Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Colite hémorragique

Par

Thomas G. Boyce

, MD, MPH, University of North Carolina School of Medicine

Dernière révision totale juin 2019| Dernière modification du contenu juin 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La colite hémorragique est un type de gastro-entérite où des souches de la bactérie Escherichia coli infectent le gros intestin et produisent une toxine (Shiga-toxine) qui provoque une diarrhée hémorragique et d’autres complications graves.

  • La colite hémorragique peut être causée par les toxines produites par Escherichia coli.

  • Les organismes à l’origine de l’affection sont généralement transmis par la consommation de bœuf haché contaminé, d’eau ou de lait non pasteurisé.

  • Les symptômes habituels sont des crampes abdominales et une diarrhée pouvant être sanglante.

  • Le diagnostic repose sur l’évaluation du médecin et les résultats des analyses de selles.

  • Les mesures préventives incluent de bien cuire la viande et de se laver soigneusement les mains.

  • Le traitement implique de boire beaucoup.

La colite hémorragique peut affecter les personnes de tout âge, mais touche principalement les enfants ou les personnes âgées. Il existe de nombreuses souches d’Escherichia coli (E. coli) qui entraînent une colite hémorragique. En Amérique du Nord, la souche la plus fréquente est E. coli O157:H7. Ces bactéries sont naturellement présentes dans les intestins d’environ 1 % du bétail en bonne santé. Les épidémies peuvent être provoquées par l’ingestion de bœuf haché insuffisamment cuit, ou de laits et jus non pasteurisés. La consommation d’aliments ou d’eau contaminés par le fumier de vache ou du bœuf haché cru peut aussi propager l’infection. La maladie peut être transmise d’une personne à l’autre, en particulier par les enfants qui portent des couches à d’autres personnes. Les parcs de loisirs aquatiques insuffisamment traités au chlore peuvent être une source d’infection.

Les toxines d’E. coli lèsent la muqueuse du gros intestin. Si les toxines pénètrent dans la circulation, elles peuvent aussi toucher d’autres organes, comme le rein.

Symptômes

Des crampes abdominales sévères se manifestent soudainement, accompagnées d’une diarrhée aqueuse qui peut devenir hémorragique dans les 24 heures. La diarrhée dure en général de 1 à 8 jours. La fièvre est habituellement absente ou légère, mais peut parfois dépasser 39 °C.

Environ 5 à 10 % des personnes qui présentent une colite hémorragique développent une complication grave dite syndrome hémolytique-urémique. Les symptômes sont une diminution de la numération des globules rouges (anémie, caractérisée par un état de fatigue et de faiblesse ainsi qu’une pâleur) déclenchée par la destruction des globules rouges (anémie hémolytique), une baisse du nombre de plaquettes (thrombocytopénie) et une insuffisance rénale aiguë. Certains patients qui souffrent de syndrome hémolytique et urémique développent aussi des lésions des fibres nerveuses ou du cerveau, comme des convulsions (crises épileptiques) ou un accident vasculaire cérébral. Le syndrome hémolytique et urémique se développe en général pendant la deuxième semaine de la maladie, et est parfois précédé d’une fièvre croissante. Le syndrome hémolytique et urémique survient en général chez les enfants de moins de 5 ans et les personnes de plus de 60 ans. Même sans syndrome hémolytique et urémique et ses complications, la colite hémorragique peut provoquer la mort de personnes âgées.

Diagnostic

  • Analyse des selles

Le médecin peut suspecter une colite hémorragique quand le patient présente une diarrhée sanglante. Afin de poser le diagnostic de colite hémorragique, le médecin fait examiner un échantillon de selles pour rechercher des souches d’E. coli ou des toxines qu’elles produisent.

D’autres examens, dont la sigmoïdoscopie, peuvent être effectués en cas de suspicion d’autres maladies responsables de diarrhée sanglante.

Prévention

  • Bien cuire la viande

  • Hygiène

Des améliorations des procédures de traitement de la viande aux États-Unis ont contribué à réduire la fréquence des contaminations de la viande par E. coli. Malgré ces mesures, la viande hachée peut encore être contaminée. Ainsi, la viande hachée doit être cuite à une température interne de 71 °C ou jusqu’à ce que les jus deviennent clairs. Il est recommandé de boire uniquement du lait pasteurisé ou des produits laitiers pasteurisés.

Il convient d’éliminer correctement les selles des personnes infectées, d’avoir une bonne hygiène et de se laver les mains avec du savon pour limiter la propagation de l’infection. Chez l’enfant, la diarrhée doit avoir disparu et deux cultures de selles doivent être négatives avant qu’il ne puisse retourner à la crèche.

Les épidémies de diarrhée sanglante doivent être signalées aux autorités de santé publique, parce qu’une intervention peut prévenir l’infection d’autres personnes. Le signalement peut être fait en contactant le représentant local du Ministère de la Santé via les informations présentes sur le site Web ou dans l’annuaire téléphonique.

Traitement

  • Prise de boissons

  • Parfois, administration de liquides par voie intraveineuse

L’aspect le plus important du traitement de la colite hémorragique est de boire en quantités suffisantes. Parfois, les pertes en eau sont si importantes, cependant, qu’il devient nécessaire d’en administrer par voie intraveineuse. Les antibiotiques augmentent le risque de développer un syndrome hémolytique et urémique et ne sont donc pas administrés. La maladie finit par guérir spontanément.

Les patients qui développent des complications peuvent nécessiter des soins intensifs à l’hôpital et une dialyse rénale, ainsi que d’autres traitements spécifiques.

Le saviez-vous ?

  • Les antibiotiques ne sont pas administrés pour une colite hémorragique dont l’origine suspectée est E. coli parce qu’ils ne diminuent pas les symptômes, ils n’empêchent pas la propagation de l’infection, et augmentent en fait le risque de développer un syndrome hémolytique et urémique.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation de l’appareil digestif
Vidéo
Présentation de l’appareil digestif
Modèles 3D
Tout afficher
Intestin grêle : coupe, épaisseur totale
Modèle 3D
Intestin grêle : coupe, épaisseur totale

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE