

3 000 microgrammes

Vitamine B6 (pyridoxine)

Levure sèche, foie, autres abats, céréales entières, poisson et légumineuses

Nécessaire au métabolisme des glucides, des acides aminés et des lipides, aux fonctions nerveuses normales, à la production de globules rouges et au bon état de la peau

1,3 milligramme chez les jeunes femmes et chez les hommes

1,5 milligramme chez les femmes de plus de 50 ans

1,7 milligramme chez les hommes de plus de 50 ans

1,9 milligramme chez les femmes enceintes

2,0 milligrammes chez les femmes qui allaitent

100 milligrammes

Vitamine B12 (cobalamine)

Viandes (essentiellement bovines, porcines, foie et autres abats), œufs, céréales enrichies, lait, palourdes, huîtres, saumon et thon

Nécessaire à la formation et à la maturation des globules rouges, aux fonctions nerveuses et à la synthèse de l’ADN

2,4 microgrammes

2,6 microgrammes chez les femmes enceintes

2,8 microgrammes chez les femmes qui allaitent

Vitamine C (acide ascorbique)

Agrumes, tomates, pommes de terre, brocolis, fraises et poivrons

Nécessaire à la formation, à la croissance et à la réparation des os, de la peau et du tissu conjonctif ; à la cicatrisation des plaies et des brûlures, et aux fonctions normales des vaisseaux sanguins

Agit comme un antioxydant, en protégeant les cellules contre les dégâts causés par les radicaux libres

Aide l’organisme à absorber le fer

75 milligrammes chez les femmes

90 milligrammes chez les hommes

85 milligrammes chez les femmes enceintes

120 milligrammes chez les femmes qui allaitent

35 milligrammes de plus chez les fumeurs

2 000 milligrammes

Formée dans la peau lorsque celle-ci est exposée à la lumière directe du soleil

Lait enrichi et produits laitiers, poissons gras, huiles de foie de poisson, foie et jaune d’œuf

Favorise l’absorption du calcium et du phosphore par l’intestin

Nécessaire à la formation, à la croissance et à la réparation des os

Renforce le système immunitaire et réduit le risque de maladies auto-immunes

600 unités avant 70 ans

800 unités après 70 ans

4 000 unités

Huile végétale, noix, graines, légumes verts à feuilles et germe de blé

Agit comme un antioxydant, en protégeant les cellules contre les dégâts causés par les radicaux libres

15 mg (22 unités de la forme naturelle ou 33 unités de la forme synthétique)

19 milligrammes chez les femmes qui allaitent

1 000 milligrammes

Légumes verts à feuilles (tels que chou vert, épinards et chou vert frisé), huile de soja et de colza

Aide à la formation des facteurs de coagulation du sang et par conséquent nécessaire pour une coagulation normale

Nécessaire à la santé des os et des autres tissus

90 microgrammes chez les femmes

120 microgrammes chez les hommes

ADN = acide désoxyribonucléique ; ARN = acide ribonucléique ; AJR = apports journaliers recommandés.

Certaines vitamines sont liposolubles. D’autres vitamines sont hydrosolubles. La différence entre les formes liposolubles et les formes hydrosolubles affecte la nutrition de plusieurs façons.

Vitamines liposolubles

Les vitamines liposolubles se dissolvent dans les graisses (lipides) et comprennent

  • Vitamine A

  • Vitamine D

  • Vitamine E

  • Vitamine K

Les vitamines liposolubles sont stockées dans le foie et dans les tissus adipeux. Si les vitamines liposolubles A et D sont consommées en quantité excessive, elles peuvent s’accumuler et avoir des effets nocifs.

Comme les matières grasses des aliments aident l’organisme à absorber les vitamines liposolubles, un régime à faible teneur en gras peut entraîner une carence. Certains troubles perturbent l’absorption des graisses et par conséquent celle des vitamines liposolubles. Il s’agit des troubles de malabsorption. Des exemples en sont la diarrhée chronique, la maladie de Crohn, la mucoviscidose, certains troubles pancréatiques et l’obstruction des canaux biliaires. Certains médicaments, comme l’huile minérale, ont le même effet. Les vitamines liposolubles se dissolvent dans l’huile minérale, que l’organisme est incapable d’absorber. Ainsi, quand des personnes prennent de l’huile minérale (par exemple, comme laxatif), ces vitamines non absorbées sont éliminées de l’organisme.

La cuisson ne détruit pas les vitamines liposolubles.

Vitamines hydrosolubles

Les vitamines hydrosolubles se dissolvent dans l’eau et incluent

  • Vitamines B

  • Vitamine C

Les vitamines B comprennent la biotine, le folate (acide folique), la niacine, l’acide pantothénique, la riboflavine (vitamine B2), la thiamine (vitamine B1), la vitamine B6 (pyridoxine) et la vitamine B12 (cobalamines).

Les vitamines hydrosolubles sont éliminées dans l’urine et ont tendance à s’éliminer de l’organisme plus rapidement que les vitamines liposolubles. Les vitamines hydrosolubles ont plus de risques d’être détruites lors de la conservation et de la préparation des aliments. Les mesures suivantes peuvent contribuer à prévenir la perte de ces vitamines :

  • Réfrigération des produits frais

  • Conservation du lait et des céréales à l’abri de toute lumière vive

  • Utiliser l’eau de cuisson des légumes dans la préparation de soupes

Causes

Les troubles qui perturbent l’absorption de la nourriture par les intestins (appelés troubles de malabsorption) peuvent entraîner des carences en vitamines.

Certains troubles perturbent l’absorption des graisses. De tels troubles peuvent réduire l’absorption intestinale des vitamines liposolubles (A, D, E et K) et augmenter le risque de carence. Ces troubles comprennent la diarrhée chronique, la maladie de Crohn, la mucoviscidose, certains troubles pancréatiques et l’obstruction des canaux biliaires.

Certains types de chirurgies pour perdre du poids (chirurgie bariatrique) peuvent aussi perturber l’absorption des vitamines.

Les troubles hépatiques et l’alcoolisme peuvent affecter le métabolisme ou le stockage des vitamines.

Chez certaines personnes, des maladies héréditaires altèrent la manière dont l’organisme traite les vitamines et par conséquent causent une carence.

Si les personnes doivent être alimentées par intraveineuse pendant une longue durée, ou si la formule utilisée n’inclut pas les nutriments nécessaires, une carence en vitamines (ou minéraux) peut se développer.

Les médicaments peuvent aussi contribuer à une carence en vitamine. Ils peuvent interférer avec l’absorption, le métabolisme ou le stockage d’une vitamine.

Tableau
icon

Certains médicaments qui entraînent des carences en vitamines

Médicament

Vitamine

Alcool

Folates

Thiamine

Vitamine B6

Antiacides

Vitamine B12

Antibiotiques, comme l’isoniazide, la tétracycline et l’association triméthoprime-sulfaméthoxazole

Vitamines B

Folates

Vitamine K

Anticoagulants, comme la warfarine

Vitamine E

Vitamine K

Anticonvulsivants, tels que phénytoïne et phénobarbital

Biotine

Folates

Vitamine B6

Vitamine D

Vitamine K

Médicaments antipsychotiques

Riboflavine

Vitamine D

Barbituriques comme le phénobarbital

Folates

Riboflavine

Vitamine D

Agents de chimiothérapie, comme le méthotrexate

Folates

Cholestyramine

Vitamine A

Vitamine D

Vitamine E

Vitamine K

Corticoïdes

Vitamine C

Vitamine D

Cyclosérine

Vitamine B6

Hydralazine

Vitamine B6

Lévodopa

Vitamine B6

Huile minérale (usage à long terme)

Vitamine A

Vitamine D

Vitamine E

Vitamine K

Metformine

Folates

Vitamine B12

Oxyde nitrique (exposition récurrente)

Vitamine B12

Contraceptifs oraux

Folates

Thiamine

Vitamine B6

Pénicillamine

Vitamine B6

Phénothiazines

Riboflavine

Primidone

Folates

Vitamine D

Rifampicine

Vitamine D

Vitamine K

Sulfasalazine

Folates

Diurétiques thiazidiques

Riboflavine

Triamtérène

Folates

Antidépresseurs tricycliques, comme l’amitriptyline et l’imipramine

Riboflavine

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
AZULFIDINE
No US brand name
TOFRANIL
MYSOLINE
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation des vitamines et des minéraux
Vidéo
Présentation des vitamines et des minéraux
Le corps humain a besoin de différents minéraux et vitamines pour se développer. Nombre de...
Bypass gastrique avec anse de Roux en Y
Vidéo
Bypass gastrique avec anse de Roux en Y
Le processus digestif commence dans la bouche, où la mastication et la salive dégradent les...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE